Qu’ont fait Paul et Tite de la collecte qu’ils avaient récoltée?

1 Corinthiens 16  (Extraits)
Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints, agissez, vous aussi, comme je l’ai ordonné aux Églises de la Galatie. Au sujet de l’argent à rassembler pour les chrétiens de Jérusalem, j’ai donné des règles aux Églises de Galatie.  Suivez-les, vous aussi.
Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas mon arrivée pour recueillir les dons. Tous les dimanches, chacun de vous doit mettre à part, chez lui, l’argent qu’il a pu économiser. Ainsi, on n’attendra pas mon arrivée pour rassembler l’argent.
Et quand je serai venu, j’enverrai avec des lettres, pour porter vos libéralités à Jérusalem, les personnes que vous aurez approuvées. Si la chose mérite que j’y aille moi-même, elles feront le voyage avec moi. J’irai chez vous quand j’aurai traversé la Macédoine, car je traverserai la Macédoine. Quand je serai là, j’enverrai à Jérusalem les gens que vous avez choisis. Je leur donnerai des lettres de recommandation, et ils apporteront vos dons. Si je dois y aller aussi, ils voyageront avec moi. Je viendrai chez vous en passant par la Macédoine, car je vais traverser cette province.

Les textes des deux colonnes sont presque identiques. Il est possible de lire uniquement la première colonne ou uniquement la deuxième.  La première est la traduction française de la Bible Louis Segond 1910  et la deuxième de la Bible Parole de Vie.

Paul et Timothée ont écrit aux Corinthiens, les chrétiens de la ville de Corinthe, en Achaïe.  Ils demandent qu’ils fassent la même collecte que les Philippiens, les habitants de la ville de Philippe, en Macédoine et que les chrétiens de Galatie.

les-villes-des-lettres-de-la-bible

  2 Corinthiens 8 et 9 (Extraits)
Nous avons donc engagé Tite à achever chez vous cette oeuvre de bienfaisance, comme il l’avait commencée. (…)  vous (…) avez commencé à agir, mais qui en avez eu la volonté dès l’année dernière. (…)  Nous avons donc insisté auprès de Tite. Il avait commencé chez vous cette action pour les chrétiens de Jérusalem.  (…)  vous avez été les premiers à faire quelque chose pour les chrétiens de Jérusalem. Vous avez été aussi les premiers à décider cette action l’année dernière. (…)

Le but n’est pas de devenir pauvre mais d’aider des frères. Et si un jour, eux avaient plus que d’autres, eux aussi, donneraient à leur tour.

Car il s’agit, non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres, mais de suivre une règle d’égalité: dans la circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins, afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vôtres, en sorte qu’il y ait égalité Il ne s’agit pas de vous rendre très pauvres pour aider les autres. Non, ce qu’il faut, c’est l’égalité. Maintenant, ce que vous avez en trop servira à ceux qui manquent de quelque chose. Ainsi, un jour, quand vous manquerez de quelque chose, ce qu’ils auront en trop vous servira. Cela fera l’égalité.
 selon qu’il est écrit: Celui qui avait ramassé beaucoup n’avait rien de trop, et celui qui avait ramassé peu n’en manquait pas.  Les Livres Saints le disent :« Celui qui a récolté beaucoup n’a rien en trop. Celui qui a récolté peu de choses ne manque de rien.»
 (…)  Nous agissons ainsi, afin que personne ne nous blâme au sujet de cette abondante collecte, à laquelle nous donnons nos soins; car nous recherchons ce qui est bien, non seulement devant le Seigneur, mais aussi devant les hommes.  (…) Il est superflu que je vous écrive touchant l’assistance destinée aux saints. Je connais, en effet, votre bonne volonté, dont je me glorifie pour vous auprès des Macédoniens, en déclarant que l’Achaïe est prête depuis l’année dernière (….)  (…) On nous a confié beaucoup d’argent. Nous voulons éviter des reproches sur notre façon de rendre ce service. Nous cherchons ce qui est bien, non seulement aux yeux de Dieu, mais aussi aux yeux des hommes. (…)  Pour l’aide à apporter aux chrétiens de Jérusalem, c’est inutile de vous écrire. Je connais votre bonne volonté. Avec les gens de Macédoine, je me suis vanté à votre sujet. Je leur ai dit : « Les chrétiens de la province d’Akaïe sont prêts à donner depuis l’année dernière. » (…)
 Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne comme il l’a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie.  Il faut le savoir : celui qui sème peu de graines récolte peu, et celui qui sème beaucoup de graines récolte beaucoup. Chacun doit donner ce qu’il a décidé dans son cœur, sans tristesse et sans être forcé.
Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints, mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grâces envers Dieu. Alors beaucoup remercieront Dieu pour ces dons que nous leur ferons de votre part. Par cette offrande, vous rendez service aux chrétiens de Jérusalem. De cette façon, vous leur donnez ce qui leur manque. De plus, vous les encouragez tous à remercier Dieu du fond du cœur.

