FUTURISME

A-millenarisme (a=sans)

Jésus ne règne jamais sur la terre, le Millénium est l’Eternité. C’est à dire, qu’il n’y a pas de millénium, une période de 1000 ans particulière, 1000 ans n’étant pas forcement considéré comme ce réel laps de temps mais parfois comme une « période indéterminée mais assez longue ». Les prophéties pour Israël sont aussi pour l’église.

Pré-millénarisme (pre=avant) et tribulationisme

Nous vivons de nos jours AVANT la période particulière de 1000 ans, le millénium. Nous attendons: 1° 7 ans de tribulation, c’est à dire une dernière persécution qui sera particulièrement éprouvante 2° l’enlèvement de l’église, c’est à dire que tous les chrétiens au même moment seront élevés dans les cieux. Il restera sur terre les non-chrétiens qui seront dans l’impossibilité de changer d’avis, c’est à dire dans l’impossibilité d’échapper à la tourmente (et les « pseudos-chrétiens »). L’enlèvement de l’église a lieu soit avant la tribulation (pré-tribulationalisme), soit après (poste-tribulationalisme), soit au milieu (mid-tribulationalisme) ou juste avant l’énorme colère finale (pré-colère). La tribulation-persécution ne concerne donc pas forcement les chrétiens, pour les pré-tribulationistes en tout cas, puisque les chrétiens (l’église) est enlevée avant la tribulation. Le tout sera suivi par: 3° le retour de Jésus-Christ, descendant des nuées et visible de toute la terre en même temps, et 4°, le Millénium. Les prophéties pour Israël sont uniquement pour Israël, elles ne concernent pas l’église.

Post-millénarisme (post=après)

Le Saint-Esprit est le retour de Jésus-Christ. Nous n’attendons pas son retour, puisqu’il est déjà là. Le Millénium se passe maintenant. (Millénium, c’est à dire, 1000 ans de « paix sur la terre » ou encore 1000 ans de règne de Jésus-Christ sur la terre, avant la fin du monde, 1000 ans qui est considéré comme « un certain temps » mais pas forcement réellement 1000 ans). Nous attendons que satan sorte de sa prison.

PRETERISME

Universialisme

L’Apocalypse prophétisait la fin de l’ancienne alliance et le début de la nouvelle alliance. Toutes les prophéties ont été accomplies en l’an 70 comme le prétérisme(1). L’an 70 est une date importante, c’est la destruction du Temple de Jérusalem, et une grande persécution contre les juifs (et les chrétiens). Si la date est parfois comprise entre l’an 68 et l’an 70, c’est surtout la fin du temple qui est pris en considération comme événement important. L’ancienne alliance s’est terminée pour la terre entière cette année là. Les humains nés après cette date n’ont plus besoin d’être sauvés puisqu’ils n’ont jamais été sous l’Ancienne Alliance. Ainsi, le salut est universel (pour tous)

PRETERISME + FUTURISME ( a-millenarisme)

Il y a deux résurrections: la nouvelle naissance (spirituelle) et le retour de christ (corporelle). Dieu possède un seul peuple, L’Église (la nouvelle Israël), qui est la continuité d’Israël (l’ancienne église). Il y a une seule alliance entre Dieu et son peuple. La Période Apostolique se situe entre la pentecôte et l’an 68, (année de la rédaction du dernier livre du Nouveau Testament, l’apocalypse). Retour de Jésus: à la fin des temps avant la 2e résurrection (la corporelle). Le Millénium (« 1000 » = longue période) a commencé depuis les années 70-73 (Destruction du temple de Jérusalem en l’an 70 et prise de la forteresse de Massada, qui était le dernier refuge des juifs, en l’an 73) Depuis, Christ règne et satan est lié. La 70ème semaine dont parle Daniel dans la Bible se situe autour des années 67 à 73 (lorsque les romains éliminèrent beaucoup de juifs) certainement en 70 (destruction du Temple de Jérusalem).

PRETERISME + HISTORISISME

Certaines prophéties sont accomplies et d’autres sont à venir. Le passage entre les 2 alliances, la transition, se fait au milieu de l’Apocalypse de Daniel (dans l’Ancien Tesament) et au milieu du chapitre 24 de Matthieu (Le prétérisme(1) partiel propose la transition en Ap 20, Mt 25 et affirme que Daniel ne concerne pas la fin des temps). Différents points de vue théologiques: comme cette compréhension de l’apocalypse a été développée avant le débat sur le prétérisme et le dispensionnalisme (1) cette vision est moins développée. Elle affirme plusieurs lectures possibles de l’Apocalypse, parle de la fin d’un temps (Rome), ou encore de la fin des temps symbolique et psychologique (offre du réconfort pour les chrétiens persécutés de toutes les époques).

