Dans la Bible, les termes prêtre et sacrificateur sont synonymes. La fonction de prêtre-sacrificateur est, comme son nom l’indique, d’offrir des sacrifices à Dieu (ou aux dieux). Le but est d’apaiser les dieux ou d’attirer leur faveur.

Dans La Bible, les sacrifices servent à faire oublier à Dieu l’ensemble des fautes, l’ensemble des péchés. Dans l’Ancien Testament, le sacrificateur sacrifiait un animal, par exemple un bélier sans défaut ou un agneau pour ses propres péchés, et pour les péchés d’Israël en entier.

Chacun devenait ainsi entièrement pardonné, comme s’il n’avait jamais commis de péchés. Chacun (le peuple en entier) était de nouveau juste et saint (justifié et sanctifié) aux yeux de Dieu.

Le corps de Jésus-Christ sacrifié à la Croix pour nos péchés, afin de nous faire paraitre sans défaut (sans péché, sans faute) devant Dieu

Jésus-Christ s’est fait sacrifice pour le pardon des péchés. En mourant à la Croix, Il s’est offert comme notre animal, comme notre agneau, pour effacer la totalité de notre péché, afin de nous rendre saint et juste  (sanctifié et justifié) aux yeux de Dieu, par son sang.  Par exemple, le premier chapitre de la lettre aux Colossiens explique bien comment, par le corps de Jésus-Christ mort à la Croix, le Père nous voit chacun sans défaut, saint, il n’a aucun reproche à nous faire, aucun.

Le sacrifice de Jésus-Christ à la Croix de Golgotha est excellent, total, parfait. C’est la Nouvelle Alliance, celle que nous vivons actuellement. Sa mort propitiatoire (expiatoire) fait que Dieu ne se souvient plus de nos péchés, sacrifier un animal, un agneau, même de nombreux agneaux est devenu inutile.

Avant le sacrifice de Jésus à la croix, les sacrificateurs (les prêtres) ceux qui avaient le sacerdoce étaient des hommes mortels, de la lignée, de l’ordre, de la tribu, de la famille, d’Araon, ou encore de la lignée, de l’ordre, de la tribu, de la famille des Lévi(tes). Aaron était lui descendant de Lévi, l’une des 12 tributs d’Israël. Il était le premier sacrificateur. Le plus grand, le responsable était appelé souverain-sacrificateur.

Articles connexes à lire éventuellement, avant celui-ci:

La Bible parle souvent des fils de Lévi ou encore du sacerdoce lévitique, c’est à dire du service de la tribu de Lévi.

La généalogie de Jésus

Jésus est sorti de la tribu de Juda. Jésus est aussi et surtout sorti de la tribu (de l’ordre, de la lignée, de la famille) de Melchisédek.

Les sacrificateur (prêtres) ne pouvaient pas être roi (ou juge) en même temps. Tout un temps, les rois étaient en fait des juges, comme Moïse. A Jérusalem, du temps de Jésus, les juges sont des presbytres, des anciens. Ils ne font pas de sacrifices. Hérode est le Roi. Jésus est les deux ensemble, roi (juge) et sacrificateur. Jésus a été fait souverain sacrificateur, souverain prêtre, définitivement lorsqu’il a été fait en même temps sacrifice. Il remplace tous les autres sacrifices définitivement. Comme Melchisédek est éternellement roi et souverain prêtre (= souverain sacrificateur) dans l’Ancien Testament.  Depuis la nouvelle alliance, depuis la mort du testateur, c’est à dire, depuis la mort de celui qui a fait un testament, le testament entre en vigueur. C’est à dire, la Nouvelle Alliance a commencé avec la mort de Jésus.

