Dans les différentes traductions de la Bible en français, nous pouvons lire comment a été traduit le verset d’Actes 14:23:

Les assemblées choisissent leurs anciens

  • ils firent élire des responsables, à main levée – Semeur
  • par l’avis des assemblées ils eurent établi des Anciens – Martin
  • Ils firent nommer des anciens dans chaque Église – Segond 1910
  • Ils firent nommer des Anciens dans chaque Église – Stapfer 1889

Les apôtres désignent les anciens

  • ils établirent des anciens dans chaque Église – Osterwald
  • Ils désignèrent des anciens dans chaque Eglise – Segond 21
  • leur ayant choisi des anciens dans chaque assemblée – Darby
  • ils leur désignèrent des ancien – La Bible en français courant (BFC)
  • Paul et Barnabas choisissent des anciens pour chaque Église – La Bible Parole de Vie (PVD)
  • Ils leur désignèrent des anciens – La bible de Jérusalem
  • Ils leur désignent des anciens – La bible D’André Chouraqui
  • Ils nommèrent des anciens dans chaque Église – Synodale 1921

Les deux propositions à la fois, la deuxième en note de bas de page

  •  Ils firent nommer pour eux des anciens – La Colombe
    Note : On peut aussi comprendre : ils nommèrent pour eux.
  • Ils leur désignèrent des anciens – Traduction Œcuménique de la Bible (TOB)
    Note : Seul renseignement donné par les Actes sur le mode de désignation des anciens, qui apparaissent ici, pour la première fois, hors de Jérusalem (11:30 n). Il est possible que les Eglises aient participé à leur choix (voir 6:5-6 ; 16:2-3), mais en tout cas la décision finale appartient aux apôtres (voir Tt 1:5) et, de quelque manière, à l’Esprit Saint (20:28). Sur le rôle des anciens : 20:18 n.
  • ils leur désignèrent des anciens – La Nouvelle Bible Segond (NBS)
    Note : Ils leur désignèrent : certains ont compris « ils firent nommer pour eux » voir l’emploi du même verbe au passif en 2Co 8:19 et d’un dérivé en Ac 10:41 ; cf. Ac 6:5 ; 16:2 ; 20:28 ; Tt 1:5

(Il existe encore d’autres traductions françaises de la Bible)

Systèmes actuels d’assemblée (d’église)

(wikipédia) et (Larousse)

Système congrégationaliste

La congrégation, c’est à dire chacun dans l’assemblée (dans l’église) nomme ou révoque le  ou les responsables, décide du budget entier de l’assemblée, prend toutes les décisions concernant l’ensemble de la vie de l’église. Les responsables considèrent qu’ils prennent une charge, un service, une responsabilité, généralement dans le but de prendre soin de chacun. Ils sont souvent bénévoles et travaillent dans la vie de tous les jours à l’extérieur de l’assemblée.  Les assemblées sont indépendantes les unes des autres.

Système épiscopalien

  • Protestantisme épiscopalien (toutes les églises protestantes ne sont pas épiscopales):  les pasteurs dirigent les assemblées et prennent toutes les décisions pour les assemblées. Ils se reconnaissent les uns, les autres en fonction de leurs diplômes, souvent peu importe leur croyance. Clairement, il est possible de faire partie des responsables sans croire à la Bible et sans croire au « Jésus de la Bible ».
  • Catholicisme romain:  jusqu’en 1870, l’assemblée des évêques votait toutes les décisions, chaque évêque ayant les pleins pouvoir pour sa région. Lors de Vatican un, une votation de cette assemblée a donné les pleins pouvoirs au pape seul. Plusieurs évêques demeureront indépendants.
  • Catholicismes: voir deux autres articles: L’église catholique chrétienne et quelques exemples d’églises catholiques non-romaines
  • Dans les différentes églises orthodoxes: les églises sont autocéphales, c’est à dire indépendantes les unes des autres. Plusieurs évêques sont responsables chacun dans leur (petite) région. Un primat, appelé pape, archevêque, ou encore patriarche, chapeaute plusieurs régions. Les orthodoxes qui ont reconnus les sept conciles donnent une primauté d’honneur au patriarche de Constantinople-Istanbul.
  • Anglicanisme: idem que dans l’orthodoxie

Système presbytérien (protestant uniquement)

