(Graphiste: Nicolas Ciarapica)

Dans certaines sociétés, l’homme est tenu pour entièrement responsable en cas de non-consentement de la femme. Même si la femme est en très petite tenue, même si la femme a invité un homme dans son appartement, l’homme est responsable de violer une femme. Même si éventuellement, il vient d’avoir des relations sexuelles avec une femme, si dans la minute qui suit, la femme ne souhaite pas quelque chose, mais que l’homme passe outre,  il y a viol et l’homme est considéré comme responsable. Généralement tout acte non consenti est considéré comme viol, peu importe l’action en elle-même.

Dans d’autres cultures, la responsabilité repose entièrement sur les femmes. Le viol est la responsabilité entière de la femme,  peu importe l’heure, le lieu ou la tenue de la femme. Aucun homme n’est pervers,  aucun homme n’est responsable de violer une femme …

Une femme n’était jamais violée par son conjoint

Pour la loi française, le mariage rendait toujours la femme consentante.  En 2006, le viol entre conjoints mariés ou non sera reconnu mais ce n’est qu’à partir de 2010 que les lois en France ne partiront plus du principe que les conjointes sont de toute façon consentantes. Il n’y a pas si longtemps, les parents pouvaient marier leur fille, à partir de l’age nubile, c’est à dire 12 ou 14 ans, parfois même à partir de 10 ans. Une fois mariée, la fille était consente. Point.

Au Canada, la loi avait déjà changé en 1983 et sera encore améliorée en 1989.

En Suède, c’est en 1965 déjà, qu’il a été adopté une loi interdisant le viol entre époux.

Actuellement dans le monde, le viol conjugal est potentiellement passible de poursuites dans 102 états. Potentiellement, c’est à dire, la loi est plus ou moins suivie et donc les maris (conjoints) plus ou moins poursuivis. Si les femmes les dénoncent. 53 états ne reconnaissent pas le viol d’une femme par son partenaire ou mari.

Protection des femmes

Quelle devrait être la responsabilité de chacun, des chrétiens, dans la protection des femmes? De toutes les femmes.

… ou pas?

Certains souhaiteraient revenir en arrière, avant ce qui a été appelé « féminisme ». Mais jusqu’où? Supprimer l’instruction des femmes? Supprimer le droit de vote des femmes? Le permis de conduire? Quels droits redonner aux hommes sur les femmes? Le droit de cuissage?  Le droit de violer son épouse?

Dans l’histoire de plusieurs régions du monde, les femmes avaient eu les mêmes droits et devoirs que les hommes ou en tout cas, elles n’étaient pendant toute une période ni exploitées ni méprisées. Généralement, la situation change après avoir atteint une sorte de « sommet ». Les femmes après avoir connu un statut d’adulte, retrouvent un statut d’enfant, un statut d’esclave …

Béréenne attitude