• Ton champ, tu ne le sèmeras pas d’hétérogènes

Pour les plantes, un croisement formé de deux sous-espèces, par exemple une pomme rouge et une pomme jaune, ne pose aucun problème de reproduction. Par contre, croiser des espèces différentes, par exemple, une pomme et une poire, provoque des fruits très peu fertiles dans un deuxième temps, et même souvent stériles.  Les mélanges et les sélections, par exemple de la vigne et des oliviers ou encore du blé et de l’orge étaient connus depuis les premières civilisations. Après de très nombreuses générations de semences, nous ne savons plus comment étaient toutes ces plantes à l’origine, avant que l’homme n’intervienne.

  • Tu n’accoupleras point des bestiaux de deux espèces différentes;
  • tu n’ensemenceras point ton champ de deux espèces de semences;
  • et tu ne porteras pas un vêtement tissé de deux espèces de fils.

Bible, Ancien Testament, Pentateuque, Lévitique 19:19. Le même passage dans la traduction faite par André Chouraqui en partant de l’hébreu et non pas du grec:

  • Tes bêtes, tu ne les feras pas copuler, hétérogènes.
  • Ton champ, tu ne le sèmeras pas d’hétérogènes.
  • Un habit hétérogène, hybride, ne montera pas sur toi.

Les animaux dans la Bible et de nos jours

Les traductions qui partent de l’hébreu et non pas de la Septante en grec parlent d’hybride et d’hétérogène. Pour les animaux, toutes les traductions parlent de reproduction entre deux animaux différents. De nos jours, nous connaissons par exemple, les croisements de chevaux et d’ânes qui donnent des mules et des mulets. Les deux sont stériles, ils ne font pas d’enfants.  L’hybride sera mieux que ses parents, supérieur à ses parents. Pour la mule, on parle d’hétérosis utile. De l’âne, la mule hérite son intelligence, sa force, son endurance et sa persévérance. Du cheval, elle possède, les capacités athlétiques et la vitesse. Elle a beaucoup plus de force que le cheval mais elle mange moins que le cheval. Elle est plus résistante aux maladies. Créer des hybrides est donc utile.

Les plantes

Actuellement, l’agriculture a fait un énorme bon en avant (???) en sélectionnant des semences hybrides qui produisent beaucoup plus que d’ordinaire, et résistent à de nombreuses maladies. Mais uniquement à la première génération. La moitié de la vigueur hybride est perdue à chaque fois, à la génération suivante.

La vidéo ci-dessous explique le contraire: les semences, de générations en générations, deviennent toujours plus endurantes, et toutes seules, sans aucun soin, se fortifient de récolte en récolte. Elles se souviennent des conditions climatiques et environnementale de l’année précédente, et s’augmentent de propriétés de résistances d’année en année.

Dans les 5 premiers livres de la Bible, le but était d’avoir un grand peuple: le peuple d’Israël. Le but étant donc de bien le nourrir et de le garder en santé par de bonnes et abondantes récoltes. Le verset sur les mélanges de deux sortes de semences aurait pu avoir dans le passé beaucoup plus d’importance que de nos jours. Serait-il pertinent de se pencher à nouveau dessus?

Les hybrides vendus actuellement sur le marché mondial obligent les agriculteurs à en racheter chaque année. Ce sont généralement les agriculteurs eux-mêmes qui gèrent des coopératives de semences, selon leurs besoins. Par contre, lorsque ce système est entre les mains des semenciers, il rend les agriculteurs financièrement dépendants des semenciers. Lorsque ces derniers fixent les prix, ils se dégageant pour eux-mêmes, une part toujours plus grande de bénéfices. Dans plusieurs régions du monde, les agriculteurs sont toujours plus pauvres, plusieurs n’ont pas eu les moyens d’acheter des semences pour l’année en cours. Ils n’ont  rien pu planter et ils n’auront donc rien à récolter. D’année en année, toujours plus d’agriculteurs se retrouvent acculés ainsi.

Lorsque la production est augmentée artificiellement, la terre, trop fortement sollicitée, s’appauvrit. Dans l’histoire, plusieurs déserts ont succédé à différentes régions fertiles. Les hébreux devaient laisser la terre se reposer une année sur sept. C’est aussi une loi « bonne » pour garder le peuple fort et en santé car il a en permanence des terres renouvelées. (qui ne s’épuisent pas)

Les cultures dans la Bible

Pour les cultures, la plupart des traductions du petit passage en question parlent de graines différentes, de semences différentes ou d’espèces différentes. Nous comprenons en français de ne pas semer deux cultures dans un même champs mais nous ne pensons à priori pas qu’il pourrais s’agir par exemple de graines issues de deux parents différents.

Lévitique 19:19:

  • Tu n’accoupleras point des bestiaux de deux espèces différentes;
    tu n’ensemenceras point ton champ de deux espèces de semences;
    et tu ne porteras pas un vêtement tissé de deux espèces de fils.
  • Tes bêtes, tu ne les feras pas copuler, hétérogènes.
    Ton champ, tu ne le sèmeras pas d’hétérogènes.
    Un habit hétérogène, hybride, ne montera pas sur toi.

Béréenne attitude

Cet article est quasiment le même que celui sur les vêtements:  Un vêtement tissé de deux espèces de fil

Pour plus d’informations:

  1. A force de croisements, la barrière entre espèce et sous-espèce est actuellement mal définie. Plusieurs végétaux sont considérés comme plus tout à fait de deux espèces différentes mais quand même pas comme des sous-espèces: Développement historique de la taxonomie des plantes cultivées
  2. L’hybride mule, plus performante que l’âne et que le cheval: Tête de Mule mais pas bonnet d’âne
  3. Les sept fruits d’Israël : la fierté de notre pays !
  4. Les dattes: Le miel de la Bible
  5. Lévitique 19:19 dans plus de 25 traductions en français
  6. Le presque même passage en  Deutéronome 22:9 : N’ensemence pas ton vignoble de graines hétérogènes, si tu ne veux frapper d’interdit la production entière: le grain que tu auras semé et le produit du vignoble. (A noter que ce sont des graines hétérogènes en plus de la vigne, il y a donc à la base 3 sortes de plantes en 2: les hybrides formés de deux parents différents et la vigne. Pour la suite du verset, les traductions à partir de l’hébreu parlent d’Interdit, et les traductions à partir de la Septante parlent de récoltes (con) sacrées)
Publicités