Les fils de Lévi

La tribu entière des Lévites avaient été consacrée à Dieu, mis à part de père en fils pour servir au temple. Nous les chrétiens sommes tous ‘fils d’Abraham’. Nous sommes le peuple qui n’était pas son peuple et nous ne dépendons  plus d’une lignée, d’une tribu, d’un ordre ‘terrestre’, de la généalogie hébraïque, voir de la tribu des Lévites, mais d’une généalogie ‘spirituelle’. Nous sommes chrétiens car adoptés par Dieu pour être ses fils et ses filles, indépendamment de notre tribu, de notre famille.

Galates 3:26-30 Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus Christ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ. Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.

Dans la lettre aux hébreux, il est expliqué que Dieu fixe de nouveau un jour … pour entrer dans le pays promis.  Josué dans la première alliance (dans l’ancien testament)  avait fait entrer le peuple, après la libération des hébreux de l’esclavage d’Égypte (après 40 ans de désert car le peuple avait désobéit), dans le pays promis.  Mais le pays promis n’a pas offert un repos de sabbat aussi complet que nous offre le repos en Jésus-Christ.

(Extraits de la lettre aux Hébreux des chapitres 4 à 10 en suivant: Hébreux 4:7 à 10:23 ) Dieu fixe de nouveau un jour-aujourd’hui-(…) si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos coeurs. Car, si Josué leur eût donné le repos, il ne parlerait pas après cela d’un autre jour. Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes. Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance.

(Ndlr) Dans le pays promis, le peuple construira le tabernacle, et les premiers sacrificateurs (prêtres) y feront les premiers sacrifices pour ‘le repos du peuple’, c’est à dire, pour les purifier de leurs fautes (péchés)

(Lettre aux Hébreux, suite) Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur. Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.

(Ndlr)Le sacrificateur, une fois par année, traversait le voile, afin de répandre du sang d’animaux dans le centre du temple, (le saint du saint du temple, l’endroit le plus sacré) pour supprimer les fautes du peuple.

Le punition des péchés était la mort. Les péchés étaient transposés sur un animal, et l’animal mourrait à la place des hommes pécheurs.

Le souverain sacrificateur, c’est à dire le plus grand prêtre, le responsable traversait le voile du temple pour atteindre une fois par année, le saint du saint du Temple.  Jésus lui, en tant que sacrificateur souverain et définitif a carrément traversé le ciel.

(Lettre aux Hébreux, suite du chapitre 4) Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. (Chapitre cinq) En effet, tout souverain sacrificateur pris du milieu des hommes est établi pour les hommes dans le service de Dieu, afin de présenter des offrandes et des sacrifice pour les péchés. Il peut être indulgent pour les ignorants et les égarés, puisque la faiblesse est aussi son partage. Et c’est à cause de cette faiblesse qu’il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés, comme pour ceux du peuple. Nul ne s’attribue cette dignité, s’il n’est appelé de Dieu, comme le fut Aaron. Et Christ ne s’est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit: Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui!

Jésus notre prêtre, notre sacrificateur à toujours

(Ndlr) La lettre aux hébreux explique qu’il est dit de Jésus, qu’il est sacrificateur pour toujours, selon l’ordre, selon la lignée, selon la tribu en quelque sorte de Melchisédek.

C’est à dire, que Jésus n’est pas un sacrificateur de la lignée, de l’ordre, de la tribu d’Araon, un homme ‘normal’, mais Jésus est comme Melchisédek. (Plus loin il est expliqué qui est Melchisédek, c’est à dire, le peu que nous en savons)

(Lettre aux Hébreux, suite) Comme il dit encore ailleurs: Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l’ordre de Melchisédek. C’est lui (NDLR: Jésus) qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes (Avant la croix et sur la croix) des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel, Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek.

(Ndlr) Si en 2015, nous ne savons pas bien qui est Melchisédek, ceux qui ont reçu cette lettre aux hébreux connaissaient, savaient, qui il était. Les choses difficiles à comprendre, dont parle la lettre aux hébreux, sont plutot le fait de ne pas comprendre qui est Jésus en tant que sacrificateur à toujours.

