L’abbé Pierre témoignait qu’il rendait « les plus pauvres » heureux en se faisant inviter par eux pour un café. Le fait d’eux, donner quelque chose à l’abbé Pierre leur donnaient une position différente vis-à-vis de lui.

Une chrétienne qui visitait des prisonniers avait un jour refusé d’être protégée par un gardien.  Il ne voulait pas la laisser seule dans la cellule d’un homme considéré comme très dangereux. Elle avait insisté pour le rencontrer sans le gardien. Dès la porte refermée, elle avait alors demandé à boire à ce prisonnier. Il n’avait qu’une seule tasse, la sienne. Elle avait bu dans sa tasse et elle écrivait que ce geste avait immédiatement créé une bonne relation entre elle et ce dangereux prisonnier.

Donner change la position des uns et des autres.

Publicités