La bible parle à plusieurs endroits de la joie reçue de Jésus, de sa Paix en toutes circonstances. Devons-nous savoir vivre dans la joie, lorsque tout va mal ? Oui, si nous avons reçu réellement sa joie. Mais nous ne pouvons pas produire de nous-mêmes cette joie. Nous ne pouvons pas plus faire des efforts pour avoir la Paix et la Joie de Jésus en toutes circonstances. Pas plus que nous ne pouvons juger ceux qui seraient dans la souffrance, ceux qui manqueraient de joie et de paix.

  • Jean 14:27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point
  • Jean 15:11 Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
  • Jean 17:13 Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite.

Le danger serait de DEVOIR être joyeux, alors que nous sommes tristes. Ce serait nous mentir à nous même, nous forcer …

… et mentir aux autres.

Si nous n’avons pas la possibilité de dire à nos frères et sœurs : je suis triste, je suis découragé, je n’en peux plus, je souffre, c’est qu’il y a problème.

Pleurons avec celui qui pleure et réjouissons-nous avec celui qui se réjouit. Visitons le malade, la veuve et l’orphelin, celui qui est dans la peine, afin de lui transmettre la joie et les forces de Dieu. Mais pas seulement le visiter. Mais aussi le consoler, le réconforter, l’écouter, l’entourer, manger avec lui et même …. pleurer avec lui.

  • Romains 12:9-18 Que [l’amour] soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur ; attachez-vous fortement au bien. Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres ; par honneur, usez de prévenances réciproques. Ayez du zèle, et non de la paresse. Soyez fervents d’esprit. Servez le Seigneur Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière. Pourvoyez aux besoins des saints. (c’est à dire des frères et sœurs) Exercez l’hospitalité. Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent ; pleurez avec ceux qui pleurent. Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N’aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne soyez point sages à vos propres yeux. Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes.

Être triste et en Dieu, est-ce possible ?

Si certaines choses ne vont pas bien dans nos vies, cela ne veut pas obligatoirement dire que nous nous sommes éloignés de Dieu. Et c’est parfois même le contraire. Paul a traversé bien des épreuves et ce n’est en tout cas par car il manquait de foi ou « désobéissait ». Cacher à tous que nous nous sentirions mal ? Paul l’a-t-il caché ? Et même si nous nous sommes éloignés de Dieu ou qu’une personne s’est éloignée de Dieu, se culpabiliser ou culpabiliser l’autre ne mène nul part. Ne jugeons pas ceux qui se seraient éloignés de Dieu et ne vivraient momentanément pas dans sa paix. Veillez à ce que personne ne se prive de la grâce de Dieu est le premier but, et veillez à ce que ni l’amertume ni le ressentiment produisent des racines.

  • Hébreux 12:15 Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés

Exhortons-nous les uns les autres, oui ! Exhortations qui ne sont en aucun cas : jugeons-nous les uns les autres en fonction de notre joie et de notre paix. Celui qui a appris à être contant dans la situation dans laquelle il se trouve, dans la disette et dans l’abondance, a réellement reçu les forces et la joie de Dieu dans ses épreuves.

  • Philippiens 4:4-14 Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ. Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. Et le Dieu de paix sera avec vous. J’ai éprouvé une grande joie dans le Seigneur de ce que vous avez pu enfin renouveler l’expression de vos sentiments pour moi; vous y pensiez bien, mais l’occasion vous manquait. Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j’ai appris à être content de l’état où je me trouve. Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. Je puis tout par celui qui me fortifie. Cependant vous avez bien fait de prendre part à ma détresse.

Avoir des hauts et des bas est le chemin de tous les chrétiens. Pourquoi le cacher aux autres ? Par peur d’être jugé ? Si nous sommes entourés de personne pour qui « tout va bien », et qui le disent haut et fort, il devient alors difficile de dire : moi, je ne vais pas si bien que cela.

Le chrétien va toujours bien !

Lorsque tous sont entourés de personne pour qui tout va toujours bien, personne ne peut plus dire : je vais mal.

Pourquoi juger ceux qui parleraient de leur(s) souffrance(s) et de leur(s) faiblesse(s) ? Par peur de perdre notre propre paix, par peur de ne plus être soi-même dans la joie ? Par peur que notre propre foi diminue ? Si oui, cette paix là, cette joie là n’ont rien à voir avec l’amour de Dieu. Mais alors, d’où proviennent-elles ? Pas de Dieu en tout cas.

Se taire par peur du regard des autres ?

Et la boucle est bouclée, chacun dit qu’il va bien car il ne peut plus dire qu’il va mal.

Qui priera pour les frères et soeurs dans les difficultés si personne ne connait les difficultés des frères et soeurs ? Qui écoutera, consolera celui qui va mal, s’il ne peut pas le dire ? Pensons que même Jésus a pleuré …

… et ce n’était ni parce qu’il aurait manqué de foi ni car il se serait éloigné de son Père!

Béréenne attitude

5 Juillet 2013

Publicités