Bible : Actes 8:27-40 un Éthiopien, un eunuque, ministre de Candace, reine d’Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors venu à Jérusalem pour adorer, s’en retournait, assis sur son char, et lisait le prophète Esaïe

Dans le livre des Actes des apôtres du Nouveau Testament, peu après la pentecôte, l’ancien Philippe, l’un des sept présentés par la toute première église pour servir, rencontra un Éthiopien et le baptisa, après lui avoir expliqué qui était Jésus.

Cet éthiopien avait une place très importante au coté de la reine d’Éthiopie. De part sa fonction, surintendant de tous les trésors de la reine, il est impossible qu’il ait voyagé seul. Il devait au minimum avoir des gardes et des serviteurs. Peut-être voyageait-il aussi avec d’autres éthiopiens?

La Bible précise qu’il lisait le livre du prophète Esaïe, une partie de l’Ancien Testament. N’importe qui n’avait pas à sa disposition un tel livre.  L’eunuque éthiopien était venu au temple de Jérusalem, peut-être pour La Pâque juive, comme chaque année, l’ensemble des juifs du monde entier (de toute la dispersion), s’y rendaient.

  1. (Bible: Jean 12:20,  Luc 2:41, ou encore Jean 11:55 La Pâque des Juifs était proche. Et beaucoup de gens du pays montèrent à Jérusalem….)
  2. (Bible: Actes 2:5et10 Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. Juifs de naissance ou par conversion)

La Bible ne précise pas le nom de la Candace d’Éthiopie, Candace voulant dire reine. Par l’histoire, nous connaissons par exemple la Candace Amanishakhéto qui a vécu peu avant la rencontre de Philippe et de l’Éthiopien. Amanishakhéto avait envoyé une armée de 30’000 hommes contre les romains sans réussir à les battre. L’empire romain, avec Auguste à sa tête, avait à cette époque une armée puissante. Il n’a pas réussi a assujettir cette reine et n’a pas non plus riposté. L’empereur romain et la reine d’Éthiopie signeront un traité de paix, environ 50 ans avant la pentecôte. Selon wikipédia, la Candace de la Bible serait la fille de la Candace Amanishakéto et porterait le nom d’Amanitore.

La Candace Amanishakhéto administrait en tout cas les royaumes de Napata et de Méroé composés de plusieurs villes.Ces villes se trouvent de nos jours au Soudan, un des pays de la Corne de l’Afrique (Nord-Est).

Corne de l’Afrique

EthiopieCorneAfrique2014
L’archéologie avait commencé par explorer la petite partie du Nil qui traverse l’Égypte. Actuellement, elle répertorie les pyramides situées plus bas sur le Nil.

Le Nil, le plus grand fleuve du monde

(A égalité ou presque avec l’Amazone qui rivalise pour savoir lequel des deux est le plus long)

Méroé  au Soudan actuel

Le Lac Victoria commence le Nil Blanc et le Lac Tana commence le Nil Bleu.  Les deux se rejoignent à Méroé.

Le site archéologique de Méroé est très étendu et les fouilles n’ont qu’à peine effleuré les vestiges. De nombreux sanctuaires ont été dégagés à l’extérieur de la ville et environ deux cents pyramides sont recensées dans les trois nécropoles.
Napata meroe

Reconstitution du temple de Napata

Napata est à la fois le nom d’un royaume antique d’Afrique et le nom de sa capitale. Son nom est attaché à la « deuxième période » du royaume de Koush (après le royaume de Kerma et avant celui de Méroé). Le mot Koush a été traduit dans la Bible par Éthiopie.

Le Roi de Napata, -593 et -568

La statue du roi Aspelta a été découverte au Gebel Barkal, le mont surplombant Napata. Son règne est le plus connu des rois de Napata.  Aspelta avait réussi à s’implanter en Haute-Égypte. Il fut enterré dans une riche tombe pyramidale à Nouri, en face du Gebel Barkal.

L’armée Éthiopienne dans l’ancien testament

La Bible, dans le livre des Chroniques nous parle d’une armée composée de 3 ou 4 peuples dont il n’est pas possible de chiffrer le nombre, tant elle était grande. Deux chapitres plus loin, nous pouvons lire que l’armée Éthiopienne comportait 1 million d’homme.