Un groupe d’anciens et de pasteurs (le presbyterium) dirige l’assemblée. Les synodes, composés de pasteurs et de délégués des conseils presbytéraux prennent les décisions au niveau national pour toutes les assemblées d’un même pays. (Ou bien pour toutes les assemblées d’une même fédération ou d’une même dénomination) Il est aussi tout à fait possible de faire partie d’un synode, et donc de prendre des décisions pour  un groupe de chrétiens, sans croire la Bible et au « Jésus de la Bible », clairement sans être chrétien. (Ce qui ne signifie pas que dans les autres systèmes les responsables sont tous chrétiens même, s’ils ne sont pas forcement reconnus par leur diplôme mais plutôt par leur foi et leur comportement)

Sans système

Plusieurs chrétiens se réunissent sans système, chaque groupe étant entièrement indépendant des autres groupes. Certains devant une décision à prendre, en parlent et prient sans aucune votation. D’autres choisissent de se rassembler pour voter une chose ou une autre. Certains ont des anciens, des responsables, d’autres pas.

Dans les écrits des premiers chrétiens (après les apôtres)

Entre 68 et 107- 113, dans les lettres d’Ignace d’Antioche

  • Polycarpe 7:2 : Ignace, dit aussi Théophore, à Polycarpe, évêque de l’Église de Smyrne, ou plutôt qui a pour évêque Dieu le Père et le Seigneur Jésus Christ, salut et toute sorte de joies ! (…) Il convient, bienheureux Polycarpe, de convoquer une assemblée agréable à Dieu, et d’élire quelqu’un qui vous soit très cher et qui soit actif, qui puisse être appelé le courrier de Dieu ; charge le d’aller en Syrie pour célébrer votre infatigable charité pour la gloire de Dieu. »
  • Ignace d’Antioche aux Philadelphiens 10:1 : « On m’a annoncé que grâce à votre prière et à la miséricorde que vous avez dans le Christ Jésus, l’Eglise d’Antioche de Syrie est en paix ; il convient donc que vous, en tant qu’Eglise de Dieu, vous élisiez un diacre, pour qu’il y aille en messager de Dieu, pour se réjouir avec ceux qui sont assemblés, et glorifier le Nom . »
  • Ignace d’Antioche aux Smyrniotes 11:2 : « Afin donc que votre oeuvre soit parfaite et sur terre et dans le ciel, il convient que, à l’honneur de Dieu, votre Église élise un envoyé de Dieu pour aller jusqu’en Syrie se réjouir avec eux de ce qu’ils possèdent la paix et ont retrouvé la grandeur, et de ce que leur corps a été rétabli. »

Vers les années 180, Irénée de Lyon

Dans son 4ème livre « Contre les hérétiques », il écrit très explicitement que chaque chrétien doit s’attacher ou fuir les personnes se présentant comme presbytres (les nombreux successeurs de beaucoup d’apôtres). Irénée les différencie ainsi:

  • les presbytres (les anciens) qui avaient bien accompli leur mission: garder scrupuleusement la tradition des apôtres, et qui d’autres part avaient un bon comportement: ceux auxquels les chrétiens doivent s’attacher
  • les autres presbytres (les anciens) que les chrétiens doivent fuir

Les responsables devaient garder la tradition antique des apôtres dans toute sa pureté, écrit Irénée dans sa lettre à son ami Marcien: prédication des apôtres. Ils devaient d’autre part bien se comporter, selon son  4ème livre. Irénée reprend les critères des écrits des apôtres (dans le Nouveau Testament):

2 Thessaloniciens 2:15 Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions  (=les traditions) que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre.

2 Thessaloniciens 3:6 nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre (dans la paresse), et non selon les instructions (=la tradition) que vous avez reçues de nous.

Irénée de Lyon explique dans son 3ème livre contre les hérétiques: « Cet Évangile, (les apôtres) l’ont d’abord prêché ; ensuite, par la volonté de Dieu, ils nous l’ont transmis dans des Écritures, pour qu’il soit le fondement et la colonne de notre foi ».

Dans la didachè écrite en même temps que le Nouveau Testament ou peu après

La didachè différencie les responsables à l’intérieur des assemblées, de personnes externes qui agiraient en tant qu’apôtre, prophète ou docteur.

Pour les personnes connues: La Didachè 15:1 : « Ainsi donc, élisez-vous des évêques et des diacres dignes du Seigneur »

Pour les personnes inconnues, et qui enseigneraient ou se présenteraient comme docteur, apôtres ou prophète, il ressort sans ambiguïté possible, que tous les chrétiens lamdas avaient à les éprouver avant de les reconnaître comme telles. La didachè se termine par une mise en garde sur les faux-prophètes (faux-docteurs, etc) et avertit qu’ils seront de plus en plus nombreux.