(Lettre aux Hébreux, suite) Nous avons beaucoup à dire là-dessus, et des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre. (…) (Hébreux, chapitre six)(…) Quoique nous parlions ainsi, bien-aimés, nous attendons, pour ce qui vous concerne, des choses meilleures et favorables au salut. Car Dieu n’est pas injuste, pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints. Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses. Lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il jura par lui-même, et dit: Certainement je te bénirai et je multiplierai ta postérité. Et c’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, obtint l’effet de la promesse. Or les hommes jurent par celui qui est plus grand qu’eux, et le serment est une garantie qui met fin à toutes leurs différends. C’est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d’évidence aux héritiers de la promesse l’immutabilité de sa résolution, intervint par un serment, afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l’espérance qui nous était proposée.

(Ndlr)L’espérance (du salut) (du pays promis, du royaume, des cieux), nous la possédons car Dieu a promis de nous le donner, comme Dieu avait promis la prospérité à Abraham, et Dieu a accompli sa promesse. Dieu nous promet l’espérance et nous la possédons, car Jésus est entré pour nous comme précurseur, il a été le premier, avant nous à passer ce chemin pour nous ouvrir la porte, car il est souverain sacrificateur pour toujours.

(Lettre aux Hébreux, suite) Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide; elle pénètre au delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours,

Jésus comme Melchidédek, sacrificateur à toujours

(Ndlr) Jésus est sacrificateur pour toujours, comme Melchisédek qui n’a ni commencement ni fin, et qui est lui aussi sacrificateur pour toujours

(Lettre aux Hébreux, suite) selon l’ordre de Melchisédek. (chapitre sept) En effet, ce Melchisédek, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très Haut, -qui alla au-devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, qui le bénit, et à qui Abraham donna la dîme de tout, -qui est d’abord roi de justice, d’après la signification de son nom, ensuite roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix, – qui est sans père, sans mère, sans généalogie, qui n’a ni commencement de jours ni fin de vie, -mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu, -ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité.

(Ndlr) C’est pratiquement tout ce que nous connaissons de ce Melchisédek. Abraham lui donna lui la dîme de son butin de guerre. Il ne lui donna pas la dîme de ses récoltes, comme indiqué en Deutéronome 23. Plus loin, nous voyons que les dîmes reviennent aujourd’hui à Jésus et non plus aux fils de Lévi (ceux qui servaient au temple, dans la première alliance).

(Lettre aux Hébreux, suite) Considérez combien est grand celui auquel le patriarche Abraham donna la dîme du butin. Ceux des fils de Lévi qui exercent le sacerdoce ont, d’après la loi, l’ordre de lever la dîme sur le peuple, c’est-à-dire, sur leurs frères, qui cependant sont issus des reins d’Abraham; et lui, qui ne tirait pas d’eux son origine, il leva la dîme sur Abraham, et il bénit celui qui avait les promesses. Or c’est sans contredit l’inférieur qui est béni par le supérieur. Et ici, ceux qui perçoivent la dîme sont des hommes mortels; mais là, c’est celui dont il est attesté qu’il est vivant. De plus, Lévi, qui perçoit la dîme, l’a payée, pour ainsi dire, par Abraham; car il était encore dans les reins de son père, lorsque Melchisédek alla au-devant d’Abraham.

Changement de sacerdoce

(Ndlr) Le sacerdoce a changé depuis la mort de Jésus à la croix. La loi a aussi changé. L’ancien sacerdoce était insuffisant. (celui de l’ancien testament, celui qui avait été donné à Moïse, celui qui correspondait au tabernacle, au temple de Jérusalem et à sa loi) Les prêtres, les sacrificateurs exerçaient un sacerdoce imparfait. Depuis la crucifixion de Jésus-Christ, un nouveau sacerdoce commence. Aaron a été le premier sacrificateur. Ses fils et plus loin, l’ensemble de sa tribu a servi au temple (Les fils de Lévi). Aaron le frère de Moise est un fils  de Lévi à la base. La tribu de Lévi était déjà importante lorsqu’il est devenu sacrificateur au coté de Moïse. Parmi les nombreuses personnes de plusieurs générations, la lignée d’Aaron et ses propres enfants seront les responsables du temple. Les membres plus éloignés de leur famille (les autres membres de la tribu de Lévi) auront moins de responsabilité dans le temple.

