La doctrine de l’arminianisme enseigne: nous sommes responsables de notre salut.

Nous sommes responsables de le recevoir par notre repentance, et responsables de le garder par notre sanctification. Nous pourrions perdre le salut, si nous nous comportons mal au point de nous éloigner petit à petit de Dieu.

Une autre doctrine enseigne: Dieu nous sauve entièrement et parfaitement.  L’homme par sa conduite ne pas se sauver plus et mieux ou encore gagner ou perdre son salut.  Dieu lui nous sanctifie (le premier jour et définitivement) par la mort propitiatoire de Jésus à la croix. Le résultat, notre sanctification, est total et parfait, c’est le résultat de l’action de Dieu.

Lui nous a séparé du mal.

Mon salut

Une doctrine dirige nos yeux vers nous-mêmes: comment puis-je me sauver moi,  me sanctifier moi, ne pas perdre ou encore gagner moi le salut. Ou encore comment puis-je avoir assez de foi. Nos yeux sont tournés vers nous-mêmes, nous évaluons notre foi régulièrement : je manque de foi, ai-je suffisamment de foi, etc.  Ou le contraire, moi au moins, j’ai une très grande foi! Plus grande que celle des autres!

Généralement, cette doctrine va avec MA repentance me sauve, et plus même, MA BONNE repentance me sauve.

Elle peut entraîner des questions comme: me suis-je bien repenti? Plusieurs se repentent encore et encore trouvant que leur repentance n’est jamais assez bonne.  Et dans le sens contraire, je me suis repenti, plus et mieux que d’autres. La réelle repentance est forcement « insuffisante » à nous sauver, nous avons tous besoin de la Croix pour nous sauver.

A l’extrême, cette doctrine peut entraîner d’aimer les autres pour son propre salut. Je t’aime pour mon salut. Je te donne de mon temps, de l’aide, je t’évangélise, pour mon salut, pour ma propre sanctification, pour être moi un meilleur chrétien.

Ce qui n’est pas du tout de l’amour en fait car nous pensons à nous-mêmes en agissant et pas aux autres.

Parfois, cela peut être aussi pour répondre aux critères d’évaluations d’autres.

Le salut des autres

Une doctrine dirige nos yeux vers les autres: comment mon comportement pourrait rebuter les autres dans leur recherche de Dieu? Les faux-chrétiens s’en donnent à coeur joie à ce petit jeu. Ils font croire aux non-chrétiens (et parfois déjà aux chrétiens eux-mêmes) qu’être chrétien, c’est ressembler à une grenouille de bénitier, à un illuminé, etc, etc. La palette est très large pour (essayer de) rebuter les non-chrétiens à devenir chrétiens.

Évidement, la Bible va toujours dans le sens contraire, Ancien comme Nouveau Testament. Comment mon comportement pourrait donner à chacun le désir de découvrir Dieu si grand et si juste et si bon que je connais?

Car nous sommes conscients d’un si grand salut, d’une si grande grâce de Dieu envers nous pêcheurs, nous souhaitons que rien en nous ne puisse empêcher d’autres d’en bénéficier.

(Nos pensées sont souvent  pernicieuses et il est possible de penser à nouveau à son propre salut: j’aimerais te présenter mon Dieu pour avoir un (meilleur) salut, me sanctifier, etc).

Nous faisons les choses pour Dieu

Une doctrine dirige nos yeux vers Dieu: démontrer la grandeur de Dieu, en pensant à Dieu « en personne ». Mais Dieu a-t-il besoin de nous pour le démontrer?  Comment être le témoin de Dieu? Qu’est-ce qui honore réellement Dieu? Que dois-je faire pour Dieu? Dois-je faire quelque chose pour Lui?

Dieu fait des choses pour moi

Une doctrine stipule que Dieu nous aime. Se savoir aimé de Dieu, et réaliser qu’avant même que nous nous intersessions à lui, il nous aimait. Jésus n’est pas venu pour des justes mais pour des pêcheurs.

Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce QU IL NOUS A AIME et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. (1 Jean 4 extrait)

Plus loin, Dieu nous choisi et nous équipe lui-même.

Romains 8, extraits:

  • 9 Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père!
  • L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Chris (…) pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.(…)  Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. (…) Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie!  Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, (…)  Car j’ai l’assurance que (…rien…) ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur.

Sur quoi s’appuie l’arminianisme ?

Cette doctrine part en particulier de plusieurs versets d’Hébreux 6 et 10 d’un verset d’Hébreux 12 et de quelques autres versets.

En Hébreux 12 par exemple, le but est d’être une lumière pour les autres, afin que les autres soient sauvés. C’était le premier but de Paul, que le plus grand nombre soient sauvés. Aussi en voyant notre comportement, afin que rien ne les rebute lors de leur recherche de Dieu. Et plus loin, lorsque Dieu les visitera, ils se souviendront de notre comportement et reconnaîtront Dieu pour Dieu.

  • Jésus parle dans l’évangile de Matthieu 5:16 Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.
  • Première lettre de Pierre 2:12 Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes oeuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera.

La sanctification dans la Bible, bien se comporter,  afin que les païens reconnaissent dieu pour Dieu par le comportement des chrétiens.

Dieu n’est pas une doctrine

Au delà des doctrines, il y a des hommes touchés par Dieu. Et premièrement Dieu « en personne ». Lui est important. Plus que les doctrines, et même plus que le témoignage rendu à Dieu par les hommes.

Est-ce notre comportement qui nous sauve ou n’a-t-il pas d’influence sur notre salut, car Dieu nous sauve entièrement, totalement, parfaitement par Jésus-Christ? Notre comportement peut-il avoir de l’influence sur le salut des autres?

  • Le monde en effet attend avec impatience cette révélation des fils de Dieu (…) et [le monde] sera lui aussi délivré de l’esclavage de la corruption pour partager dans la gloire la liberté des enfants de Dieu. Romains 8:19 et 21 – Traduction: Pirot-Clamer / Liénart.

Paul répondra aux non-arminianistes: cette foi que tu as garde-la pour toi. (Romains 14:22)

Béréenne attitude

Autres articles de ce blog