Par  Jean-Noël  Payet

Le message de la Croix: la seule puissance de Dieu pour l’Église, pour marcher avec Christ et devenir libre du péché (1 COR 1:18)

Né en 1959, à l’ile de la Réunion, issu de famille modeste, marié et père de quatre enfants. Je suis commercial de métier et en activité actuellement pour gagner ma vie.

Mon histoire avec Jésus à commencé l’été 1982 alors que j’étais en vacance à Vichy dans l’Allier. Ma rencontre avec Jésus s’est passé sans l’intermédiaire d’une réunion ou d’une personne, c’était tout simplement un après-midi et dans ma chambre. Très vite l’appel de Dieu sur ma vie s’est fait ressentir. J’ai commencé dans une œuvre nouvelle à Saint-Denis de la Réunion ou je suis devenu pasteur en 1987. Cette époque était très marquée par le mouvement charismatique et ses travers se faisaient déjà ressentir.

J’ai fait la rencontre à cet époque de Miki qui, lui-même issu du Charismatique, recevait l’appel de Dieu pour prendre une autre route. Son message était clair, c’était le retour à la croix, à la Grâce de Dieu et à rétablir une structure d’église selon le cœur de Dieu exprimé par le nouveau testament. Ce message était percutant et a été un véritable tournant pour ma vie et pour l’Église.

Je suis reconnaissant au Seigneur pour la vie de cet homme qui a su répondre à ce que Dieu lui demandait, et d’avoir accepté le prix à payer pour ramener la bonne fondation. Ce message a beaucoup apporté à ma vie et à bien d’autres. Il a posé une fondation, réelle qui a été un atout important pour l’Église, pour ma vie surtout dans les moments que j’ai traversé et que je vais exprimer dans la suite.

En 2004, ma vie a pris un autre tournant. Des difficultés familiales, mon immaturité et mon manque de foi ont laissé à mes faiblesses le pouvoir de gagner du terrain et à laisser tomber ma croix, celle que Jésus m’avait appelé à prendre. Le péché m’a séduit et je m’y suis soumis. Cela m’a emmené à fuir l’Église, à abandonner ma famille, le ministère et les fidèles dont j’étais responsable. Je profite pour réitérer à tous ceux qui l’ont subie ceci :

« Pardon !! » Pour le mal et le témoignage laissé !!!

Cette fuite m’a complètement mis à l’écart de tout. Seul entre le Seigneur et moi-même. J’ai divorcé, et j’ai refait ma vie. Avec l’aide de Dieu ce qui a été cassé se répare graduellement et je remercie le Seigneur pour sa Grâce. Je me suis remarié en 2009 avec Magali et nous avons eu ensemble en 2010 une fille.  Nous servons le Seigneur ensemble.

Cette mise à l’écart à durée de 2004 à 2009. Cinq années de réflexion, sur ma vie, sur l’Église et sur l’appel de Dieu. Ma vie est aujourd’hui un chantier de Dieu et je désire qu’il en soit le centre. Le Seigneur depuis 2004 œuvre dans mon cœur et me montre des choses que je ne voulais pas voir, dans ma vie et dans l’Église. Aujourd’hui, c’est devenu clair à mon cœur qu’une vraie réforme se prépare pour ramener l’ordre dans Son Église afin que nos vies puissent en profiter et elle doit rester une priorité dans la mienne.

J’arrive aujourd’hui à la conclusion que Dieu veut emmener cette réforme, la révéler et l’instaurer !!!

Quand je regarde à ma vie, à mon passé et quand je visite les églises, je me dis :

« Elle est nécessaire !! »

Un vrai travail de Dieu doit s’opérer dans l’Église, dans la vie des serviteurs de Dieu et des croyants. La main et l’intelligence de l’homme y sont trop présentes se mélangeant à la vie de l’esprit, diluant ainsi l’action de Dieu. Je sais de quoi je parle !!!!

Depuis 2010, le Seigneur continue son œuvre en moi, par sa Grâce il reconstruit chaque partie de ma vie et je m’attends à lui pour la compléter. Il me fait grâce aussi d’une restauration à son service en me relevant et me conduisant à porter là où les portes s’ouvrent le message de la croix comme fondation et puissance de Dieu pour l’Église et la vie du croyant. Je réalise l’importance d’être un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté et donc de communiquer un message pour construire dans l’Église des modèles. Le véritable appel de Dieu est de construire notre vie, sa maturité, son appel et d’emmener notre nature pécheresse à la croix, afin que Christ soit formé en nous. Sa grâce est importante pour y arriver et pour terminer notre course. Je ne mérite pas Sa confiance, mais certainement la surabondance de Sa Grâce ; « Merci Jésus !!! »

Je soulignerais au passage le soutien de plusieurs personnes qui ne m’ont pas jugé mais qui ont manifesté de l’amour en laissant à Dieu le soin d’œuvrer dans ma vie. Principalement, je remercie Magali mon épouse, Emmanuelle et Arnaud de PARIS, qui depuis 2004 sont de véritables amis et atouts Dans le Seigneur.

Fraternellement.

Jean-Noël PAYET

Publicités