(Lettre aux Hébreux, suite) Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce Lévitique, (NDLR: = le sacerdoce des fils de Lévi, le sacerdoce de la loi de la première alliance) -car c’est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, -qu’était-il encore besoin qu’il parût un autre sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek, et non selon l’ordre d’Aaron?  (NDLR: selon la famille de Melhisédek, selon sa descendance, et non selon la tribu, la famille d’Aaron)  Car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi il y a un changement de loi.

(Ndlr) Il y a donc un changement de sacerdoce. Le peuple qui n’était pas son peuple est devenu comme le dit Pierre lorsqu’il nous parle dans son épitre du sacerdoce lévitique,  (de la fonction de serviteur de Dieu) qui est devenue celui de tous les païens devenus chrétiens, qui sont assimilés aux enfants de Lévi (aux enfants d’Aaron qui fait partie de la tribu de Lévi) le peuple mis à part pour servir Dieu, les sacrificateurs-prêtres de la première alliance, qui offraient des sacrifices au Temple de Jérusalem pour le pardon des péchés.

  1. 1Pierre 2 (Extraits)  pierre vivante (…) choisie et précieuse devant Dieu; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce (hierateuma), afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ.  (…) Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce (hierateuma) royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde.

Hierateuma est utilisé 2 fois dans le NT,  dans le contexte de cette lettre de Pierre. Il a pour racine hierateuo: être un sacrificateur.

Melchisedek Jesus Juda Levi Isaac Sacrificateur Tribu

 

(Suite de la lettre aux hébreux) En effet, celui de qui ces choses sont dites appartient à une autre tribu, dont aucun membre n’a fait le service de l’autel; car il est notoire que notre Seigneur est sorti de Juda, tribu dont Moïse n’a rien dit pour ce qui concerne le sacerdoce. Cela devient plus évident encore, quand il paraît un autre sacrificateur à la ressemblance de Melchisédek, institué, non d’après la loi d’une ordonnance charnelle, mais selon la puissance d’une vie impérissable; car ce témoignage lui est rendu: Tu es sacrificateur pour toujours Selon l’ordre de Melchisédek. Il y a ainsi abolition d’une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, (NDLR: la loi du lévitique ne servait à rien, elle a été supprimée ) -car la loi n’a rien amené à la perfection, -et introduction d’une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu. Et, comme cela n’a pas eu lieu sans serment, -car, tandis que les Lévites sont devenus sacrificateurs sans serment, Jésus l’est devenu avec serment par celui qui lui a dit: Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas: Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l’ordre de Melchisédek. – Jésus est par cela même le garant d’une alliance plus excellente.

(Ndlr) Avant, il y a eu des prêtres, des sacrificateurs en grand nombre, car ils ne duraient pas éternellement

(Lettre aux Hébreux, suite) De plus, il y a eu des sacrificateurs en grand nombre, parce que la mort les empêchait d’être permanents.

Jésus a un sacerdoce qui n’est pas transmissible

(Lettre aux Hébreux, suite) Mais lui, parce qu’il demeure éternellement, possède un sacerdoce qui n’est pas transmissible. C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.

(Ndlr) Jésus est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il est vivant, du début à la fin, il est avant toutes choses et il est présent constamment. L’évangile de Jean nous dit de Jésus par exemple: Voici, je suis avec vous, jusqu’à la fin du monde.

Jésus ne doit pas en plus offrir des sacrifices pour ses propres péchés, Jésus a été tenté mais est resté sans péché. Il s’est offert lui-même, en tant que sacrifice définitif et complet pour nous laver de l’ensemble de nos péchés.

(Lettre aux Hébreux, suite) Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, -car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même.

