Début d’un article de Martin Nouis:

« Beaucoup de personnes se réclament de la foi chrétienne et se disent protestantes sans pourtant voir la nécessité d’assister régulièrement au culte. Au nom d’une certaine compréhension de la grâce, et de la liberté du croyant qui peut lui-même s’adresser à Dieu, le culte est regardé comme une option dans leur vie de foi. Plusieurs ont aussi vécu trop de déception dans des cultes qui ne les ont pas atteints et ne voient plus leur avantage à participer aux célébrations de la paroisse. Nos cultes ont ainsi tendance à se désertifier ce qui n’aide pas à les rendre plus attrayants »


Je viens d’écrire ce commentaire, sous cet article. L’article provient d’un blog protestant.

Bonjour,

Vous écrivez dans l’article:

« Et ne devons-nous pas voir alors le culte, non plus comme une offre optionnelle pour notre vie de foi, mais comme la nécessité d’être unie, d’avancer, de réfléchir notre croyance, de dire notre louange à Dieu, de s’exposer aux écritures et d’entendre la bonne nouvelle pour notre époque, même si parfois la forme nous déçoit« 

Deux termes reviennent en boucle dans pratiquement tous les articles sur ce sujet:

– « chrétiens déçus »
– « unis » (déclinés à toutes les formes grammaticales)

Les chrétiens qui ne suivent pas le culte, sont catégorisés comme « déçus ». C’est un automatisme, et depuis de nombreuses années.

Les chrétiens doivent être unis. Ce slogan est repris en long, en large et en travers comme leitmotif lancinant qui semble surpasser toute autre considération.

Le chrétien a un devoir: être uni.
Le chrétien qui ne suis pas le culte a une étiquette collée sur son front: il est déçu.

Et si les chrétiens souhaitaient simplement se retrouver avec des chrétiens?

Pourquoi des (néo)libéralistes souhaitent unir les chrétiens « de tout bords » même avec des non-chrétiens?

Pourquoi des chrétiens souhaiteraient rendre culte à leur Dieu au coté de personne qui ne croient pas en Dieu?

Louer Dieu au coté de personnes qui ne croient pas en Dieu, pourquoi?
Dire: Jésus est mort pour nous délivrer, nous séparer du mal, il est vraiment ressuscité, il est le chemin, le bon chemin, la bonne porte, et même le seul a être la lumière, la Parole, etc, etc aux cotés de personnes qui ne croient pas en la résurrection?

Et si les chrétiens souhaitent simplement que chacun soit sincère, authentique, fasse tomber son masque (et donc sorte de son rôle et se montre tel qu’il est réellement, et qu’il dise ce en quoi, il croit réellement)

Fonder une unité, qui n’est pas basée sur le mensonge, mais sur la vérité. Oui, vous me répondrez, en tant que philosophe-théologien-libéralise, que la vérité n’existe pas.

Aussi, pour le chrétien, la vérité est Jésus, notre Christ.

S’associer avec des personnes qui ne reconnaissent pas Jésus comme étant la Vérité, ce qui est la base même d’un rassemblement de chrétiens, peu importe sa forme et son fond, pourquoi?

Donnez-nous une seule bonne raison, pour nous, chrétiens, de souhaiter « réciter des prières » aux cotés de personnes qui ne sont pas chrétiennes?

Plus loin, vous parler de (je reprends vos dires):

« Et ne devons-nous pas voir alors le culte, non plus comme une offre optionnelle pour notre vie de foi, mais comme la nécessité d’être unie, d’avancer, de réfléchir notre croyance, de dire notre louange à Dieu, de s’exposer aux écritures et d’entendre la bonne nouvelle pour notre époque, même si parfois la forme nous déçoit« 

S’exposer aux écritures … entendre la bonne nouvelle. Entendons-nous l’Evangile lors des cultes? Et si oui, pouvons-nous le « recevoir et l’entendre » (dans notre entendement profond), au sortir d’une bouche qui n’y croit pas?

En d’autres mots, si ceux qui parlent ne vivent pas ce qu’ils disent, ne sont pas profondément convaincus de ce qu’ils affirment, peuvent-ils réellement nous apporter l’Evangile?

Et plus loin, vous parlez de vous exposer aux écritures? Seriez-vous près à exposer aux écritures, le culte en lui-même? Votre « fonction de responsables »?

Car dans les écritures, le culte ……………………………………….

Mais je ne vous apprends rien! 🙂

Peut-être pourrions-nous commencer ce débat par le sujet de l’unité.

Pourquoi l’unité?  Dans quel but? Quelle importance? Pourquoi en parler à toutes les sauces? Et pourquoi, en fait un but en soi?

Et dans mon commentaire,  je n’ai pas relever des termes comme: « pour notre époque », dans la phrase: « la bonne nouvelle pour notre époque » ou encore « Au nom d’une certaine compréhension de la grâce, et de la liberté du croyant qui peut lui-même s’adresser à Dieu (…) ». Mais il est évident que nous les chrétiens aimerions simplement nous rassembler avec des chrétiens. Plus encore pour nous adresser à Dieu! Passer par un (néo)libéraliste pour nous adresser à Dieu serait un non-sens (le mot est faible). (L’article provient d’un blog protestant)

Où sont les chrétiens?

Publicités