04 Jul 2012

Être riche nous apporte-il le bonheur? La satisfaction? Le contentement?

Que veut dire être riche?
Est-ce ne jamais avoir faim?
Est-ce avoir plusieurs maisons, des serviteurs, etc?
Nous sommes tous plus riches que d’autres.
Et nous sommes tous moins riches que d’autres.

Nous trouvons sur Internet cette statistique. Imaginons un instant que ce village soit composé de 100 habitants, il y aurait:

  • 20 personnes (uniquement des hommes), possèderaient 80% du village et de ses richesses. 1 femme seulement possèderait sa propre terre.
  • 50 personnes vivraient au sein même du petit village, 50 autres seraient éparpillés aux alentours.
  • 33 habitants vivraient une situation de conflit armé, dont 23 seraient des femmes.
  • Entre 5 et 6 femmes auraient subi un viol.
  • 42 personnes ne boiraient jamais d’eau potable.
  • 5 hommes et 1 femme seraient militaires, policiers, ou gendarmes.
  • 5 enfants travailleraient dans des conditions d’esclavage et 1 petite fille serait employée de maison sans être rémunérée.
  • 60 personnes sauraient lire, écrire et compter. 40 seraient des hommes.
  • 50 habitants pourraient avoir accès aux soins de santé.
  • 20 personnes auraient accès à un ordinateur, dont 15 connectées à un réseau de type internet.
  • 1 personne serait considérée comme riche, c’est à dire possédant plus de richesses que nécessaire pour assouvir ses propres besoins et ceux de sa famille. Elle possèderait à elle seule 50% du village et de ses richesses.
  • 80 personnes auraient une religion, dont 40 seraient forcées de la pratiquer (sous la contrainte ou de par la coutume), et 20 autres ne la pratiqueraient pas. En outre, 5 personnes la pratiqueraient malgré des risques pour leur survie.
  • La bibliothèque du village ne serait accessible qu’à 24 personnes, les autres en seraient interdites. Le cinéma serait visité chaque semaine par 1 personne, toujours la même.
  • L’électricité serait coupée environ 50% du temps, faute de moyens. 30 personnes gaspilleraient 90% des ressources naturelles et énergétiques du village.
  • 5 personnes seraient déjà parties en vacances. On prévoirait que 10 personnes au total le feraient d’ici 5 ans.

Etc, etc…

Il y a plusieurs listes différentes sur Internet.

Les chiffres peuvent ainsi s’étaler sur des pages et des pages. Ils permettent parfois de remettre en perspective chacun de nous sur notre planète, et de mesurer ce que nous sommes, nous les humains.

Philippiens 4:6 – 8 « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces (= en disant merci)
Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ. Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées »

Philippiens 4:11 « Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j’ai appris à être content de l’état où je me trouve. Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. Je puis tout en Christ qui me fortifie »


Paul dit qu’il a appris. Donc cela ne se fait pas tout seul. Paul a appris à être content dans la situation dans laquelle il se trouve.
Riche, pauvre, Paul est contant. Contant!
Il a appris à avoir faim et à être rassasié. Il a appris. Car il peut tout par Jésus qui le fortifie.

Nous lisons juste après:

4:14 « Néanmoins vous avez bien fait de prendre part à mon affliction. »

Même si Paul a appris a tout supporté et appris à être contant en toutes circonstances, Paul dit que les chrétiens de la ville de Philippe ont bien fait de prendre part, de s’inquiéter des souffrances de Paul. Nous avons besoin les uns des autres.

En 1 Corinthiens 8, Paul recommandera d’ailleurs que les chrétiens partagent entre eux. C’est à dire, que ceux qui ont trop donnent à ceux qui ont moins. Non pas pour que les riches deviennent pauvres, mais pour que personne n’ait faim, et même dans un but d’égalité.

Pas pour que certains viennent à manquer, mais bien pour que les chrétiens aient la même quantité de « richesse ». A noter que les anciens sont compris dedans, c’est à dire, compris dans les frères et soeurs qui soit ont trop, soit pas assez. L’église payait à Paul ses voyages et Paul travaillait bien souvent pour « gagner son pain » .

Ne pas se contenter de ce que nous avons, ne pas être contant avec ce que nous avons, mène en ligne droite à la cupidité, à l’amour de l’argent, au besoin d’avoir toujours plus.

Hébreux 13:5 « Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez-vous de ce que vous avez ; car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point »

La cupidité est dénoncée partout dans la bible.

1Corinthiens 5:11 « Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. »

Ephésiens 5:5 « Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c’est-à-dire, idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu »

Béréenne attitude

Publicités