HISTORICISME

La tribulation existe mais les chrétiens sont protégés pour évangéliser. Nous attendons l’enlèvement de l’Église et le retour de Jésus. Les prophéties pour Israël = les prophéties pour l’église.

IDEALISME

Part des événements personnels ou historiques pour leur donner une signification religieuse. Peut se combiner avec : historique ou/et futuriste. Interprétations métaphoriques de la Bible.

PRETERISME + IDEALISME

Toutes les prophéties ont été réalisées en 70. Les prophéties n’annoncent pas des événements historiques mais l’arrivée et l’établissement d’un homme nouveau renouvelé par Christ. Jésus est le point central des prophéties. L’histoire du NT est une parabole de notre transformation en Christ.

point interrogation question desingpoint interrogation question desingpoint interrogation question desing

LES UNS ET LES AUTRES

Nicholas Tom Wright, dans son livre en anglais: Surprised by Hope

Maintenant, Christ est ressuscité. L’Eglise fait son travail, parfois persécutée, parfois victorieuse. Un jour, Jésus reviendra. Ce sera la résurrection, le jugement dernier, le renouvèlement de la terre et les cieux, quand ces derniers ne seront plus séparés mais unis. Entretemps, nous avons une mission pour faire la volonté de Dieu sur terre, d’appeler le monde à l’obéissance et d’annoncer le Seigneurie du Christ sur toute la création.

« Bonsensillénarisme »

Ceux qui ne basent pas leur eschatologie sur quelques versets d’apocalypse 20, remarquant qu’il n’y a rien de semblable ailleurs ni dans La Bible ni dans toute la littérature juive de l’époque, le millénium n’est peut-être pas le meilleur point de départ possible pour une compréhension rigoureusement biblique (un chrétien en Angleterre)

« Témoin-aujourdhuiétiste-agapé »

Fin et début de l’évangile de Matthieu: Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde – elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous.

Hébreux13:8 Jésus Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement

Actes1:7-8 Il leur répondit: Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.

1Corinthiens13:12c-13 aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu. Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l’espérance, la charité; mais la plus grande de ces choses, c’est la charité (agape).

Hébreux 3:7-8b C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint Esprit: Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos coeurs (Béréenne attitude)

 

(UNE PARTIE DES?) PREMIERS CHRETIENS

La Didachè écrite du temps des apôtres ou peu après

(…) Elisez-vous donc des évêques et des diacres dignes du Seigneur, hommes doux et désintéressés, véridiques et éprouvés, car pour vous ils remplissent, eux aussi, l’office de prophètes et de docteurs. (…) – Car dans les derniers jours les faux prophètes et les corrupteurs se multiplieront, les brebis se changeront en loups, l’amour se changera en haine; (…) – Alors paraîtra le Séducteur du monde (se donnant) comme fils de Dieu et il fera des signes et des prodiges et la terre sera livrée entre ses mains et il commettra des forfaits tels qu’il n’y en a point eu depuis l’origine des temps. – Alors toute la création humaine entrera dans le feu de l’épreuve et beaucoup succomberont et périront; mais ceux qui auront persévéré dans leur foi seront sauvés de cet anathème. (l’anathème des faux-prophètes dans l’église ? ) – Et alors paraîtront les signes de la vérité; d’abord le signe de l’ouverture du ciel, puis le signe du son de la trompette et troisièmement la résurrection des morts, non de tous, il est vrai, mais comme il est dit : » Le Seigneur viendra et tous les saints avec Lui ! » – Alors le monde verra le Seigneur venant sur les nuées du Ciel.

smily malade.png

 

CANONISATION DE L’APOCALYPSE

De mémoire, Irénée de Lyon, dans les années 180, ne cite pas l’Apocalypse. Il parle déjà de l’évangile écrit comme fondement de la foi, des Actes des Apôtres et des lettres des Apôtres et bien sur de la Septante (L’Ancien Testament). A ces époques, la Bible n’existe pas encore. Les chrétiens, lorsqu’ils se retrouvent lisent toutes les lettres que s’écrivent les uns et les autres, différents livres et textes, La Septante, qui est plus ou moins « notre » Ancien Testament actuel, les évangiles, les lettres des Apôtres, etc.

