Question philosophique: est-ce de l’intégrisme de penser que la façon libérale de croire est la seule vraie?

Petit extrait d’un article, que je viens de lire. C’est la réponse à une question posée par un internaute au sujet du christianisme et de Jésus. L’Observatoire du Louvre répond entre autre ce qui suit:


L’essentiel est de chercher Dieu, de se poser des questions, de réfléchir, de penser à Dieu régulièrement. Donc, bravo.

Et pour chercher Dieu, c’est utile de s’inscrire dans une religion, donc, bravo encore de chercher quelle religion vous pourriez préférer.

Je ne sais pas ce que vous entendez par « ne pas croire en Jésus » car il y a bien des façons possibles d’y croire, selon les chrétiens :

  • Certains chrétiens considèrent que Jésus est Dieu, ou plutôt qu’il est à la fois Dieu et homme.
  • Certains chrétiens le considèrent comme un sage, comme un homme qui est un modèle de foi et de respect de l’autre, comme un philosophe et un théologien qui propose une belle façon de comprendre Dieu et le sens de la vie.

Si c’est au premier point que vous ne croyez pas, ce n’est pas grave du tout. Vous appartenez pleinement au christianisme. Bien sûr, dans toutes les religions et chez les athées aussi, il y a des intégristes qui sont persuadés que leur façon de penser est la seule vraie, il est possible que vous croisiez un intégriste chrétien qui vous dise que si vous ne croyez pas que Jésus est Dieu vous n’êtes pas chrétien, que vous irez griller en enfer… Mais tel que je vous vois (à travers votre question), vous avez suffisamment de maturité pour vous faire votre propre opinion. Donc, bref, si vous croyez que Jésus est une figure importante mais sans croire qu’il est Dieu, et donc sans prier Jésus mais Dieu seul : bravo. Vous êtes chrétien, plus précisément, on pourrait dire que vous êtes chrétien libéral (comme beaucoup de personnes à l’Oratoire du Louvre). (…) Il y a d’autres courants de pensée, on peut préférer Bouddha, Mahomet, ou les indiens d’Amérique… (…)  du travail de réflexion de théologiens et de philosophes qui ont travaillés pendant des milliers d’années, de sélectionner ce qui nous semble le meilleur, de rejeter ce qui nous semble moins bon, de réformer certaines choses selon notre propre sensibilité…

Fin de l’extrait


La façon libérale de croire est la seule vraie façon de croire, selon cet extrait d’article … ou bien j’ai mal lu?

Après, je ne sais pas s’il est utile de relever le nombre de « bravo »… et déjà simplement de dire qu’un seul est déjà de la manipulation…

Ou encore de relever dans le texte que des théologiens et des philosophes qui ont travaillés pendant des milliers d’années sélectionne ce qui semble le meilleur …

Pour dire, que nous devons croire comme eux absolument, sinon …

Et si « la propre sensibilité » d’une personne est de croire à Jésus-Christ des évangiles? Et de penser que Dieu est plus grand que même 10’000’000 très grands hommes?

… il me semble qu’il est de plus en plus possible de croiser un intégriste libéraliste qui montre du doigt ceux qui n’entreraient pas dans le moule libéral …

De penser que le libéralisme est la seule vraie façon de penser

Sommes-nous des « hommes libres »?

Libres de croire au Christ des évangiles? Ou devons-nous entrer dans le moule libéral?

Libéralisme qui a pour but de permettre la liberté de penser …

Qui devait avoir pour premier but la liberté de penser?

Béréenne attitude

  • Libéral: Emprunté au latin liberalis  « qui concerne la liberté, digne d’un homme libre, de bonne famille, bien élevé, honnête, noble, bon, généreux, bienveillant, libéral, copieux, abondant ») dérivé de liber (« homme libre »).
  • Libéralisme: Étymol. et Hist. 1818 « doctrine favorable au développement des libertés » (Maine de Biran, Journal, p. 179). Dér. de libéral*; suff. -isme*. L’angl. liberalism « attitude ou doctrine favorable au développement des libertés » est attesté dep. 1819 ds NED.

paradoxe-interdit