D’autres exemples du nouveau testament

Joseph et Matthias pour remplacer Juda

Pour remplacer Judas, deux personnes irréprochables sont présentées par l’ensemble des chrétiens. En Actes 1:23-26, un autre verbe grec est utilisé qui n’est pas élire-désigner. Pierre s’adresse à tous. Ils étaient environ 120:

Alors ils retournèrent à Jérusalem, (…) dans la chambre haute (…)  Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière (…) Judas (…) était compté parmi nous, et il avait part au même ministère (…) Qu’un autre prenne sa charge! Il faut donc que, parmi ceux qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu avec nous, depuis le baptême de Jean jusqu’au jour où il a été enlevé du milieu de nous, il y en ait un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection. Ils en présentèrent deux: Joseph (…) et Matthias.

A noter que cela se passait avant la pentecôte. Ils ont agit, selon ce qu’ils connaissaient jusqu’à présent: tirer au sort entre 2 personnes. Certaines assemblées reproduisent cette façon de faire, de nos jours encore.

Pierre

1Pierre 1:1 et 1Pierre 5:1-5: à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie et la Bithynie … aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux … Paissez le troupeau de Dieu … en étant les modèles du troupeau … vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. »

Les anciens sont opposés aux jeunes. Il semble qu’il n’y ait que deux groupes: les jeunes et les anciens. Les anciens l’étaient à partir de 30 ans.

Les économes de Jérusalem et des autres villes

Peu après la pentecôte, les sept premiers à servir sont présentés par tous les frères.

Actes 6 et 7 extraits:  les Hellénistes murmurèrent contre les Hébreux, parce que leurs veuves étaient négligées dans la distribution qui se faisait chaque jour. C’est pourquoi les Douze ayant appelé la multitude des disciples, dirent : il n’est pas raisonnable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables. Regardez donc, mes frères, de choisir sept hommes d’entre vous, de qui on ait bon témoignage, pleins du Saint-Esprit et de sagesse, auxquels nous commettions cette affaire. Et pour nous, nous continuerons de vaquer à la prière, et à l’administration de la parole. Et ce discours plut à toute l’assemblée qui était là présente; et ils élurent Étienne, homme plein de foi et du Saint-Esprit, et Philippe, et Prochore, et Nicanor, et Timon, et Parménas, et Nicolas, prosélyte d’Antioche. Et ils les présentèrent aux Apôtres; qui, après avoir prié, leur imposèrent les mains. (…) Tous ceux qui siégeaient au sanhédrin ayant fixé les regards sur Étienne (…) Le souverain sacrificateur dit: Les choses sont-elles ainsi? Étienne répondit…

A noter que le discours a plu à l’assemblée. Cela sous-entend qu’il aurait pu ne pas plaire à l’assemblée.

Les évêques en Tite 1 étaient choisis pour deux choses:

  • comme économe de Dieu
  • et pour être attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs.

Étienne savait répondre au sanhédrin entier. Il ne faisait pas que servir aux tables, fonction d’économe de Dieu, qui consiste à gérer le budget de l’église, dans le but de distribuer des potions équitables et qu’aucun ne soit négligé. (Les veuves hellénistes en début d’Actes 6)

Dès qu’il y eu des chrétiens en grand nombre en dehors de Jérusalem, cette même fonction sera étayée et propagée dans d’autres villes. Nous lisons en Tite 1:
(Paul parle à Tite) Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville, s’il s’y trouve quelque homme irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni rebelles. Car il faut que l’évêque soit irréprochable, comme économe de Dieu; qu’il ne soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à un gain déshonnête; mais qu’il soit hospitalier, ami des gens de bien, modéré, juste, saint, tempérant, attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs.

Paul a expliquer sur quels critères se baser et Tite lui, s’est basé sur l’avis de ceux qui connaissaient suffisamment les personnes pour pouvoir en rendre un bon témoignage, Tite étant itinérant, il n’avait pas le temps d’éprouver chacun sur la durée.

En 1 Timothée 3, le bon témoignage demandé aux évêques dépasse même le cadre des chrétiens. Verset 7: Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors.

Toujours dans 1 Timothée 3, les ministres – serviteurs – diacres, (qui ne sont pas des évêques) doivent être premièrement éprouvés. Verset 10: Qu’on les éprouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministère, s’ils sont sans reproche.

