Dans l’Ancien Testament, après la sortie d’Égypte, le peuple hébreu s’est retrouvé sans nourriture à errer dans le désert, en attendant d’entrer dans le pays promis. Le peuple a alors été nourri d’une sorte de galette qui se déposait chaque jour sur le sol avec la rosée du matin.

  • La manne de Dieu dans le désert

Quand cette rosée fut dissipée, il y avait à la surface du désert quelque chose de menu comme des grains, quelque chose de menu comme la gelée blanche sur la terre. Les enfants d’Israël regardèrent et ils se dirent l’un à l’autre: Qu’est-ce que cela? car ils ne savaient pas ce que c’était. Moïse leur dit :
– C’est le pain que L’Éternel vous donne pour nourriture.
Voici ce que l’Éternel a ordonné : Que chacun de vous en ramasse ce qu’il faut pour sa nourriture, un omer par tête, suivant le nombre de vos personnes ; chacun en prendra pour ceux qui sont dans sa tente. Les Israélites firent ainsi ; et ils en ramassèrent les uns en plus, les autres moins. On mesurait ensuite avec l’omer ; celui qui avait ramassé plus n’avait rien de trop, et celui qui avait ramassé moins n’en manquait pas. Chacun ramassait ce qu’il fallait pour sa nourriture. Moïse leur dit : Que personne n’en laisse jusqu’au matin. Ils n’écoutèrent pas Moïse, et il y eut des gens qui en laissèrent jusqu’au matin ; mais il s’y mit des vers, et cela devint infect. La maison d’Israël donna à cette nourriture le nom de manne. Elle ressemblait à de la graine de coriandre ; elle était blanche, et avait le goût d’un gâteau au miel. Les enfants d’Israël mangèrent la manne pendant quarante ans. (Exode 16)

  • Cette manne a deux particularismes:

Elle nourrit parfaitement. Elle donne des forces et fait croitre, elle est donc complète sur un plan diététique: vitamine, protéine, etc. Sa quantité est parfaite, la personne n’a pas faim, et plus encore, c’est la bonne ration de chaque jour, peu importe la quantité récoltée, il n’en manque à personne et personne n’en a de trop.

Elle ne se garde pas pour le lendemain (sauf pour Sabbat) mais le lendemain elle est présente de façon certaine. La manne permettait l’activité, les performances, n’étant pas trop importante, elle n’entravait pas les efforts par un surpoids. N’étant pas insuffisante, elle permettait d’être en forme, sans fatigue, et même en santé. Mais il n’est pas possible de vivre plusieurs jours de suite sur une même manne.

  • Jésus le pain venu du ciel

Dans la Nouvelle Alliance (le nouveau testament), Jésus dira:

Nos pères ont mangé la manne au désert ; selon ce qui est écrit : il leur a donné à manger le pain du ciel. (…) Mais Jésus leur dit : en vérité, en vérité je vous dis : Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel ; mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel ; Car le pain de Dieu c’est celui qui est descendu du ciel, et qui donne la vie au monde. Ils lui dirent donc : Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là. Et
– Jésus leur dit : je suis le pain de vie.
Celui qui vient à moi, n’aura point de faim ; et celui qui croit en moi, n’aura jamais soif. (Jésus est aussi la source d’eau vive, Jean 4, dernier chapitre de l’Apocalypse)(…) En vérité, en vérité je vous dis : qui croit en moi a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne au désert, et ils sont morts. C’est ici le pain qui est descendu du ciel, afin que si quelqu’un en mange, il ne meure point.
– Je suis le pain vivifiant qui suis descendu du ciel ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, laquelle je donnerai pour la vie du monde. Les Juifs donc disputaient entre eux, et disaient : comment celui-ci nous peut-il donner sa chair à manger ? Et Jésus leur dit : en vérité, en vérité je vous dis, que si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et ne buvez son sang, vous n’aurez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair, et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est une véritable nourriture, et mon sang est un véritable breuvage. Celui qui mange ma chair, et qui boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui. Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je suis vivant par le Père ; ainsi celui qui me mangera, vivra aussi par moi.
– C’est ici le pain qui est descendu du ciel, non point comme vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; celui qui mangera ce pain, vivra éternellement. C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne profite de rien ; les paroles que je vous dis, sont esprit et vie. (Évangile de Jean)

  •  La bonne nourriture sort de la bouche de Dieu

Il t’a humilié, il t’a fait souffrir de la faim, et il t’a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n’avaient pas connue tes pères, afin de t’apprendre que l’homme ne vit pas de pain seulement, mais que l’homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l’Éternel. (Deutéronome 8:3, dans l’ancienne alliance) [Jésus] répondit, et dit : Il est écrit : L’homme ne vivra point de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. (Luc 4:4 Matthieu 4:4, dans les évangiles)

  • Père, donne-nous notre pain quotidien.

Dans la prière appelée notre Père,  une demande parle du pain de chaque jour. En grec,  ártos – epioúsios, peut signifier la ration qui nous comblera, le nécessaire à notre subsistance, la divine provision.

La nourriture qui sort de la bouche de Dieu rend fort, doux, sage. Elle fait déborder d’amour, de joie, de Sa joie. S’en nourrir, demande la force de la chercher, de la trouver, de la prendre, puis de la manger.

Dans notre société faite de slogans, de buzz et de bruits, il est difficile de prendre le temps de lire la Bible. Souvent, nous n’avons pas les forces de la lire, et nous nous rabattons sur des échantillons de Bible, clairsemés au milieu de commentaires. Internet, mais encore les livres, les réunions et séminaires divers, sont faciles d’accès et demandent étonnamment moins de forces pour y accéder que de commencer de lire régulièrement la Bible. Sur le moment, ces différentes choses semblent nous donner quelques vitamines, un peu comme le sucre donne ‘un coup de fouet’ mais sans réellement nourrir.

Ces échantillons ne donnent pas la provision nécessaire, en premier la force nécessaire pour venir le lendemain manger à la source réellement nourrissante. Un manque de vitamine peut-être? Trop de sucre et de graisse certainement.

Il devient soudain difficile de se mouvoir, et déjà de simplement marcher en tant que chrétien. Nous n’avons souvent rien vu venir car nous avions quelques bonnes réserves. Soudain, nous manquons de forces pour recueillir la potion du lendemain, ouvrir une Bible devient toujours plus difficile. Les échantillons entourés de commentaires nous tendent alors leurs bras! Ils ne comblent pas, ne repaissent pas. Nous le savons mais nous recherchons le séminaire qui nous ‘fera progresser’, l’enseignement qui nous donnera le déclic, la ‘bonne’ église, le ‘bon’ groupe de chrétiens, la ‘bonne’ doctrine, ou encore le ‘bon’ leader, le bon rythme de rencontre, etc,  etc.

  • Dieu pourvoit et même paille à tout

Comme le dit Exode: celui qui avait ramassé plus de manne n’en avait pas trop et celui qui en avait ramassé moins n’en manquait pas.

Dieu nous donne notre pain quotidien au delà de ce que nous pouvons imaginer. Il ne calcule pas combien de chapitres de la Bible nous lisons chaque jour ou si nous suivons bien le plan que nous avons établi. Il nous donne le pain en entier: Jésus-Christ.

Béréenne attitude

Publicités