Comme il y a soudain énormément de textes, différents conciles locaux et œcuméniques se rassembleront pour établir une liste des livres (lettres, évangiles, etc) pouvant être lus à l’église. Ils souhaitaient que les mêmes livres soient lus dans toutes les villes et que d’autres ne puissent plus être lus.

C’est principalement au concile œcuménique de Trente (1545 – 1563) entre les catholiques et les protestants qu’il sera parlé de canon par rapport à la Bible et plus de liste de livres inspirés ou recommandés. Un canon, c’est plutôt, une « confession de foi », et bien plus largement, une loi votée par le dit concile, loi qui peut être sans aucun rapport avec la Bible et sans rapport avec la croyance. Aux conciles, il était  établi une sorte de « règlement qui convenait à tous », composé de plusieurs points, les canons. Chacun des points étaient proposés selon les conciles précédents, et les « discussions en cours » (les désaccords et donc les accords proposés du moment), et il était énoncé pour chaque point, un « canon », lequel était voté par les responsables des villes représentées.

Auparavant, tous s’entendaient déjà pour la plupart des livres de « notre » Bible actuelle qui étaient considérés en tout cas comme inspirés et souvent comme « sacrés », Saintes-Ecritures ou Parole de Dieu, deux termes rapidement utilisés par les premiers chrétiens. Par contre, les livres « deutérocanoniques » de l’Ancien Testament seront beaucoup discutés, et ils le seront encore jusqu’à nos jours. De très nombreux écrits « disparaissent » soudainement, comme par exemple, les lettres que s’écrivaient les premiers chrétiens d’une ville à l’autre et bien d’autres textes (pas toujours de très bonne qualité) pour ne laisser que les textes autorisés: plus ou moins « notre » Bible actuelle.

Il faudra passablement de conciles pour choisir l’ensemble des textes et les différentes régions ne permettrons pas tous la lecture de l’Apocalypse dans leurs églises pendant plusieurs siècles après Jésus-Christ.

Les conciles locaux rassemblaient les responsables des villes d’une petite région. Les conciles œcuméniques rassemblaient les responsables du plus de villes possibles. Lors des conciles « en petit comité », il était décidé quels livres autoriser dans la liturgie des villes, en partant des listes précédentes. Plusieurs (groupes de) chrétiens dans l’histoire avaient fait des listes, par exemple, en écrivant à un de leurs amis la liste de livres qu’ils pensaient inspirés de Dieu.  Généralement, il est gardé le nom d’une unique personne, même lorsque l’église entière d’une ville (les chrétiens de toute une ville) écrivaient à (tous les chrétiens d’) une autre ville.

Ces listes englobent toutes à peu près les mêmes livres par contre Grégoire (mort en 390) n’incluait pas l’Apocalypse dans sa liste ni le Concile local de Laodicée vers 380 (Corpus canonique de l’Église orthodoxe). Amphiloque d’Iconium (mort vers 400 ou bien mort en 896?) place l’Apocalypse dans sa liste mais écrit: « Quant à l’Apocalypse de Jean, certains l’approuvent mais la majorité la dit fausse ». La liste d’Athanase (mort en 373) ne contient pas l’Apocalypse, entre autres exemples de listes.

Avant tous les autres, le fragment trouvé récemment par Murati,  datant d’environ 170, considère deux Apocalypse, celui de Jean et celui de Pierre. L’Apocalypse de Pierre décrit les tourments de l’enfer et les bénédictions des cieux. Il était considéré comme vrai et lu par les chrétiens à ces époques.

L’Apocalypse (de Jean) (celui qui est dans « nos » Bibles) fut autorisé à être lu dans les liturgies en 419 par le Concile œcuménique qui a suivi plusieurs Concile à Carthage, dont celui de 397 qui avait incorporé l’Apocalypse dans sa liste et il semblerait que depuis, les occidentaux (les catholiques romaines) se sont basé sur ce qui avait été dit en 419. A ces époques, tous les canons, toutes les propositions de loi, étaient votées par les responsables de chaque ville. Puis, il était retenu, les canons qui avaient été approuvés par le plus grand nombre. (Sources détaillées en anglais sur les différentes listes de livre de la Bible)

Aucun de ces conciles n’a défini si les livres deutérocanoniques ou encore l’Apocalypse étaient « à parfaite égalité » avec les autres livres inspirés (les autres livres de « notre » Bible actuelle) mais simplement s’il était possible de les lire ou pas dans les liturgies.

