L’Armée du Salut est certainement le mouvement évangélique le plus connu dans le monde, bien qu’à la base, c’est une oeuvre et non pas une dénomination-église, selon la définition catholique et protestante de ce terme. Plusieurs films américains montrent par exemple, des cultes évangéliques, particulièrement des chorales de gospel. Martin Luther King était par exemple, pasteur d’une église évangélique, précisément baptiste.

Plusieurs englobent les baptistes dans les évangéliques, ainsi que les pentecôtistes, un des plus grandes groupes pratiquants actuels. (Le plus grand?) D’autres font de nettes distinctions entre baptistes, évangéliques et pentecôtistes. Les libristes sont parfois associés aux évangéliques. Lorsqu’ils sont associés aux protestants, ils forment parfois ensemble les réformés évangéliques. D’autres mouvements vus parfois comme évangéliques par les médias, n’y sont pas forcement associés. A l’inverse, les mennonites, (anabaptistes) ou encore les quakers, sont actuellement de plus en plus inclus dans les évangéliques.

Les évangéliques s’identifient généralement à tous les chrétiens qui, depuis 2’000 ans, lisent la Bible et sont chrétiens non pas car c’est la religion de leur famille ou bien celle de leur culture mais car ils sont devenus chrétiens au cours de leur existence et ont changé radicalement de façon de concevoir la vie, de priorités, de buts, ce qui a entrainé en même temps un changement de leur « conscience » et de leur comportement.

L’humilité et l’amour pour et de Jésus-Christ prennent généralement le pas sur l’égoïsme, l’orgueil, l’argent, la débauche ou l’attrait du pouvoir (titres, fonctions, statuts, dans leur assemblée-église ou dans la vie de tous les jours) ou encore sur les peurs et sur les habitudes chrétiennes de l’environnement culturel et familial.

En gros, la religion évangélique n’existe pas pour un évangélique. Il ne suit pas une certaine culture, des rituels ou d’autres principes. Il arrive aussi que les défauts énoncés plus haut, s’introduisent  au milieu d’eux, indifféremment de la « sorte » de dénomination et indépendamment de l’assemblée locale, aucun homme, aucune femme n’étant à l’abri d’un jour ou l’autre s’éloigner de Dieu.

D’autre part, des non-chrétiens s’introduisent parmi les chrétiens dans le but de les observer, ou encore de profiter d’eux.

Galates 2:4 Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus Christ, avec l’intention de nous asservir.

D’autres créent des divisions, en relevant un particularisme ou un autre, ou en poussant les chrétiens « à la faute » plutôt que de les édifier.

(Matthieu 22:29 Jésus leur répondit: Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu)

Beaucoup de chrétiens perdent confiance en la Bible, ces dernières années en Europe et ailleurs, à force de lire et d’entendre plus ou moins insidieusement, différentes remises en question des Écritures.

D’autres essayent de diriger les chrétiens dans diverses « voix », pour différentes raisons, souvent les mêmes que précédemment: argent, territoire, pouvoir, débauche, orgueil, etc, etc.

La peur et donc le besoin de contrôler des personnes (une situation), ou encore le besoin d’être reconnu, et premièrement d’être aimé peut tout autant être à la base de fausses motivations et donc de fausses actions qui en découleront.

Parmi les mouvements évangéliques, plusieurs habitudes s’installent parfois plus ou moins insidieusement. Aux générations suivantes, il arrive que les enfants qui n’ont pas forcement vécu un « changement radical de coeur suite à une réelle conversion » répètent ce qu’ils connaissent sans être profondément convaincu de l’existence de Dieu, et de l’Évangile.

Et parfois  quelques points principaux relevés par la première génération sont mis en exergue, figés, voir déformés ou caricaturés et deviennent eux plus importants qu’une réelle conversion du coeur, et deviennent eux plus important que chacun dans l’église.

Souvent ce qui est répété par les générations suivantes est « rajeuni » ou « adapté » au milieu ambiant.

Être chrétien, n’est normalement pas pour un évangélique, quelque chose qui puisse exister par le fait de pratiquer « la religion évangélique » et moins encore les autres religions chrétiennes qui ouvertement répètent et adaptent les habitudes connues et parfois innovent.

A quasiment toutes les époques, il a existé dans l’histoire, des chrétiens dans chaque région du monde,  qui avaient réellement vécu une transformation de leur coeur et ne répétaient pas des coutumes et d’autres habitudes religieuses.

  • Évangélique

Mot fourre-tout pour parler de chrétiens et de mouvements chrétiens. Plusieurs non-évangéliques y sont assimilés par les médias principalement.

  • Évangéliste

Personne qui annonce l’évangile aux non-chrétiens, missionnaire. Un évangéliste peut être protestant, évangélique,  ou de tout autre mouvement chrétien.

Béréenne attitude