Il n’est pas écrit dans l’évangile de Jean « va et ne pèche plus » à propos de la Samaritaine. Jésus ne lui fera pas de reproche concernant ses mariages.

Jésus a enseigné la samaritaine en tête à tête les mêmes 2 grands sujets qu’il venait de développer avec Nicodème: l’eau et l’esprit. Avec la samaritaine, il ajoutera encore d’autres sujets. Réalisant que Jésus était le Messie que tous attendaient, elle ira alors dans son village annoncer la bonne nouvelle de sa venue. Beaucoup de personnes croiront la Samaritaine et la suivront jusqu’à Jésus, afin de le rencontrer.

Nicodème avait rencontré Jésus mais de nuit. Il avait une fonction importante à Jérusalem, il était reconnu comme « docteur de la loi ». Par contre, la Samaritaine était peu considérée car femme et habitante de la Samarie. Les hébreux méprisaient les samaritains hommes et femmes et les considéraient comme étant moins bien qu’eux et ne leur parlaient pas. De plus, les hommes avaient l’interdiction de discuter avec une femme dans la rue (et dans la campagne). Les disciples seront surpris de voir Jésus converser avec une femme.

Jésus ne fait pas de différence

C’est Jean, l’auteur du texte qui explique que les hébreux n’avaient pas de relation avec les samaritains. Ils avaient des montagnes différentes pour adorer Dieu. A Jérusalem, sur la montagne du Temple (le mont du Temple) les juifs adoraient Dieu. En Samarie, il y avait sur une autre montagne un presque même Temple qu’à Jérusalem. Il avait servi à Israël dans l’histoire à adorer Dieu pour tous les hébreux (Voir le livre des Rois dans l’Ancien Testament).

La Samaritaine demandera à Jésus sur quelle montagne adorer Dieu. Jésus lui expliquera que Dieu recherche des adorateurs en esprit et en vérité, et qu’adorer ne dépend dorénavant plus d’un lieu.

Par contre, ni le texte (comme pour l’explication sur les relations entre juifs et samaritains) ni les disciples, ne relèveront la situation maritale de cette femme. A cette époque, passablement de femmes (et d’hommes) étaient dans la même situation que la Samaritaine.

Jésus ne fera pas de différence pour enseigner un juif pharisien docteur de la loi et une femme de la Samarie. Voir le texte de la Bible dans le tableau ci-dessous:

Les récits mis en perspective

Jean 3 et 4 Nicodème La samaritaine
Peuple Juif (Selon Jean chapitre 3) Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains (Textuellement le V9)
Sexe Homme les disciples sont surpris que Jésus adresse la parole à une femme (Selon le V27)
Croyance Pharisien juif Les samaritains adoraient Dieu en Samarie dans un presque même temple que celui de Jérusalem
Sur quelle montagne adorer Dieu? Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous (les juifs) dites, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem (Textuellement le V20)
Esprit naitre d’esprit (Selon V3-8) adorer est dorénavant en esprit et en vérité et ne dépend plus d’un lieu (Selon V20-24)
Eau naitre d’eau (Selon V3-8) Jésus source d’eau vive (Selon V7-15)
Annonce l’évangile vient de nuit voir Jésus (Selon V2) annonce Jésus dans sa ville   (Selon V28-30)
Plusieurs croient Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m’a dit tout ce que j’ai fait. (Textuellement le V39) Plusieurs iront voir Jésus puis inviteront Jésus à rester (Selon V40 et 41)
Érudition et position Chef des juifs – docteur de la loi (Selon les V1 V10) Probablement analphabète
Situation maritale
En tant que pharisien, probablement le mari d’une seule femme Remariée multiple, et à ce moment là, étant avec un homme sans être mariée (Selon V16-18)
Comment est considéré Jésus Nicodème connaissait Jésus par avance. Il dira en lui disant bonjour: Rabbi (maître), docteur venu de Dieu, qui fait des miracles car Dieu est avec lui (Textuellement le V2) La Samaritaine ne connaissait pas Jésus. Elle le considèrera comme prophète, lorsque Jésus lui décrira sa situation maritale. Après la description de sa situation par Jésus, elle répondra: Je vois que tu es prophète(Selon le passage et textuellement le V19)
Jésus se présente En tant que Messie/Christ(Selon V25-26) (et source d’eau vive)(Selon V7-15)
Va et ne pèche plus
Réels reproches de Jésus Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas ces choses! (Textuellement le V10) Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. (Textuellement le V10)

(Voir ci-dessous, les 2 récits en entier)

Béréenne attitude

Évangile de Jean chapitre 3: Nicodème

(LSG) Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est Esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit. Nicodème lui dit: Comment cela peut-il se faire? Jésus lui répondit: Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas ces choses!

Évangile de Jean Chapitre 4: La Samaritaine

Comme il fallait qu’il passât par la Samarie, il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire. Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. (Jésus parle en tête à tête à la Samaritaine, les disciples ne sont pas présents. Il semble que le dialogue avec Nicodème est aussi en tête-à-tête?) La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. – Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; d’où aurais-tu donc cette eau vive? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La femme répondit: Je n’ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n’ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir (celui qu’on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle. Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu’il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit: Que demandes-tu? ou: De quoi parles-tu avec elle? Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens: Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Christ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. (…) Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m’a dit tout ce que j’ai fait. Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il resta là deux jours. Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole; et ils disaient à la femme: Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde. Après ces deux jours, Jésus partit de là, pour se rendre en Galilée

Publicités