Lorsque une population, peu importe laquelle, se marie entre elle uniquement, et sur plusieurs générations, il est médicalement prouvé qu’un manque de mélange génétique, provoque petit à petit l’affaiblissement des personnes concernées et différentes maladies consanguines.

Passablement de populations organisaient et organisent encore des rencontres afin de permettre des mélanges de population.

Dans certaines coutumes, une fête annuelle sert à concevoir des enfants. Après les réjouissances, chacun retourne chez soit. Mais plusieurs femmes emporteront avec elles un futur bébé, dont le père a une autre souche génétique, afin de renouveler la consanguinité de leur région d’habitation. Les pères sont « sélectionnés » par les mères en fonction de leur beauté et leur façon de danser, donc indirectement sélectionnés sur leurs capacités et forces physiques. La sympathie des jeunes hommes entre aussi en ligne de compte. Concrètement,  ce sont les hommes les plus « performants », jeunes, endurants, capables de communiquer et de dégager du charisme qui deviendront les pères des enfants que les mères emporteront avec elles.  Chacun sait pourquoi il est là mais tout se passe dans la reverse, la pudeur, la dignité et la bonne humeur.

Dieu par Moïse avait instauré 3 fêtes annuelles. Si La Pâque a pour but de conserver le souvenir de la délivrance du peuple hébreu de son esclavage en Égypte, elle rassemblait un très grand nombre de personnes, de provenances diverses.  La Pâque et les autres fêtes servaient en premier pour se réjouir en famille et devant Dieu.  Forcement les nombreux jeunes (et moins jeunes?) présents à ces réjouissances, rencontraient d’autres jeunes.

Est-ce que quelqu’un a connaissance d’un passage de la Bible ou encore d’une tradition en dehors de la Bible (Talmud, Mishnah, etc) qui mentionne explicitement que les grands rassemblements avaient pour but d’éviter certaines maladies consanguines? Peut-être différemment, en « emportant » la jeune mariée et en faisant des enfants, une fois dans le nouveau lieu d’habitation. Mais c’est généralement, le but des « fêtes de villages » à large échelle: le brassage des populations.

Béréenne attitude

PS: Jean Sutter et Léon Tabah dans leur livre: « Effets des mariages consanguins sur la descendance », concluent:  Le grand danger de la consanguinité apparaît être, non seulement de démultiplier le risque de voir apparaître une anomalie particulière, mais encore de favoriser leur apparition en chaîne.

Musique traditionnelle ashkenaze: