Avant la venue sur la terre de Jésus, les hébreux vivaient sous la première alliance, sous l’ancien testament. Depuis la venue de Jésus sur la terre, une nouvelle alliance est arrivée.  Elle a commencé à la fête de La Pâque juive de Jérusalem, peu avant la crucifixion de Jésus. La Pâque concernait la sortie du peuple hébreu de l’esclavage en Égypte. Elle servait à se remémorer cette libération.

La Bible dit-elle que Jésus a instauré une Pâque chrétienne? La Bible nous parle-t-elle d’une Pâque que suivaient les premiers chrétiens?

Le mot Pâque est plusieurs fois dans La Bible sous la nouvelle alliance. (Dans le nouveau testament). Il est mentionné une fois dans le livre des Actes des apôtres et deux fois dans les lettres des apôtres.

Dans le livre des Actes, le contexte démontre que les responsables du temple hébreu de Jérusalem souhaitent attendre la fin de la Pâque juive. Le point de vue est celui d’Hérode. Lui souhaite attendre la fin de La Pâque (juive). Il n’est pas chrétien. Il agit selon l’alliance de Moïse, l’ancienne. Pour le terme Pâque suivant, dans l’épitre aux Hébreux, le chapitre 11 dans son ensemble relève la foi des hébreux. Et pour cette situation précise, le mot Pâque est utilisé par rapport à la toute première Pâque, lors de l’instauration de cette fête, à la sortie de l’esclavage d’Égypte.

Ces deux passages n’instaurent ni l’un ni l’autre une Pâque chrétienne. Ils ne donnent pas non plus une indication aux chrétiens de continuer de fêter la libération du peuple hébreu, La Pâque juive.

Par contre, la troisième fois que le mot pâque est mentionné, dans la lettre aux Corinthiens, le contexte est celui de la Nouvelle Alliance et le passage s’adresse à des chrétiens. Que dit-il exactement?

Les trois utilisation du terme « Pâque(s) » dans les lettres et les actes des apôtres
  1. Actes 12:4 Voyant que cela était agréable aux Juifs, (Hérode) fit encore arrêter Pierre. – C’était pendant les jours des pains sans levain. – Après l’avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque.
  2. Hébreux 11:28 C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon. (…) C’est par la foi qu’il fit la Pâque et l’aspersion du sang, afin que l’exterminateur ne touchât pas aux premiers-nés des Israélites.
  3. 1Corinthiens 5:7 Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.

Le contexte du dernier verset mentionné (1Corinthiens 5:7) explique qu’il s’était introduit parmi les chrétiens de la ville de Corinthe de l’impudicité et de l’orgueil, et que ces deux choses même en petite quantité pourraient contaminer tous les chrétiens. Le passage est au sens figuré, les chrétiens sont eux-mêmes une pâte, une pâte à pain nouvelle, sans levain. La Pâque est ici spirituelle. Le levain représente des personnes remplies d’orgueil et d’impudicité au milieu du pain: l’église. Ce passage n’indique pas que les chrétiens devraient fêter La Pâque. Ci-dessous, le contexte de ce verset:

1 Corinthiens 5 On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père.  Et vous êtes enflés d’orgueil! Et vous n’avez pas été plutôt dans l’affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous! 3 Pour moi, absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, celui qui a commis un tel acte.  Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus,  qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. C’est bien à tort que vous vous glorifiez.

Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte?  Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité.

Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, –  non pas d’une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres; autrement, il vous faudrait sortir du monde.  Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme.  Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous. (Fin du contexte de 1Corinthiens5:7)

La Pâque est aussi appelée la fête des pains sans levain

La Pâque est une fête sur plusieurs jours qui est appelée aussi la semaine des pains sans levain,  les jours des pains sans levain et encore la fête des pains sans levain. Mis à part dans le texte que nous venons de lire ci-dessus (1Corinthiens5), le livre des Actes la mentionne. La première fois, c’est le même passage relevé en début d’article, l’arrestation de Pierre par Hérode.

Actes 12:3
Quand il s’aperçut que cela plaisait aux Juifs, il fit aussi arrêter Pierre. C’était pendant les jours des «pains sans levain».
(Verset déjà repris au début de cet article) Actes 12:4 Voyant que cela était agréable aux Juifs, (Hérode) fit encore arrêter Pierre. -C’était pendant les jours des pains sans levain. – Après l’avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque.