Changement de temple (de tabernacle)

(Ndlr) Jésus a donc vaincu la mort, il est Le Souverain Sacrificateur du véritable temple, du véritable tabernacle : le tabernacle qui n’est pas en pierre mais qui est spirituel et dans les cieux.

(Lettre aux Hébreux, suite) En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité. (chapitre huit) Le point capital de ce qui vient d’être dit, c’est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s’est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme.

Changement d’alliance

(Ndlr) Avant, le peuple devait apporter un animal au souverain sacrificateur pour le sacrifice, pour l’expiation de ses péchés. (Pour que les péchés du peuple soient effacés, pardonnés par Dieu). La punition de mort avait lieu. Un animal était tué. Depuis la nouvelle alliance, il n’y a plus de sacrifice, plus de temple, plus de sacrificateurs, Jésus s’étant sacrifié une fois pour toute.

(Lettre aux Hébreux, suite) Tout souverain sacrificateur est établi pour présenter des offrandes et des sacrifices; d’où il est nécessaire que celui-ci ait aussi quelque chose a présenter. S’il était sur la terre, il ne serait pas même sacrificateur, puisque là sont ceux qui présentent des offrandes selon la loi (lesquels célèbrent un culte, image et ombre des choses célestes, selon que Moïse en fut divinement averti lorsqu’il allait construire le tabernacle: Aie soin, lui fut-il dit, de faire tout d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne). Mais maintenant il a obtenu un ministère d’autant supérieur qu’il est le médiateur d’une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses. En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde. Car c’est avec l’expression d’un blâme que le Seigneur dit à Israël: Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle, Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d’Égypte; Car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur. Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur coeur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. Aucun n’enseignera plus son concitoyen, Ni aucun son frère, en disant: Connais le Seigneur! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux; Parce que je pardonnerai leurs iniquités, Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés. En disant: une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître. (Chapitre neuf) La première alliance avait aussi des ordonnances relatives au culte, et le sanctuaire terrestre. Un tabernacle fut, en effet, construit. Dans la partie antérieure, appelée le lieu saint, étaient le chandelier, la table, et les pains de proposition. Derrière le second voile se trouvait la partie du tabernacle appelée le saint des saints, renfermant l’autel d’or pour les parfums, et l’arche de l’alliance, entièrement recouverte d’or. Il y avait dans l’arche un vase d’or contenant la manne, la verge d’Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l’alliance. Au-dessus de l’arche étaient les chérubins de la gloire, couvrant de leur ombre le propitiatoire. Ce n’est pas le moment de parler en détail là-dessus. Or, ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs qui font le service entrent en tout temps dans la première partie du tabernacle; et dans la seconde le souverain sacrificateur seul entre une fois par an, non sans y porter du sang qu’il offre pour lui-même et pour les péchés du peuple. Le Saint Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n’était pas encore ouvert, tant que le premier tabernacle subsistait. C’est une figure pour le temps actuel, où l’on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, et qui, avec les aliments, les boissons et les divers ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu’à une époque de réformation. Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.

Changement de temple, de pratique

(Ndlr) Le premier tabernacle (temple) était une figure, une ébauche, un échantillon, du véritable tabernacle (temple) dans les cieux. Il s’y accomplissait plusieurs choses qui étaient insuffisantes, partielles, incomplètes.

(Lettre aux Hébreux, suite) Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant! Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis.

Promesse, alliance et testament

(Ndlr) Pour chaque alliance, pour chaque testament, il faut du sang, c’est à dire, que celui qui a fait le testament meurt pour que le testament (l’alliance) devienne valable. Lorsque Dieu fait une promesse, lorsque Dieu fait une alliance, le sang d’un animal, la mort d’un animal intervient.

Pour l’alliance que nous connaissons, Dieu a carrément envoyé son fils unique:

(Lettre aux Hébreux, suite) Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c’est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l’eau, de la laine écarlate, et de l’hysope; et il fit l’aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, en disant: Ceci est le sang de l’alliance que Dieu a ordonnée pour vous. Il fit pareillement l’aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon.

