La lettre aux Colossiens parle de cette lettre aux Laodicéens: « Saluez les frères qui sont à Laodicée, et Nymphas (qui est une femme), et l’Eglise qui est dans sa maison. Lorsque cette lettre aura été lue chez vous, faites en sorte qu’elle soit aussi lue dans l’Église des Laodicéens, et que vous lisiez à votre tour celle qui vous arrivera de Laodicée. Et dites à Archippe: Prends garde au ministère que tu as reçu dans le Seigneur, afin de le bien remplir. Je vous salue, moi Paul, de ma propre main. Souvenez-vous de mes liens. Que la grâce soit avec vous! » (Colossiens 4:15-18)

La lettre aux Laodicéen (voir ci-dessous) se termine ainsi: Faites lire ceci aux Colossiens et faites lire la lettre des Colossiens parmi vous.

Laodicéens 1à 19: Paul, apôtre non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ, aux frères qui sont à Laodicée. A vous soit la grâce et la paix de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ. Je rends grâce au Christ en toutes mes prières de ce que vous demeurez en lui et persévérez dans ses œuvres, attendant ce qui vous a été promis pour le jour du jugement. Ne vous laissez pas tromper, par les vains discours de certaines gens qui s’insinuent pour vous écarter de la vérité, de l’évangile prêché par moi. Maintenant, Dieu fera en sorte, que ceux qui viennent de ma part, au service du progrès de la vérité de l’évangile et faisant le bien, opèrent ce qui amène le Salut, la vie Eternelle. Et maintenant, mes chaînes sont de notoriété publique. Elles que j’endure en Christ. Elles, dont je suis heureux et me réjouis. Et cela est pour mon salut éternel, lequel se réalise dans vos prières et dans le secours du Saint Esprit, soit par ma vie, soit par ma mort. Car pour moi, la vie est en Christ et mourir est une joie. Et il produira en vous cela même par sa miséricorde, de telle sorte que vous ayez le même amour et les mêmes sentiments. Ainsi mes bien-aimés, comme vous avez entendu parler de ma venue, ainsi restez ferme et agissez dans la crainte de Dieu et vous aurez la vie pour l’éternité. Car c’est Dieu qui agit en vous. Et faites sans arrières pensées tout ce que vous faites. Au reste mes bien-aimés, réjouissez vous en Christ et gardez vous de ceux qui recherchent des gains honteux. Que vos prières soient connues de Dieu et restez ferme dans la pensée du Christ. Et faites ce qui est intègre, vrai, chaste, juste et aimable. Et ce que vous avez entendu et reçu, conservez-le dans votre cœur, et vous aurez la paix. Saluez tous les frères d’un Saint baiser. Les Saints vous saluent. Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec votre esprit. Faites lire ceci aux Colossiens et faites lire la lettre des Colossiens parmi vous.


Cette lettre aux Laodicéens se trouve dans un peu plus d’une centaine de manuscrits de la Vulgate. Elle fait partie du Nouveau Testament en Occitan, actuellement exposé au Musée de Lyon en France. Ce Nouveau Testament est une traduction « exacte » et en tout point conforme à La Vulgate, rédigé dans les années 1200.

Elle ne fait plus partie de nos Bibles actuelles. Elle a soudain été retirée des livres considérés comme inspirés.

Cette lettre aux Laodicéens ne contient visiblement pas quelque chose de faux mais dans le sens contraire, elle ne contient pas d’enseignement du tout.  En supposant qu’elle soit de Paul, ce serait en quelque sorte une carte postale, qu’il aurait envoyée depuis la prison de Rome, qui n’apporte pas d’informations théologiques.

Elle pourrait apporter par contre, des informations non-théologiques, par exemple, avoir été écrite à l’Église de Laodicée, Église de Nympha, une femme.

Dans l’histoire, son nom avait été transformé en celui d’un homme, ainsi que celui de la femme et apôtre Junia.

(Plus d’informations dans les articles sur Nympha et Junia dans la catégorie: personnages bibliques)

Béréenne attitude

Publicités