L’hédonisme (du grec ancien : ἡδονή / hēdonḗ, « plaisir ») est une doctrine philosophique grecque selon laquelle la recherche du plaisir et l’évitement du déplaisir constituent l’objectif de l’existence humaine, selon wikipédia en français.

Les plaisirs de l’existence, multiples, varient selon les individus et selon leur éducation. Les penseurs hédonistes ont orienté leur vie en fonction de leurs dispositions propres, mais on retrouve des thèmes communs : l’amitié, la tendresse, la sexualité, les plaisirs de la table, la conversation, une vie constituée dans la recherche constante des plaisirs (cf. le Gorgias de Platon), un corps en bonne santé. On peut aussi trouver la noblesse d’âme, le savoir et les sciences en général, la lecture, la pratique des arts et des exercices physiques, le bien social…

Dans le même temps, les douleurs et les déplaisirs à éviter sont : les relations conflictuelles et la proximité des personnes sans capacités contractuelles (sans paroles), le rabaissement et l’humiliation, la soumission à un ordre imposé, la violence, les privations et les frustrations justifiées par des fables, etc.

Ainsi, il n’y a pas d’hédonisme sans discipline personnelle, sans connaissance de soi, du monde et des autres. Les fondations directes d’une philosophie hédoniste sont la curiosité et le goût pour l’existence d’une part, et d’autre part l’autonomie de pensée (et non la croyance), le savoir et l’expérience du réel (au lieu de la foi). La pensée hédoniste a été fermement combattue par les principales religions monothéistes. (Ndlr: C’est à dire par les catholiques. Mais nettement moins par les protestants et les différentes orthodoxes)

Beaucoup de philosophes hédonistes, ou ayant une conception qui s’en rapprochait, ont adopté des positions athées (Michel Onfray, « athéisme athée comme franche et claire négation de Dieu » et dénonciation des athéismes « post-religieux » qui acceptent toutes les conséquences éthiques liées à la religion) ou agnostiques ; et dans une autre dimension, une position anarchiste (Michel Onfray, revendiquant « la société socialiste libertaire actionné selon la mécanique des micro-résistances concrètes » comme la modalité politique de l’hédonisme).

Il faut noter cependant l’existence d’une ligne de pensée chrétienne revendiquant la foi chrétienne comme étant l’hédonisme véritable, car menant au plaisir le plus profond et le plus durable, dans la contemplation de Dieu. Le représentant contemporain le plus notable en est John Piper, qui n’hésite pas à qualifier sa position d’hédonisme chrétien, mais la même idée se retrouve chez C. S. Lewis, Pascal, Érasme, Thomas d’Aquin et Augustin.

Selon Nietzsche la revendication de l’hédonisme chrétien n’est pas légitime. Selon lui, l’hédonisme chrétien est une déformation de la réalité, de ce qu’est la nature de l’hédonisme même. La religion chrétienne tend à prendre des états philosophiques existants, ou des traditions, ou encore de la vérité et à les vider de leur contenu, de leur nature afin de les refaire sous une forme chrétienne et ainsi de les intégrer sous une image vide de sens à cette religion.

La doctrine est associée notamment dans l’Antiquité à Aristippe de Cyrène et au Cyrénaïsme, mais aussi à Épicure, bien que leurs définitions du plaisir soient différentes.

Épicure rappelle qu’un plaisir excessif actuel doit être évité s’il conduit à une douleur future alors que les Cyrénaïques insistaient sur le fait que le plaisir est toujours le but présent de l’action, même si cette fin est relativisée et se modifie dans le temps.

L’hédonisme, début de l’article de wikipédia en français

Publicités