  1. Chroniques 12:2-3 La cinquième année du règne de Roboam, Shishak, le roi d’Egypte, monta contre Jérusalem, parce qu’ils avaient fait preuve d’infidélité envers l’Eternel. Il avait mille deux cents chars et soixante mille cavaliers; et il vint d’Egypte avec lui un peuple innombrable, des Libyens, des Sukkiens et des Ethiopiens.
  2. 2 Chroniques 14 : 9 (14. 8) Zérach, l’Ethiopien (Kuwshiy), sortit contre eux avec une armée d’un million d’hommes et trois cents chars, et il s’avança jusqu’à maréscha.

Ces événements se sont passé environ en 925 av JC. La Candace Amanishakhéto, 900 ans plus tard a tout de même attaqué les Romains. Nous pouvons voir dans la carte animée ci-dessous, la progression et le déclin de l’empire romain. Il n’a pas dépassé l’Egypte actuelle et n’a donc jamais atteint le royaume de la Candace d’Éthiopie. (Fond de carte basé sur Image:BlankMap-Europe-v3.png)

L’Éthiopie de la Genèse à aujourd’hui

Genèse 2:9-15 L’Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Un fleuve sortait d’Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras.

  1. Le nom du premier est Pischon; c’est celui qui entoure tout le pays de Havila, où se trouve l’or. L’or de ce pays est pur; on y trouve aussi le bdellium et la pierre d’onyx.
  2. Le nom du second fleuve est Guihon; c’est celui qui entoure tout le pays de Cusch (L’Éthiopie).
  3. Le nom du troisième est Hiddékel; c’est celui qui coule à l’orient de l’Assyrie.
  4. Le quatrième fleuve, c’est l’Euphrate.

L’Eternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder.

Quelques autres passages de la bible mentionnant l’Ethiopie

Cusch (Kuwsh) engendra aussi Nimrod; c’est lui qui commença à être puissant sur la terre. (Genèse 10 : 8) Moise avait pris pour femme une éthiopienne (Nombres 12), ainsi que Salomon et d’autres. Le pays des Philistins, Tyr, avec l’Éthiopie : C’est dans Sion qu’ils sont nés. (Esaïe 11 : 11) Bien d’autres passages de la bible parle de l’Éthiopie ou encore des Éthiopiens.

Kuwshiy, Cuschi, Éthiopien

Les hébreux qui ont écrit en langue grecque leurs textes pour la première fois, vers 270 av JC, ont traduit Cusch (Koush) par Éthiopie dans La Septante. L’histoire elle, parle parfois des Éthiopiens, parfois des Érythréen (la mer D’Érythrée) parfois du royaume D’mt, d’Aksoum, de L’Abyssinie ou encore de La Nubie.

L’Éthiopie en 1683

ethiopiemallet1683
Cette carte est une reproduction très schématisée d’une réelle carte de 1683. Sous le continent africain, la mer d’Éthiopie. D’autres cartes mentionnent l’Océan d’Éthiopie en le situant sur la cote Ouest de l’Afrique entière.  Sur cette carte précisément, la péninsule arabique est appelée Asie, la mer Rouge le Golfe d’Arabie, et la mer d’Éthiopie se situe tout au Sud de l’Afrique. La Libye est appelée intérieure et l’Égypte extérieure, entre autres choses à voir sur cette carte que vous pouvez visualiser à l’adresse: www mapandmaps com

Cette carte est accompagnée des informations suivantes:

Les principaux peuples de l’Ethiopie Intérieure sont les

  • Rapsii Æthiopes
  • Antropophagi Æthiopes
  • Theon-Ochema
  • Ichthyophagi Æthiopes
  • Æthiopes-Daratitæ
  • Hesperii Æthiopes
  • Agysamba, etc

Les villes principales de l’Ethiopie sous l’Egypte, sont

  • Meroë
  • Adulis
  • Auxume
  • Dire
  • Aromata
  • Essina
  • Rapa, etc

Les principales Iles de l’Ethiopie, sont

  • Dioscoridis
  • Menuthias, etc

Principaux, principale signifie qu’il y en avait d’autres, plus petits. Je n’ai trouvé aucune carte claire qui montrait ces différents royaumes dans un ordre chronologique, comme par exemple la progression et le déclin de l’empire romain. Par contre, sur les différentes cartes trouvées, la plupart divisent l’Afrique en trois groupes: Égypte, Libye et Éthiopie. D’autres cartes parlent uniquement de Libye et d’Éthiopie, sans parler d’Égypte, comme si cette région avait été assimilée à l’Éthiopie ou à La Libye.