  • Voir aussi: les 7 pour servir aux tables, les évêques, les économes de Dieu, de Tite et Timothée: La religion chrétienne

Paul

Avec l’arrivée de faux-apôtres, de fausses-lettres des apôtres, de faux-prophètes, de faux-frères,  de vains-discoureurs, de loups et autres séducteurs, etc, Paul sera très exigeant quand aux choix des personnes qui gardent et transmettent l’évangile, afin que ce dernier puisse être propagé ‘sans déformation’. Il donnera bien des recommandations pour choisir des serviteurs-anciens-responsables.

Plusieurs critères de Paul ne sont plus considérés de nos jours dans la plupart des assemblées. D’autres sont soulignés en long et en large. Une partie de ces mêmes critères sont parfois demandés aux futurs baptisés.

Description de l’assemblée dans le nouveau testament

Selon 1 Corinthiens 14, le seul passage qui explique le déroulement d’une assemblée, Paul souhaite que tous prophétisent:

  • Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie.
  • Je désire que vous (…) tous (…) prophétisiez. (…)
  • Mais si tous prophétisent, et qu’il survienne quelque non-croyant, il est convaincu (réfuté) par tous, il est jugé/discerné par tous (…) il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous.
  • Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l’édification
  • Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent/discernent (dia-krino) de ce qui est dit; et si un autre qui est assis a une révélation, que le premier se taise.
    dia-krino (strong n°1252) : Séparer, faire une distinction, distinguer, préférer. Apprendre par discernement, essayer, décider. Déterminer, donner un jugement, décider dans une discussion. Se retirer, déserter. S’opposer, lutter, soutenir. Etre en désaccord avec quelqu’un, hésiter, douter –
  • Car vous pouvez tous prophétiser successivement
  • Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes
  • Ainsi donc, frères, aspirez au don de prophétie…

(Seuls les passages concernant la prophétie ont été repris)

Dans l’Ancien Testament

Theonoptie dans sa vidéo de Mars 2019: Le chrétien et la politique (pouvoir et contre pouvoir) (partie 1) explique:

Moïse avait demandé au peuple de se choisir des personnes. Une fois choisies par le peuple entier, Moïse leur donnerait une place, selon leurs aptitudes. Si en cours de route la personne perdait ses aptitudes (s’éloignerait de Dieu), elle serait destituée.

Deutéronome 1:13 Moïse parle au peuple et dit: « Prenez dans vos tribus des hommes sages, intelligents et connus et je les mettrai à votre tête.

Le terme hébreu pour homme dans le verset est «anasîm » dans les manuscrits les plus anciens, et signifie « personne (homme ou femme) plébiscitée par un groupe ». Les manuscrits plus récents contiennent le terme hébreu «eboshîm», qui désigne uniquement des hommes de sexe masculin plébiscités par un groupe.

Le peuple choisit des personnes pour: – leur sagesse: textuellement pour leur aptitude à gérer des conflits, – leur intelligence: textuellement pour leur bonne relation à Dieu et leur bonne connaissance de la Parole, – leur notoriété: textuellement expertes dans un domaine pratique.

Moïse, comme Paul, souhaitera que tous prophétisent

Nombres 11:29b Puisse tout le peuple de l’Éternel être composé de prophètes; et veuille l’Éternel mettre son esprit sur eux!

Que signifie prophète, prophétiser dans le Nouveau Testament?

Toujours selon l’unique description d’une assemblée dans le Nouveau Testament, selon 1 Corinthiens 14, prophétiser c’est:

  • édifier les hommes
  • exhorter
  • consoler (encourager)
  • édifier l’Église
  • convaincre (réfuter)
  • juger (discerner)
  • connaître les secrets des coeurs
  • juger/discerner/vérifier (gerc: diakrino) et approuver ou pas ce qui est dit par les autres
  • recevoir des révélations pour :
    • instruire
    • exhorter
  • se soumettre au discernement des autres frères qui prophétisent

Corrélation entre le Nouveau et l’Ancien Testament

Jean-Luc Burnot, explique dans son blog, porte-parole:

Les 70 anciens qui reçoivent une part de l’Esprit de Moïse dans Nombres 11 ne sont pas désignés par Moïse, mais reconnu par le peuple comme ayant sagesse et autorité. Moïse donne seulement le nombre de ces personnes désignées (70). On retrouve le même usage de ce principe dans Actes 6 lorsque les apôtres demandent à l’assemblée de leur désigner 7 hommes remplis d’Esprit Saint et de sagesse. Ce ne sont pas les apôtres qui désignent les diacres, mais ils précisent seulement leur nombre (7) et font appel au discernement de l’assemblée pour les désigner. Ensuite ils ne font qu’officialiser le choix de l’église. On peut raisonnablement considérer que c’est le même principe qui est employé pour la désignation des anciens dans les différentes assemblées néo testamentaires. Paul ou Tite (1 ; 5.) entérinent le discernement de l’assemblée (après lui avoir donné des critères de sélection) et établissent officiellement les « hommes dons » reconnus par elle.