Pourquoi les chrétiens de Jérusalem étaient soudain pauvres?

La cour du Temple et les nombreuses synagogues de Jérusalem servaient de place du marcher et de café du coin. Les habitants de Jérusalem y venait pour acheter et vendre. Ne plus avoir la possibilité de s’y rendre, rendait le quotidien très difficile. Le livre des Actes de Apôtres nous indique plusieurs fois que les chrétiens n’étaient plus les bienvenus au Temple de Jérusalem.  Par la suite, le Temple fut détruit (dans les années 68-70) et il y aura la guerre à Jérusalem.

Jean 12:42 Cependant, même parmi les chefs, plusieurs crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils n’en faisaient pas l’aveu, dans la crainte d’être exclus de la synagogue.
Jean 16:2 Jésus parle dans l’évangile de Jean : Ils vous excluront des synagogues; et même l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu.

Une autre collecte, de la part des chrétiens d’Antioche

Les chrétiens de la ville d’Antioche feront eux aussi une collecte pour les chrétiens de Jérusalem, à cause de la famine.

Actes 11:27-30 A cette même époque, des prophètes se rendirent de Jérusalem à Antioche. L’un d’eux, nommé Agabus, se leva et prédit sous l’inspiration de l’Esprit qu’une grande famine sévirait bientôt dans le monde entier. Elle eut lieu, en effet, sous le règne de l’empereur Claude (41 à 54). Les disciples d’Antioche décidèrent alors de donner, chacun selon ses moyens, et d’envoyer des secours aux frères qui habitaient la Judée. C’est ce qu’ils firent: ils envoyèrent leurs dons aux responsables de l’Eglise par l’intermédiaire de Barnabas et de Saul (Paul)

(Il existait deux villes du nom d’Antioche)

les-villes-des-lettres-de-la-bible

Retour à la première collecte de l’Achaïe et de la Macédoine

Paul explique ses projets de voyage aux Romains et leur parle de la collecte en question. Paul ne demandera pas aux romains d’aider les chrétiens de Jérusalem. Certainement, ils n’avaient pas la possibilité, pas les moyens de donner à d’autres.  Il ne semble pas que cette collecte soit encore mentionnée ailleurs dans le Nouveau Testament.

Romains 15 (Extraits)
J’espère vous voir en passant, quand je me rendrai en Espagne (…) je vais à Jérusalem, pour le service des saints. Car la Macédoine et l’Achaïe ont bien voulu s’imposer une contribution en faveur des pauvres parmi les saints de Jérusalem. (…) Dès que je leur aurai remis ces dons, je partirai pour l’Espagne et passerai chez vous. Comme j’ai très envie d’aller chez vous depuis plusieurs années, je le ferai quand j’irai en Espagne. (…) je vais à Jérusalem, pour rendre service aux membres du peuple de Dieu qui sont dans cette ville. En effet, les chrétiens de Macédoine et d’Akaïe ont décidé de donner de l’argent pour les chrétiens de Jérusalem qui sont pauvres. (…) Quand j’aurai remis l’argent à la communauté de Jérusalem, j’irai en Espagne en passant chez vous.

Béréenne attitude

Publicités