• Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire. Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus Christ, avec l’intention de nous asservir. (Galates 2:4 traduction de la Bible Louis Segond 1910)

Paul, Barnabas et Tite vont à Jérusalem. Les chrétiens à Jérusalem sont principalement juifs de naissance. Ils sont circoncis. Paul leur explique ce qu’il prêche aux non-circoncis, aux païens, et en particulier aux Grecs. Paul ne demande pas aux chrétiens de se faire circoncire. De faux-frères espionnaient les chrétiens. Paul explique que Dieu ne fait acception de personne. C’est à dire, Dieu souhaite sauver chacun. Même les non-circoncis.

  • malgré des faux frères qui s’étaient mêlés à nous et voulaient le circoncire. Ces gens s’étaient glissés dans notre groupe pour espionner la liberté qui nous vient de Jésus-Christ et nous ramener à l’esclavage de la loi (Galates 2:4: Bible en français courant)
  • Et cela à cause de faux frères infiltrés par négligence, qui s’étaient glissés parmi nous pour épier notre liberté que nous avons en Christ Jésus, afin de nous ramener à la servitude (Galates 2:4 Traduction King James 1611 – 2006)
Contexte

Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi; et ce fut d’après une révélation que j’y montai. Je leur exposai l’Évangile que je prêche parmi les païens, je l’exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain. Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire. Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus Christ, avec l’intention de nous asservir. Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l’Évangile fût maintenue parmi vous. Ceux qui sont les plus considérés-quels qu’ils aient été jadis, cela ne m’importe pas: Dieu ne fait point acception de personnes, -ceux qui sont les plus considérés ne m’imposèrent rien.

Béréenne attitude

Publicités