Conversation  pour trame sur un futur sujet sur « qu’est-ce qu’un chrétien » – que signifie « passer par la croix »

FE

C’est important pour une femme d’être comblée (pareille pour l’homme) à la différence près que l’homme est peut-être meilleur pour diviser les choses tiroirs par tiroirs. Il supportera mieux une zone d’insatisfaction dans le tableau si l’essentiel est comblé

BA

C’est la vue de « la psychologie – philosophie ». Un chrétien homme ou femme est comblé en permanence par Dieu. Il ne recherche pas à être comblé par une autre personne. C’est de toute façon un gouffre sans fond, personne ne pouvant combler une autre personne. Le chrétien (la chrétienne) est comblée en permanence par Dieu. Son « réservoir affectif », pour reprendre un terme « psy », est comblé en permanence. Il ou elle ne se préoccupe pas de savoir si l’autre aime mieux, plus, moins bien, etc Mais le chrétien (la chrétienne) se préoccupe de savoir comment lui-même aime …

Proverbes 11:25 L’âme bienfaisante sera rassasiée … Ailleurs il est écrit que Dieu nous comble de sa joie. Et plusieurs fois que nous sommes repus, comblés, et même débordant, par l’amour de Dieu. Nos yeux sont tournés vers lui. Nous recevons de Dieu pour donner … et nous réalisons combien nous ne savons pas donner et combien nous donnons peu … nous n’avons pas le temps de savoir comment les autres donnent! (Notre conjoint ou d’autres personnes). Je crois que c’est la base du chrétien: vivre de la joie que Dieu déverse en nous. Joie qui est une force énorme, amour de Dieu en nous, qui est une force énorme. Comblés, nous n’attendons rien de la part des autres …

FE (…)
BA (…)
FE (…)
BA (…)

BA

Je t’avais répondu ceci: (…) les hommes sont des politiques, ou des SDF, sont vieux ou jeunes …. des auteurs, etc. Les femmes sont « seulement des femmes »! 🙂 Et tu le confirmes toi-même quelques commentaires plus loin. Tu as écris, je te cite: « bah comment j’étais censé réagir face à la femme? lui demandé si elle était mariée avec l’auteur ?? … de les prévenir que la fornification est mal vue chez les bons chrétiens :mrgreen:  »

Tu ne vois les femmes qu’en fonction de « baiser ». Ton respect envers elle, est minimaliste. Il est en fonction de l’homme qui l’accompagne (ou pas). Et je ne suis pas certaine qu’en fait ton respect aille envers l’homme qui l’accompagne: je ne touche pas ta femme pour te respecter toi, homme. Ce qui est encore très, très différent que de ne pas toucher à une femme accompagnée, par respect pour elle … Tu me disais avoir du respect pour tous et de la « compassion chrétienne ». L’Amour que Dieu met en nous chrétiens va AU DELA de la compassion pour les plus petits. Et encore, tu as commencé par écrire: si j’assiste à l’apero de façon honnête pour terminer par faire un clin d’oeil complice au SDF! Complice de sa malhonnêteté …

Tu trouvais que j’avais de la difficulté à glorifier « qui je suis ». Une fois que j’ai eu vu et que j’ai eu su, qui je suis réellement, sans me cacher derrière des « oui mais voici comment je suis bien, bon, etc, j’ai même des preuves car ceci cela, et moi, et moi, je pense mieux, je suis mieux, moi je, moi je, moi je … » . Une fois que Dieu a mis à Sa Lumière, les méandres de mon coeur tortueux, non, je n’avais plus aucune raison de glorifier « qui je suis ». Car j’ai le même coeur que toi, que tous, que chacun. Je me cache derrière « de bonnes choses ». Mais globalement, c’est une suite de constructions mensongères, hypocrites, égoïstes, orgueilleuses …

Tu dis avoir de la compassion.

Vis-à-vis du SDF, la réelle compassion aurait été: où dors-tu cette nuit, comment manges-tu demain …

… ou mieux: faire sa connaissance sur « des sujets annexes » comme si tu ne voyais pas qu’il était SDF, et l’inviter chez toi en le persuadant que c’est CAR IL EST SYMPA, et non PAS, car tu as pitié. Le voir comme ton égal, c’est à dire, faire que LUI se sente comme ton égal, et l’inviter en tant qu’ami et non pas en tant que SDF …

Je reprends le tout.
J’avais écrit moi:

-l’auteur que tu admires le plus,
-un petit enfant qui pleurniche (il se force et bave par la même occasion),
– un vieux très moche à moitier sourd,
– une superbe femme, (selon tes gouts),
– un politique connu,
– un SDF « endimanché » (il s’est invité tout seul et essaye de se fondre dans la masse)

… tous se mettent à te parler mais l’auteur que tu admires ne te voit pas et pour cause, il est en train de parler avec la femme magnifique … elle n’a d’yeux que pour lui ….