Les choses qui sont dans les cieux

(Ndlr) Le tabernacle (= le Temple) et les objets qu’il contenait représentaient ‘les choses qui sont dans les cieux’. C’était des ‘photos’ (des images) des échantillons, des ébauches, des choses des cieux. Et ces objets du temple devaient être purifiés par du sang.

Mais le sacrifice de Christ lui ne purifie pas les ‘photos’ (les images) qui représentent les choses des cieux, mais son sacrifice, son sang purifie carrément le temple des cieux et les choses qui sont dans les cieux.

(Lettre aux Hébreux, suite) Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, (NDLR: Jésus n’est pas entré dans un temple fait de pierre, celui qui est « la photo » (l’image) du véritable) en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. Et ce n’est pas pour s’offrir lui-même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger; autrement, il aurait fallu qu’il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seul fois pour abolir le péché par son sacrifice.

Jésus a été crucifié une seule fois. Il est mort une seule fois.

(Lettre aux Hébreux, suite) Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seul fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut. (chapitre  dix) En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu’on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection.

(Ndlr) Christ est mort une seule fois et il s’est offert une seule fois. Une seule fois pour toutes. La loi est une ombre, une ébauche, un échantillon, un « dessin » de  la réalité à venir et non pas l’exacte réalité. Et cette loi ne peut jamais rendre ceux qui font des sacrifices d’animaux entièrement parfaits (entièrement purs, entièrement sanctifiés, entièrement saints)

(Suite de la lettre aux hébreux) Autrement, n’aurait-on pas cessé de les offrir, parce que ceux qui rendent ce culte, étant une fois purifiés, n’auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés? Mais le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés. C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté. Après avoir dit d’abord: Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché (NDLR: ce qu’on offre selon la loi), il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde. C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes.

Le chrétien est définitivement saint

(Ndlr) Puis il s’est assis pour toujours à la droite de Dieu et nous a tous menés à la perfection. Nous sommes par une seule offrande, par le seul sacrifice de Jésus à la croix sanctifié (saint, parfait, purifié, justifié, pardonné, mis à part, consacré) pour toujours et définitivement.

(Lettre aux Hébreux, suite) Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. C’est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit: Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute: Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.

Les sacrifices d’animaux sont insignifiants par rapport à Jésus.

Jean 1: 29 (Jean-Baptiste) vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde Luc 1:67-79 Afin de donner à son peuple la connaissance du salut Par le pardon de ses péchés, Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu Matthieu 1:21 Tu l’appelleras du nom de Jésus : car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés

(Ndlr) L’Ancien testament avait annoncé le pardon des péchés. Par exemple en Jérémie 31:34  Parce que je pardonnerai leurs iniquités (=méchancetés) Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés (fautes). David écrivait:  Psaume 130:3-4 Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister ? Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu’on te craigne

Une nouvelle route : nous avons tous accès à Dieu « en direct » (sans intermédiaire)

(Ndlr) Jésus nous ayant tout pardonné, TOUT, nous n’apportons plus au temple d’offrande pour nos péchés. Par le sang de Jésus, nous pouvons tous entrer dans le saint des saints du temple, derrière le voile spirituel du tabernacle dans les cieux, c’est à dire, Jésus a ouvert une nouvelle route, pour un temple, un tabernacle qui n’a pas été fait par la main des hommes mais qui est dans les cieux et nous avons accès « en direct » au trône de la Grâce de Dieu. Nous pouvons tous aller à Dieu, sans devoir auparavant sacrifier un animal pour nous faire pardonner.

(Lettre aux Hébreux, suite) Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché. Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.

Dieu tient ses promesses (plus que nous-même)

(Ndlr) Dieu a promis pour nous un meilleur et plus parfait ‘pays promis’ qu’il avait promis à Moise et que Josué a connu. Dieu nous a promis ce pays, et Dieu lui tient ses promesse, Dieu est fidèle.