La Bible elle, lorsqu’elle mentionne l’Éthiopie, en parle par exemple ainsi:
Daniel 11:42-43 Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d’Égypte n’échappera point. Il se rendra maître des trésors d’or et d’argent, et de toutes les choses précieuses de l’Égypte; les Libyens et les Éthiopiens (Kuwshiy) seront à sa suite.

De l’Inde à Éthiopie?

Les royaumes de l’ancienne Éthiopie aujourd’hui reconnus unanimement par l’histoire sont ceux de Kerma, Napata, Méroé et Aksum.
Napata meroe
Que L’Éthiopie se soit étendue jusqu’en Inde est parfois mentionné par l’archéologie en temps que ‘légende non vérifiable’. Toutes les traces écrites avaient disparu au Moyen Age. La Bible par contre, nous parle de l’Inde:

Esther 1:1-2 C’était du temps d’Assuérus, de cet Assuérus qui régnait depuis l’Inde jusqu’en Ethiopie sur cent vingt-sept provinces; et le roi Assuérus était alors assis sur son trône royal à Suse, dans la capitale.

Assuérus pourrait être le pharaon Xerxès Ier , né vers -519, mort en -465.

Suse, capitale du roi Assuérus (Xerxès Ier?)

A l’est de Jérusalem sur la carte suivante, Suse aurait donc été la capitale de l’Inde-Éthiopie. Quel aurait pu être son territoire exact? « Les Indes » désignaient dans l’histoire plusieurs régions différentes, dont parfois, pratiquement tout le continent Asiatique et d’autres tous les territoires dépendant de l’un ou l’autre empire européen, comme par exemple, les Indes d’Espagne représentaient tous les territoires conquis par l’Espagne dans le monde entier.
Meroe suse  inde jerusalem.png

Le nom des montagnes

Sur la carte suivante, le rectangle rouge entoure plusieurs chaines de montagnes, en particulier l’Himalaya en brun foncé, et la rivière Indus, qui longe l’ouest de « notre » Inde actuelle.
Indes Montagnes carte europe afrique asie
La carte suivante agrandit le rectangle rouge ci-dessus et donne le nom de la chaine de montagnes au commencement de la rivière Indus, à l’ouest de « notre » Inde actuelle. Ces montagnes s’appellent Hindou-Kouch. Dans la Bible, Kouch est traduit en français par Éthiopie.
MontagnesHindouKoush

Méroé

Sur la liste des villes de l’Éthiopie (le document ancien vu plus haut dans cet article), la ville de Méroé est citée en premier. C’est donc la ville la plus importante. La Candace de l’eunuque éthiopien, venait du bord du Nil. Une des capitales de son royaume s’appelait Méroé. Ce nom est mentionné dans d’autres contextes par l’histoire.

Méroé, fille du premier roi de l’Empire Perse Achéménide

Cet Empire eu le plus important territoire de l’antiquité classique. Cyrus 2, grand conquérant de cette dynastie, accéda au pouvoir vers 549 av JC et eu une fille qu’il appela Méroé.

Généralement les rois donnaient en mariage leurs filles aux fils d’autres rois en fonction des alliances passées entre eux. Que la fille du Roi Cyrus 2 porte le nom de Méroé n’est pas anodin. Ce roi régnait sur un grand territoire. Il n’aurait pas appelé sa fille d’un nom qui représentait quelque chose de « petit ». Xerxès Ier , (519 – 465 av JC) qui pourrait être Assuérus de la Bible, succéda a Cyrus 2, et agrandi encore le territoire conquis par ce dernier.

Selon plusieurs sites d’histoire, l’Empire de la dynastie des Achéménides s’étendait sur trois continents (Europe, Asie, Afrique) et comportait l’Afghanistan, le Pakistan, l’Asie centrale, l’Asie Mineure, les côtes de la mer Noire, la Thrace, la Macédoine, le Nord de l’Arabie Saoudite, la Jordanie, Israël, le Liban, la Syrie, toute l’Égypte, une partie de la Libye et de la Grèce.

Que signifie toute l’Égypte dans ce contexte?

