Dans l’ancienne alliance

Esaïe1:12-23  Quand vous venez vous présenter devant moi, Qui vous demande de souiller mes parvis?  Cessez d’apporter de vaines offrandes: J’ai en horreur l’encens, Les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées; Je ne puis voir le crime s’associer aux solennités.  Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes; Elles me sont à charge; Je suis las de les supporter.   Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux; Quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas: Vos mains sont pleines de sang.

Lavez-vous, purifiez-vous, Otez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions; Cessez de faire le mal.   Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, Protégez l’opprimé; Faites droit à l’orphelin, Défendez la veuve.

Venez et plaidons! dit l’Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; S’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine.   Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, Vous mangerez les meilleures productions du pays;   Mais si vous résistez et si vous êtes rebelles, Vous serez dévorés par le glaive, Car la bouche de l’Éternel a parlé.   Quoi donc! la cité fidèle est devenue une prostituée! Elle était remplie d’équité, la justice y habitait, Et maintenant il y a des assassins!   Ton argent s’est changé en scories, Ton vin a été coupé d’eau.   Tes chefs sont rebelles et complices des voleurs, Tous aiment les présents et courent après les récompenses; Ils ne font pas droit à l’orphelin, Et la cause de la veuve ne vient pas jusqu’à eux.

Dans la nouvelle alliance : dans les lettres

Romains14: Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions.

Tel croit pouvoir manger de tout: tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes.   Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas ne juge point celui qui mange, car Dieu l’a accueilli.

Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui? S’il se tient debout, ou s’il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l’affermir.

  • Tel fait une distinction entre les jours
  • tel autre les estime tous égaux.

Que chacun ait en son esprit une pleine conviction.   Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur.

Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu.   En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même.   Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur.   Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants.  Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu.   Car il est écrit: Je suis vivant, dit le Seigneur, Tout genou fléchira devant moi, Et toute langue donnera gloire à Dieu.

—Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même.  — Ne nous jugeons donc plus les uns les autres; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute.   Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure.   Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour: ne cause pas, par ton aliment, la perte de celui pour lequel Christ est mort.   Que votre privilège ne soit pas un sujet de calomnie.   Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit.   Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes.   Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle.   Pour un aliment, ne détruis pas l’oeuvre de Dieu. A la vérité toutes choses sont pures; mais il est mal à l’homme, quand il mange, de devenir une pierre d’achoppement.   Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, et de s’abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse.   Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même dans ce qu’il approuve!   Mais celui qui a des doutes au sujet de ce qu’il mange est condamné, parce qu’il n’agit pas par conviction. Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché.

—Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. — Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais — la justice — la paix — la joie, — par le Saint Esprit — Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes. (…) Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché.

1Corinthiens chapitre 10 extrait: Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui. Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose — faites tout pour la gloire de Dieu. — Ne soyez en scandale (ne choquez pas) ni aux Grecs, ni aux Juifs, ni à l’Église de Dieu, de la même manière que moi aussi je m’efforce en toutes choses de complaire à tous, cherchant, non mon avantage, mais celui du plus grand nombre afin qu’ils soient sauvés.

Colossiens 2:16 Que personne donc ne vous juge au sujet (du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune), ou des sabbats

Béréenne attitude

Publicités