(Lettre aux Hébreux suite) Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle.

Dieu a pardonné, laissé tombé, oublié, couvert, effacé, jeté au fond de la mer nos péchés

  1. Jérémie 31:34 Parce que je pardonnerai leurs iniquités (=méchancetés) Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés (fautes) Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.
  2. Esaïe 43:25 C’est moi, moi qui efface les transgressions pour l’amour de moi. Et je ne me souviendrai plus de tes péchés
  3. Michée 7:18-19 Quel Dieu est semblable à toi, qui pardonnes l’iniquité et qui oublies les péchés du reste de ton héritage? Il ne garde pas sa colère à toujours, car il prend plaisir à la miséricorde.Il aura encore compassion de nous, Il mettra sous ses pieds nos iniquités; Tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés.
  4. Psaumes 103:12 Autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos transgressions.
  5. Psaume 85:2-3 Tu as pardonné l’iniquité de ton peuple, tu as couvert tous ses péchés
  6. Psaume 130:3-4 Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister ? Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu’on te craigne

Et dans le Nouveau Testament:

  1. Romains 4: 7-8 Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, Et dont les péchés sont couverts! Heureux l’homme à qui le Seigneur n’impute pas son péché!
  2. Colossiens 1:12-23 Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés. Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l’Église; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier. Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui; il a voulu par lui (Ndlr: Jésus-Christ) réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair pour vous faire paraître devant lui (Ndlr: Dieu le Père) saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l’espérance de l’Évangile que vous avez entendu (saints, irrépréhensibles et sans reproche, peut se traduire par consacré, mis à part, sanctifié, sans défaut, etc)
  3. Jean 1: 29 (Jean-Baptiste) vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde
  4. Luc 1:67-79 Afin de donner à son peuple la connaissance du salut par le pardon de ses péchés, grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu
  5. Matthieu 1:21 Tu l’appelleras du nom de Jésus : car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés
  6. Romains 1:16 puis 1Corinthiens 15:1 et suivants: L’Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit! Je vous rappelle, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain. Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’aevais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures …
  7. Apocalypse 5:11-12 Je regardai, et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. Ils disaient d’une voix forte : L’Agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange

 

Résumé

Essentiellement selon la lettre aux Hébreux Ancienne alliance Nouvelle alliance
L’essentiel, le point le plus important de la Nouvelle Alliance Avant: Aaron, fils de Lévi, prêtre-sacrificateur du temple (tabernacle), puis ses enfants de générations en générations. Jésus-Christ prêtre-sacrificateur du temple de Dieu dans le royaume des cieux (comme Melchisedek)
Le point de départ Par la mort d’animaux, les enfants d’Israël n’étaient pas punis de mort Par sa mort à la Croix Jésus a détruit celui qui avait le pouvoir de la mort: le diable
Vue d’ensemble Le sacerdoce lévitique, le service au temple fait par la tribu de Lévi d’offrir des animaux était le moyen d’enlever les péchés du peuple Jésus-Christ est ce moyen dans la nouvelle alliance, Christ a été offert une seule fois pour ôter les péchés de plusieurs
Les alliances La première alliance était insuffisante, incomplète, partielle. Elle était comme le dessin, l’ébauche, de la réelle alliance qui allait venir La nouvelle alliance est parfaite, complète et même excellente
Les sacrificateurs, les prêtres Les sacrificateurs-prêtre (fils de la tribu de Lévi-et d’Aaron, ceux qui avaient le sacerdoce lévitique) faisaient sans cesse des sacrifices pour le pardon des péchés

ils servaient d’intermédiaires (de médiateurs) entre Dieu et les hommes pour le pardon des péchés

Jésus s’est sacrifié une fois pour toute, afin de nous délivrer définitivement du péché

Jésus est l’unique intermédiaire (médiateur) entre Dieu et les hommes pour le pardon des péchés

