Chacun a commencé par se rendre compte d’une chose, puis d’une deuxième mais pas tous des mêmes choses en premier. Je pense qu’il fallait retrouver la ‘naïveté’ du début, cette naïveté que nous avions avant d’avoir été convaincu par ‘un genre d’assemblée’ ou un autre. Chacun avons été déprogrammés au moins de 10 choses qui nous semblaient incontournables mais pas tous par les mêmes en premier. Aussi, avant que tous soyons déprogrammés de plusieurs choses, il était impossible de communiquer. Que remettre en question et que ne pas remettre en question? Depuis la possibilité de perdre le salut à l’interprétation de l’apocalypse, en passant par la trinité, ou encore au fonctionnement des rassemblements, (les 5 ministères, qui élis les anciens, qu’est-ce qu’un culte, la liturgie, etc, etc) pour tous, en voyant la remise en question d’autres, c’était pour nous ‘trop’. C’est à dire, nous tenions (encore) à ‘notre’ interprétation, presque comme à une ‘sécurité infaillible’ impossible à remettre en question.


En 2015, j’avais commenté un article Internet. Je le retrouve ce jour. Je n’ai pas repris l’article, ni les autres commentaires. L’introduction est déjà un de mes commentaires sous l’article d’un autre blog, ainsi que l’ensemble de ce qui suit. (Tous sous le même article) Une année et demi plus tard, que dire d’autre?


Qui a le Saint-Esprit ? Parmi ceux qui sont « conduits par le Saint-Esprit », plusieurs démontrent l’avoir mais sur plusieurs points, ils annoncent « le contraire » d’autres qui démontrent tout autant avoir le Saint-Esprit. D’où mon premier commentaire avant de se rassembler les uns avec les autres, nous avons tous remis en question deux ou trois « fondamentaux » et qui souvent nous « bouchaient la vue » et comme d’autres CHRETIENS (convertis) avaient d’autres « fondamentaux », et avant de les avoir chacun de notre coté remis en question, il était impossible de se rassembler.


Beaucoup n’ont jamais été blessés. Ils ont simplement ouverts les yeux sur un système, une doctrine, une façon de faire (ou de penser) puis sur autre chose et encore sur autre chose …


C’est la différence entre le christianisme et le paganisme, le païen croit à plusieurs ‘dieux-idoles’ et cela ne le dérange pas en plus de prier le Dieu des chrétiens. C’est la religion Grecque, Romaine, Égyptienne, (Éthiopienne ?). C’est le paganisme façon ‘panthéon’, l’ensemble des dieux (grec ancien : πᾶν (pãn) = tout, et θεός (theos) = dieu)


Après s’être retrouvé devant la question des dieux, on va très vite se retrouver devant la question : Dieu-église-bible ? ou Dieu-bible-église ? Tous les pères de l’église (jusqu’à Augustin en tout cas) mettaient la Bible avant l’église …


Plusieurs sont pourtant sortis pour des raisons de ‘doctrines’. (De fonctionnement, etc)


Pour Dieu-église-Bible, Paul précise que l’église est la colonne de la vérité. Et c’est bien l’église qui a choisi les livres que devaient contenir la Bible et c’est même ‘l’église’ qui a écrit les évangiles. Les premiers ‘pères’, Irénée de Lyon par exemple, écrira que les évangiles écrites sont la colonne de la vérité. Ce que reprendront les pères suivants. Puis les rites, le pouvoir et l’argent prendront la place de La Bible. L’église étant ‘toute-puissante’ et la Bible quasiment inexistante. En 1200, lorsque la Bible a commencé d’être lue par les ‘laïcs’ et répandue dans des langues que tous comprenaient, plusieurs ont inversé cela disant que l’enseignement de la Bible primait sur l’enseignement de l’église. (Note de ce jour: en fait, La Bible était lue de tout temps et par tous, et répandue dans toutes les langues et sur toute la terre aussi de tout temps. A l’inverse, elle a été constamment réprouvée, interdite, brûlée, aussi de tout temps dans l’histoire) Mais l’église est en train de démontrer comment la Bible a été écrite, comment les livres ont été choisis, et même soulignent qu’une ou deux choses ont été changées en cours de route …

Tôt ou tard, on se retrouvera tous devant ceci.


Tu mets le doigt sur un point crucial : les relations intéressées ou l’amour désintéressé. Pourquoi souhaiter rencontrer d’autres chrétiens ? Pour mieux servir Dieu ensemble ? Pour s’encourager les uns les autres ? Pour pleurer avec celui qui pleure et se réjouir avec celui qui se réjouit ? (1 cor 12) ou bien souhaitons-nous rencontrer d’autres chrétiens dans notre propre intérêt ? Et tu soulèves un deuxième point important : qu’est-ce qui fait notre joie ? Et même un troisième, s’instruire ou ne pas s’instruire ….. connaitre et comprendre La Bible me semble important. Non ?


Béréenne attitude

Publicités