Le contexte d’Actes 14:23

Actes 14:23 est le verset donné dans de nombreuses traductions différentes en français, au tout début de cet article: « Ils firent nommer des anciens dans chaque Église » (Segond 1910)

Actes 14, extrait:

A Icone, Paul et Barnabas entrèrent ensemble dans la synagogue des Juifs, et ils parlèrent de telle manière qu’une grande multitude de Juifs et de Grecs crurent. Mais ceux des Juifs qui ne crurent point excitèrent et aigrirent les esprits des païens contre les frères.(…) Paul et Barnabas, en ayant eu connaissance, se réfugièrent dans les villes de la Lycaonie (…) Et ils y annoncèrent la bonne nouvelle.

A Lystre (…)  A peine purent-ils, par ces paroles, empêcher la foule de leur offrir un sacrifice. Alors survinrent d’Antioche et d’Icone des Juifs qui gagnèrent la foule, et qui, après avoir lapidé Paul, le traînèrent hors de la ville, pensant qu’il était mort. Mais, les disciples l’ayant entouré, il se leva, et entra dans la ville.

Le lendemain, il partit pour Derbe avec Barnabas. Quand ils eurent évangélisé cette ville et fait un certain nombre de disciples,

ils retournèrent à Lystre, à Icone et à Antioche, fortifiant l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu.  « Ils firent nommer des anciens dans chaque Église » et, après avoir prié et jeûné, ils les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru.

Traversant ensuite la Pisidie, ils vinrent en Pamphylie, annoncèrent la parole à Perge, et descendirent à Attalie.

De là ils s’embarquèrent pour Antioche, d’où ils avaient été recommandés à la grâce de Dieu pour l’oeuvre qu’ils venaient d’accomplir. Après leur arrivée, ils convoquèrent l’Église, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi et ils demeurèrent assez longtemps avec les disciples. (Fin des extraits d’Actes 14)

Il existait deux villes du nom d’Antioche. Paul et Barnabas avaient été envoyé par la première pour se rendre dans celle près de Lystre et Icone. A la fin de leur voyage, ils retourneront dans la première.

(Plus de détails dans un article de ce blog: Barnabas (et Paul): recommandations aux chrétiens)

Béréenne attitude


Élire à main levée, nommer, ou désigner?

Le mot en grec:  χειροτονέω –  cheirotoneó – No strong 5500  est traduit différemment d’une Bible en français à l’autre. Comment c’est possible?

Alfred Kuen dans son livre  « Ministères dans l’Eglise » explique: Au moment où il fallut remplacer Judas suite à sa trahison, le choix de deux candidats a été effectué par l’ensemble des disciples présents et l’on tira ensuite au sort (Actes 1:15,23) : « En ces jours là, Pierre se leva du milieu des frères – ils étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes […] On en présenta deux, Joseph dit Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias ». Un peu plus tard, quand les apôtres décidèrent de déléguer certaines tâches. Ils dirent aux disciples de choisir parmi eux sept personnes pour servir aux tables : (Actes 6:1-6) : « Cherchez (épisképtomaï) plutôt parmi vous, frères, sept hommes de bonne réputation, remplis de l’Esprit et de sagesse, et nous les préposerons (kathistèmi) à cet office […] et l’on choisit (eklegô) Etienne… ».

A noter que ces versets gênants ont été corrigés dans des manuscrits plus récents : « On en présenta deux » est devenu « Il en présenta deux » et « cherchez plutôt » est devenu « nous allons plutôt chercher ». Le choix est devenu celui des apôtres (1). épisképtomaï signifie « regarder autour de soi pour faire un choix » et kathistèmi, « préposer, établir ».
Le terme eklegô était utilisé pour les élections des anciens chargés de l’administration de la cité, des archontes et autres magistrats (2). Il ressort clairement de ce passage que le choix des « serviteurs aux tables » a été effectué par les disciples et que les apôtres les instituèrent officiellement dans cette fonction. On retrouve le terme eklegô en Actes 15:22,25 : « Alors les apôtres et les anciens, d’accord avec l’Eglise tout entière, décidèrent de choisir (eklegô) quelques-uns d’entre eux et de les envoyer à Antioche avec Paul et Barnabé […] nous avons décidé de choisir (eklegô) d’un commun accord des délégués et de vous les envoyer… ».