Les oints Seuls les prophètes avaient le Saint-Esprit et souvent les rois et les sacrificateurs-prêtres Tous les chrétiens ont le Saint-Esprit, tous les chrétiens sont oints, tous les chrétiens se pardonnent les uns, les autres et sont donc sacrificateurs-prêtres, demandant à Dieu de pardonner à ceux qui nous offense
Le peuple Dieu était le Dieu du peuple d’Israël (des circoncis) Dieu est le Dieu des chrétiens peu importe leur pays, leur origine, les croyances de leur famille
La promesse de Dieu pour son peuple La prospérité, une nombreuse descendance, la santé, etc La vie Éternelle, le pardon de péchés, le salut pour les chrétiens, la vie en abondance, la paix et la joie, etc
Le temple Un tabernacle (un temple) fait de mains d’hommes Un tabernacle (un temple) véritable dressé par le Seigneur « dans les cieux »
Les offrandes à Dieu Il était nécessaire d’avoir quelque chose à offrir à Dieu Il n’y a plus besoin d’offrir quelque chose sur l’Autel. Par contre, nous offrons notre vie entière  et plus seulement une partie de notre temps et plus seulement une partie de nos « récoltes » mais l’entier de nous-même
L’autel L’autel recevait les offrandes et les sacrifices Il n’y a plus d’offrande et de sacrifice pour le pardon des péchés, depuis la nouvelle alliance, et donc plus d’autel pour les recevoir
La loi Le sacerdoce lévitique, le service au temple de la tribu des enfants de Lévi (d’Aaron), la loi qui y corresond Les instructions données à Moise nous a menés à Christ
Le Sabbat L’homme se reposait de ses œuvres chaque 7ème jour (et Dieu se reposait constamment de ses œuvres, depuis le 7ème jour. Dieu n’a pas repris le travail le 8ème jour) Christ est maitre du Sabbat. L’homme entre dans le repos de Dieu et se repose constamment de ses œuvres.
La dîme Elle était envers des hommes mortels Elle est envers celui qui est vivant : Jésus
Le sacrifice Des sacrifices d’agneaux et d’autres animaux Jésus s’est fait notre sacrifice, notre agneau

Béréenne attitude

Notes:

A) L’épitre aux Hébreux parle plusieurs fois de Jésus-Christ venu en chair (et en os).

Hébreux 5 Et Christ ne s’est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit: Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui!(…) C’est lui qui, dans les jours de sa chair … Hébreux 9:15 s Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. (…) Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme (…) il a paru une seul fois pour abolir le péché par son sacrifice. Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seul fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut (…) 10:5 C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps (…) 10:9 il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde. C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes (…) 10:19-20 Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair … 12:2-4 ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs …

B) Melchisédek dans l’ancien testament

  1. (Genèse 14:18-20) Bible hébraïque: Et Malki-Tsèdèq, roi de Shalem, fit sortir pain et vin, et lui prêtre pour El ‘Elyon . Et il le bénit et dit : « Béni [soit] Abram par El ‘Elyon , possédant cieux et terre,
et béni [soit] El ‘Elyon, qui a livré tes ennemis dans ta main ». 
Et il lui donna la dîme de tout
 .
  2. (Genèse 14:18-20) Septante: Et Melchisédech, roi de Salem, apporta des pains et du vin. Il était prêtre du Dieu Très-Haut et il bénit Abram et dit : « Abram est béni par le Dieu Très-Haut, lui qui a créé le ciel et la terre, et il est digne d’être béni, le Dieu Très-Haut, celui qui a livré tes ennemis entre tes mains. » Et il lui donna le dixième de tout
  1. (Psaume 110: 4) Bible hébraïque: Le Seigneur a juré et ne se repentira pas : « Tu es prêtre à jamais à la manière de Malki-Tsèdèq »
  2. (Psaume 109:4) Septante: Le Seigneur (Yahvé) a juré et ne se repentira pas : « Tu es prêtre pour l’éternité selon l’ordre de Melchisédech »
Publicités