De 1545 à  1563, pendant presque 20 ans,  le concile œcuménique de la ville de Trente entre les catholiques et les protestants (sans les orthodoxes, grecs, russes, coptes, éthiopiens et sans les anabaptistes, et d’autres congrégations) statuera sur de très nombreuses choses et il définira les mêmes livres pour ces deux groupes.

Mais ni les uns ni les autres ne diront que les livres deutérocanoniques sont « à égalité » avec les autres livres de l’Ancien Testament. Quand à l’Apocalypse??? (Si quelqu’un a des sources, elles sont bienvenues ou encore  un lien vers la page du concile de Trente qui en parle)

A partir de 1835, 300 ans après le début historique du protestantisme, les livres deutérocanoniques furent supprimés de plusieurs traductions protestantes pour rendre La Bible plus légère et moins coûteuse. Plusieurs garderont encore les livres deutérocanoniques en leur sein. Il était mentionné dans les Bibles protestantes, (qui étaient les mêmes que les Bibles catholiques) que les livres deutérocanoniques ne faisaient pas partie du canon. Quand à l’Apocalypse???

Les orthodoxes qui ne participaient pas au concile de la ville de Trente garderont leurs différentes listes. La Bible éthiopienne par exemple, contient passablement de livres « en plus » qui ne se retrouvent dans aucune autre Bible.

Béréenne attitude

point interrogation question


Note:

Dispensationalisme

Du latin dispensatio qui traduit le verbe grec oikonomia: gérer, administrer les affaires d’une maison.(maison= famille, temple, peuple, église, chacun). Dieu a décidé de règles différentes en fonction de ce qu’il fait connaitre de lui à l’homme (révélation). Éphésiens 1:10 « pour le mettre à exécution (oikonomia) lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre » Éphésiens 3:9 « la dispensation (oikonomia) du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses ». Dieu se révèle aux hommes par étape, et chaque étape a des lois différentes en fonction de ce que l’homme connait de Dieu. L’obéissance de l’homme est éprouvée dans chacune des étapes en fonction des « commandements » spécifiques à l’étape en question. Le salut s’obtient uniquement par la foi en Dieu puis en son Fils à toutes les étapes. L’obéissance sert à glorifier Dieu ou bien à recevoir une plus grande récompense « dans les cieux » (une plus grande place dans les cieux après la mort physique).

Les sept périodes différentes de révélation et des règles qui lui correspondent sont: 1° Innocence (Genèse 1:1 – 3:7) – 2° Conscience (Genèse 3:8 – 8:22) – 3° Gouvernance humaine (Genèse 9:1 – 11:32) – 4° Promesse (Genèse 12:1 – Exode 19:25) – 5° Loi (Exode 20:1 – Actes 2:4) – 6° Grâce (Actes 2:4 – Apocalypse 20:3) et bientôt la 7ème: le Millénium (Apocalypse 20:4 – 20:6) L’église n’est pas concernée par l’Ancien Testament et une grande partie des évangiles qui s’adressent uniquement à Israël. Il n’est pas possible de comprendre l’Ancien Testament par le Nouveau, puisque Dieu se révèle un peu plus à chaque période.

Prétérisme

L’Apocalypse a déjà eu lieu en l’an 70, lorsque le temple de Jérusalem a été détruit. La Bible est à lire indépendamment du temps, sans rechercher des dates historiques (possibles) mais à lire entièrement comme une allégorie (comme une parabole).

En prenant la Bible entière comme allégorie, il est possible de comprendre que s’il y a des périodes différentes de révélation, elles le sont pour chaque personne, c’est à dire, qu’une personne découvre Dieu petit à petit mais cela peut se faire à partir de tous les livres de la Bible. Dieu se révèle progressivement aux personnes, peu importe l’époque dans laquelle elles sont nées, une même personne vit (peut vivre) « l’ensemble de la Bible », chacun des textes pouvant être « une révélation de Dieu» pour la personne, chacun des textes pouvant être un moyen de « grandir ». (Le dispentionalisme n’exclut pas que chaque texte peut apporter quelque chose à chacun dans l’église de nos jours)

Il existe aussi une théologie qui défini trois « périodes » au lieu de sept: Dieu était le dieu de la première alliance, puis Jésus-Christ, et depuis la pentecôte le Saint-Esprit est «le dieu actuel », entre autres « théologies » existantes …

smili-malade-42

Publicités