  1. Voir les notes de la Bible de Jérusalem pour ces versets.
  2. Platon, La République, VII, 536c.

Le pouvoir de Tite d’établir (kathistèmi) dans chaque ville des anciens (Tite 1:5) comme ont fait les apôtres pour les « serviteurs aux tables » ne contredit nullement cette façon de faire puisque le texte ne dit rien sur la façon dont le choix préalable a été effectué. Un autre terme est employé en Actes 14:23 et la traduction en est controversée : « Ils (Paul et Barnabé) leur désignèrent (cheirotoneô) des anciens dans chaque Eglise… ».

Cheirotoneô signifie étymologiquement « élire à main levée » comme cela se faisait régulièrement dans l’assemblée athénienne. On levait la main pour exprimer son accord dans un vote ou choisir quelqu’un pour certaines tâches spécifiques (1). On retrouve ce terme en 2 Corinthiens 8:19 : « … il a été désigné par le suffrage (cheirotoneô) des Eglises comme notre compagnon de voyage ». Curieusement, la Bible de Jérusalem le rend correctement dans ce verset contrairement au précédent. On trouve également ce terme une fois dans la Septante où il signifie « levée de la main » (2). Pour certains il en vint à être employé dans le sens de « désigner, établir » mais cet usage n’est pas attesté par ailleurs (3). Au contraire, les écrits des pères apostoliques – la Didaché (4) ainsi qu’Ignace d’Antioche dans ses lettres à Polycarpe (5), aux Philadelphiens (6) et aux Smyrniotes (7) – emploient le terme dans le même sens que les écrits grecs classiques ce qui indique qu’il n’en a pas changé.

On devrait donc rendre Actes 14:23 comme le fait la Bible de la Colombe : »Ils firent nommer par eux des anciens dans chaque Eglise… ». Il n’est pas étonnant que les églises dans lesquelles les anciens et tout autres ministres sont choisis par la voie hiérarchique n’admettent pas ce modèle biblique. (8) Epître aux Corinthiens 44:3 : « Ceux qui ont ainsi reçu leur charge des Apôtres, ou, plus tard, d’autres personnages éminents, avec l’assentiment de toute l’Eglise… ».

  1. Platon, Les Lois, VI, 755-756 : « L’assemblée décidera à main levée lequel des deux lui paraît tel et il sera admis pour l’élection […] La cavalerie votera à main levée en présence et sous les yeux de tous les fantassins, et les deux qui auront le plus de voix seront nommés chefs de toute la cavalerie. »
  2. Esaïe 58:9.
  3. F. Bruce, The Acts of the Apostles (1970) p. 286. A Greek-English Lexicon (1968), p. 1986.
  4. La Didachè 15:1 : « Ainsi donc, élisez-vous des évêques et des diacres dignes du Seigneur… »
  5. Lettre à Polycarpe 7:2 : « Il convient, bienheureux Polycarpe, de convoquer une assemblée agréable à Dieu, et d’élire quelqu’un qui vous soit très cher et qui soit actif, qui puisse être appelé le courrier de Dieu ; charge le d’aller en Syrie pour célébrer votre infatigable charité pour la gloire de Dieu. »
  6. Lettre aux Philadelphiens 10:1 : « On m’a annoncé que grâce à votre prière et à la miséricorde que vous avez dans le Christ Jésus, l’Eglise d’Antioche de Syrie est en paix ; il convient donc que vous, en tant qu’Eglise de Dieu, vous élisiez un diacre, pour qu’il y aille en messager de Dieu, pour se réjouir avec ceux qui sont assemblés, et glorifier le Nom . »
  7. Lettre aux Smyrniotes 11:2 : « Afin donc que votre oeuvre soit parfaite et sur terre et dans le ciel, il convient que, à l’honneur de Dieu, votre Église élise un envoyé de Dieu pour aller jusqu’en Syrie se réjouir avec eux de ce qu’ils possèdent la paix et ont retrouvé la grandeur, et de ce que leur corps a été rétabli. »

A partir du blog: www recherches-bibliques info

Alfred Kuen (1921-2018) a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, en Suisse et directeur des éditions Emmaüs. Avec d’autres théologiens, il a traduit la Bible Semeur. Il a écrit plus de 60 livres, dont les encyclopédies des difficultés bibliques.

Articles connexes