Méroé, au départ de la route de la soie

Généralement, il était donné aux villes conquises le nom du conquérant. Par exemple, du temps d’Alexandre, une 50ène de villes portaient le nom d’Alexandrie. Puis, ces différentes villes étaient dominées par quelqu’un d’autre, qui effaçait soigneusement tout ce qui rappelait le nom du vainqueur précédent et leur donnait son nom.

L’empire séleucide, par exemple avait appelé passablement de ville Laodicée (leur déesse) mais le même empire à une autre époque nommait ces mêmes villes Antioche (le nom d’un empereur).

La route de la soie commence à Antioche. Cette ville s’est certainement aussi appelée Laodicée. Située au bord du fleuve Oronte, elle a été créée à partir de Lopolis, Joppé, Bottia et Méroé.

Sur les cartes suivantes, Méroé à la jonction du Nil Blanc et du Nil Bleu, et Méroé-Antioche-Laodicée, au sud de « notre » Turquie actuelle, anciennement appelée Anatolie ou encore Asie Mineur.
Meroe suse indus indou kouch gondar
Gondar a longtemps été la capitale de l’Éthiopie, au départ du Nil Bleu, (Lac Tana) actuellement, Addis-Abeba est la capitale de l’Éthiopie actuelle.

capitale etiopie Meroe suse indus indou kouch gondar

Le fait que deux villes se soient appelé Méroé démontre que dans l’histoire, le territoire d’un conquérant s’étendait en tout cas entre ces deux villes. Il n’est pas impossible que d’autres lieux se soient aussi appelé un jour Méroé car ces villes se situent à deux endroits stratégiques à ces époques, l’une à la jonction du plus long fleuve du monde, et la deuxième au départ de la route de la soie. Pour dominer ces lieux importants, le conquérant devait être puissant.

Route de la soie de 500 av Jc à 500 ap Jc
MEROE Suse-Ethiopie-Afrique-Inde-Soie-Fleuve.png

La route de la Soie va jusqu’à la Chine …

Le Périple de la mer Érythrée, un document du IIe siècle (voir le document ou encore voir le document) précise qu’il existait en Afrique de l’Est une route commerciale qui reliait le monde romain à la Chine.

Les peuples du centre de l’Érythrée et du nord de ce qui forme actuellement l’Éthiopie partagent un héritage historique et culturel commun, issu du Royaume d’Aksoum et des dynasties qui ont suivi au long du Ier millénaire av. J.‑C. et de la langue guèze. Le royaume d’Aksoum, à partir du IVe siècle av. J.-C. précédé du royaume de D’mt, couvrait une grande partie de l’Erythrée et du Nord de l’Ethiopie actuelles. Il atteint son apogée au Ier siècle av. J.-C. et adopte le christianisme. (Extrait d’un article de http://www.afcam.org : L’État d’Érythrée) Son apogée juste avec la venue de Jésus, correspondrait à l’attaque de la Candace contre les romains.

La route de la soie 500 av ap

Avec quel alphabet, écrivaient les éthiopiens?

« Venus du nord et de l’est, des nomades sémites pénètrent pendant le IIe millénaire dans les terres des cités cananéennes ; parmi eux, les Araméens, dont les Hébreux sont un élément, fondent autour de la ville de Damas de petits royaumes. Les Cananéens, dont les Phéniciens sont une branche, serrés entre les Philistins, les Hébreux et les Araméens au nord, disparaissent peu à peu.

Pendant la dernière période de l’Empire assyrien (1000-600 av. J.-C.), l’araméen devint langue internationale à travers tout le Moyen-Orient. Elle fut la langue officielle de l’Empire perse (550-330 av. J.-C.).

À partir du IIIe s. av. J.-C., l’alphabet araméen explosa en diverses écritures, selon trois grandes branches :

– consonantique : hébreu carré, nabatéen, palmyrénien, syriaque, arabe ;

– vocalique : grec, latin et alphabets dérivés ;

– syllabique, en Asie centrale, Inde, puis Asie du Sud-Est.

En dehors du groupe des dérivées du phénicien et de l’araméen, figurent plusieurs écritures dont la plupart ont disparu (thamoudéen, dévanite, haséen, safaïtique) ; mais l’écriture éthiopienne est toujours en usage. »

Béréenne attitude

Voir un deuxième article sur l’archéologie des principales villes antiques de l’Éthiopie actuelle.

Publicités