Dans les grandes lignes, plusieurs historiens définissent quatre périodes distinctes dans le début du christianisme :

Jésus à Paul : disciples et Paul

Ils transmettent le message de Christ (et l’écrivent ?!) sans en faire une théologie ou une philosophie

100 à 150 : pères apostoliques

Les plus vieux ont connu et donc entendu le message de Christ de la bouche même des apôtres. Leurs écrits sont simples, modestes, débordant de foi et profondément spirituels (Nous avons encore quelques lettres qu’ils s’écrivaient d’une ville à l’autre)

150-200 apologistes

Les chrétiens s’adaptent à  cette époque très intellectuelle.  Ils essayent de démontrer le christianisme par la philosophie

180- … anti-hérétique

Irénée de Lyon, Tertullien et d’autres comme Justin le martyr dénoncent les hérésies philosophiques. (Ndlr: elles sont déjà dénoncées dans les lettres des apotres, voir par exemple l’article : Tite et Timothée : réfuter, convaincre)

… – …  persécutions des chrétiens

Leurs écrits sont souvent brûlés en même temps qu’eux

… – … instauration de la religion chrétienne obligatoire

La religion devient religion d’état dans (la moitié de?)  l’empire romain. Le christianisme en avait déjà franchi les frontières.

390-410 : pères

Transmission des écritures (AT et NT). Augustin partira de la Septante en grecque  pour traduire l’AT en latin: la vielle latine (Vetus latina) qui eu plusieurs versions. Jérome lui partira des textes de l’AT en hébreu (textes massorétiques). Le canon sera défini, les livres dit inspirés feront partie des Bibles, les autres écrits seront mis de coté.

Béréenne attitude

En 1948, Daniel Rops, né Henri Petiot, défini 4 périodes parmi les tous premiers chrétiens, dans son livre: « L’Église des apôtres et des martyrs ».

Publicités