La deuxième fois que « pain sans levain » est relevé, c’est dans le passage suivant. La fête  est une indication de temps. Ce verset n’indique pas que les chrétiens avaient eux commémoré la fête de la sortie d’Égypte.

Actes 20:6
Quant à nous, nous nous sommes embarqués à Philippes après la fête des pains sans levain et, après une traversée de cinq jours, nous les avons rejoints à Troas où nous avons passé une semaine.

Jésus ou ses disciples ont-ils demandé de continuer de fêter La Pâque de la sortie d’Égypte?

En dehors des passages précédents qui sont les seuls, depuis la nouvelle alliance, dans les lettres et les actes des apôtres à parler de Pâque, la continuité des fêtes de la première alliance est-elle mentionnée?  C’est à dire, sans utiliser le mot « Pâque », (ou « pain sans levain ») est-ce qu’un autre passage ou d’autres passages pourraient parler des fêtes perpétuelles de façon générale? Lors du repas de La Pâque juive, lorsque Jésus a instauré la nouvelle alliance en son sang, a-t-il demandé de fêter une Pâque chrétienne?

Les premiers chrétiens s’étaient posé la question

Le chapitre 15 du livre des Actes indique qu’il y avait des discussions au sujet de suivre ou ne pas suivre différentes lois de l’alliance passée avec Moïse.

V5 Alors quelques-uns du parti des pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu’il fallait circoncire les païens et exiger l’observation de la loi de Moïse.

Suite aux discussions des hébreux devenus chrétiens réunis à Jérusalem, ils écriront ensemble cette lettre aux païens devenus chrétiens:

V 24-29 Les apôtres, les anciens, et les frères, aux frères d’entre les païens, qui sont à Antioche, en Syrie, et en Cilicie, salut ! Ayant appris que quelques hommes partis de chez nous, et auxquels nous n’avions donné aucun ordre, vous ont troublés par leurs discours et ont ébranlé vos âmes, nous avons jugé à propos, après nous être réunis tous ensemble, de choisir des délégués et de vous les envoyer avec nos bien-aimés Barnabas et Paul, ces hommes qui ont exposé leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ. Nous avons donc envoyé Jude et Silas, qui vous annonceront de leur bouche les mêmes choses. Car il a paru bon au Saint Esprit et à nous de ne vous imposer d’autre charge que ce qui est nécessaire, savoir, de vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité, choses contre lesquelles vous vous trouverez bien de vous tenir en garde. Adieu.

Cette lettre explique aux nouveaux chrétiens, anciennement païens, les prescriptions qu’ils doivent suivre, en particulier, s’ils doivent reprendre la circoncision et d’autres choses de la première alliance. Dans cette lettre, nous pouvons voir aussi, tout ce qu’il n’est pas demandé. Les fêtes perpétuelles de la première alliance, La Pâque juive ou encore une Pâque chrétienne n’y sont pas mentionnées.

Paul parlera précisément des fêtes perpétuelles, La Pâque juive en fait partie

Si la lettre aux Galates est un peu brusque envers ceux qui continuent d’observer des jours spéciaux, (ceux qui ne considèrent pas tous les jours sur un même plan) la lettre aux Romains, souligne que l’important est de faire les choses pour et devant le Seigneur et de ne pas attrister son frère.

Galates3:1 et Galates4:10 (O Galates) Etes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous.

Romains 14 Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions.  Tel croit pouvoir manger de tout: tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes. Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas ne juge point celui qui mange, car Dieu l’a accueilli. Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui? S’il se tient debout, ou s’il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l’affermir.

  • Tel fait une distinction entre les jours;
  • tel autre les estime tous égaux.
  • Que chacun ait en son esprit une pleine conviction.  Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur.

Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu.  En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même. Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur.  Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants.  Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu.

Colossiens 2:16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats

Jean parlera de façon globale des commandements à suivre

Jean écrira dans ses lettres que depuis Jésus-Christ, les commandements sont: croire au Père et au Fils, à Jésus venu en chair, etc et aimer.

Béréenne attitude

Publicités