Et tu m’avais répondu premièrement:

euuuu… premièrement, si je me trouve dans un tel endroit, sois certaine que je saurais apprécier (si j’ai attéri là de manière « honnête » :mrgreen: )

– Ensuite, je vais être content pour le vieux moche (qu’il puisse goûter à ce petit bonheur luxueux avant de mourir)
– Pour l’auteur, je ne ferais que me remémorer les sentiments que j’ai eue en le lisant, mais je m’effacerais en sachant qu’il s’en fiche probablement (raison de plus si il est accompagné d’une femme)
– Pour le politique, je demanderais à Dieu de lui pardonner sa saleté (car moi j’en suis incapable) :mrgreen:
– Et finalement, pour le SDF, je lui fais un clin-d’oeil complice 🙂
– (Pas d’enfant)
– (Pas de femme)

(Tu as oublié les deux)

-*-*-*-*-

Tu écris quelques commentaires plus loin: pour la femme bah comment j’étais censé réagir face à la femme? lui demandé si elle était mariée avec l’auteur ?? … de les prévenir que la fornication est mal vue chez les bons chrétiens :mrgreen:

Pour la femme, tu ne sembles donc pas pouvoir t’adresser à une jolie femme, autrement que pour sa beauté (comme déjà dit). Ne pas pouvoir oublier son apparence (baiser ou pas baiser), et la voir comme UN ETRE HUMAIN A PART ENTIERE … Ceci juste pour le SDF et la belle femme. Ce qui est confirmé par ta réponse envers le vieux moche pour lequel tu te réjouis au delà de son age, et de son apparence, car il est HOMME !

Et pour l’auteur que tu admires, tu présumes par avance qu’il s’en fiche pour te protéger de sentiments de tristesse qui pourraient t’envahir … lorsque tu présumes qu’il s’en fiche de toi, tu es certain de ne pas voir au fond de toi, ce que tu ressens réellement. Et pourtant cet auteur écrit des choses « super » selon toi. Logiquement, comme tu écrivais avoir de la compassion, tu admires une personne qui a AUSSI de la compassion. Et donc logiquement, ton auteur devrait être capable de te voir toi, comme toi, tu as pu « voir » le SDF (et le vieux moche). S’il écrit des choses « super », il devrait moins que toi encore, être arrêté par le statut des gens: je le connais, je ne le connais pas, il n’écrit pas, moi j’écris bien, mieux que d’autres, etc et cet auteur devrait LUI pouvoir créer une relation avec chacun au delà des apparences et des préjugés … mais te dire qu’il s’en fiche de toi, te protège … te cache ta possible tristesse à tes propres yeux (et aux yeux des autres).

Je pourrais continuer encore, en te relisant dans d’autres choses que tu as écrit! 🙂

Si tu montres ton coeur à Dieu, si Dieu par Sa lumière éclaire les méandres de ton coeur, tu vas très vite comprendre combien le coeur de chacun est « tordu » (tortueux par dessus tout) Sans la lumière de Dieu, nous cachons nos méandres par d’autres méandres … nous nous mentons à nous-mêmes, nous nous pensons justes et bons et biens. Quel orgueil!

Une chose SUPER IMPORTANTE, lorsque Dieu met nos coeurs en lumière, à Sa Lumière, en nous montrant nos réelles motivations, peurs, orgueils, et derrière quoi nous nous cachons, comment nous nous sommes « construits », DIEU NOUS MONTRE SON AMOUR INFINI envers nous. Nous nous sentons aimés AIMES de Dieu infiniment, au delà de toutes apparences, au delà de toutes « appartenances », « prouesses », etc, etc et nous devenons capables d’aimer à notre tour … nous commençons de l’être …

Auparavant, beaucoup de choses tordues viennent encore à Sa lumière.

Soit béni.

Et puisses-tu rencontrer ce Dieu de toutes consolations (même pour les toutes petites choses qui pourraient sembler insignifiantes) comme refuser de se montrer à soi-même la tristesse que nous pourrions éprouver, devant l’indifférence de notre auteur préféré … … et alors découvrir Sa Joie qui nous comble et fait que nos yeux ne sont plus portés vers ce que les autres pourraient nous donner ou pas (en respect, en considération, en compassion, en admiration, en adulation, etc, etc, etc) mais vers ce que nous-mêmes apportons à chacun ! Cela s’appelle « être chrétien »! Car notre coeur a réellement passé à la lumière de Dieu! 🙂

FE

pourquoi il faut attendre qu’on nous demande ? c’est parce si tu donnes à quelqu’un selon tes belles valeurs personnelles, tu ne fais que prendre pour toi

BA

Oui. Nos orgueilleuses « belles valeurs personnelles » ne sont utiles à personne. Pas même à nous. Je vois que ton orgueil a diminué! ;)

FE

on doit « aider » seulement ceux qui le demande. Dans le contexte présent, le SDF semble avoir tout ce qu’il faut pour être heureux :)

BA

On ne doit aider personne. Moins encore ceux qui le demandent! 🙂

Car nous nous sentons aimé de Dieu, alors nous pouvons (commencer) d’aimer comme (Jésus) Christ nous a aimé …

Ce qui comporte: donner à tous, en fonction de ce qu’il peut recevoir … c’est à dire, en nous plaçant bien souvent « au dessous » de celui que nous aidons … donc, il ne voit pas que c’est de l’aide, il ne prend pas cela comme de l’aide!

BA

Et nous réalisons en même temps, que par rapport à toute sa vie, nous avons donné un mini-échantillon de l’amour de Dieu … et que c’est bien DIEU qui donne tout à l’homme! Tout!

Nous voyons l’homme toujours plus petit et Dieu toujours plus grand. Mais nous voyons l’homme toujours plus précieux aux yeux de Dieu. Nous sommes TRES TRES importants aux yeux de Dieu, tous, tous! 🙂

(Il est possible de rajouter à ma liste, d’autres « démarcations sociales », d’autres « clichés », depuis le gangster, au pédophile, en passant par le flic, les origines (couleurs de peau), malades divers, etc, etc …. personne n’a intrinsèquement de la « compassion » pour tous … personne ne sait aimer comme Dieu nous aime … sans être « né de Dieu » (voir les chapitres 1 à 4 de l’évangile de Jean) Une fois né de Dieu, nous COMMENCONS à savoir aimer …

Publicités