Irénée de Lyon et ses coauteurs vers 180 après JC, Contre les hérésies, livre 3 :

Les écritures pour autorité

Tu dois comprendre que des preuves contenues dans les Écritures ne peuvent être produites qu’en citant ces Écritures mêmes

Les hérétiques, les faux-prophètes, souhaitent corriger les écrits des apôtres

Cet Evangile, ils l’ont d’abord prêché ; ensuite, par la volonté de Dieu, ils nous l’ont transmis dans des Ecritures, pour qu’il soit le fondement et la colonne de notre foi. (…) Car il n’est pas non plus permis de dire qu’ils (les apôtres) ont prêché avant d’avoir reçu la connaissance parfaite, comme osent le prétendre certains, qui se targuent d’être les correcteurs des apôtres. En effet, après que notre Seigneur fut ressuscité d’entre les morts et que les apôtres eurent été, par la venue de l’Esprit Saint, revêtus de la force d’en haut, ils furent remplis de certitude au sujet de tout et ils possédèrent la connaissance parfaite

Les hérétiques remettent en question l’autorité des écritures

(Les écritures, c’est à dire les écrits des apôtres) En effet, lorsqu’ils  (Les hérétiques, les faux-prophètes) se voient convaincus à partir des Écritures, ils se mettent à accuser les Écritures elles-mêmes : elles ne sont ni correctes ni propres à faire autorité,  leur langage est équivoque, et l’on ne peut trouver la vérité à partir d’elles si l’on ignore la Tradition. Car, disent-ils, ce n’est pas par des écrits que cette vérité a été transmise, mais de vive voix. (…) Aussi est-il normal que, d’après eux, la vérité soit tantôt chez Valentin, tantôt chez Marcion, tantôt chez Cérinthe, puis chez Basilide, ou encore chez quelque autre disputeur n’ayant jamais pu prononcer une parole salutaire. Car chacun d’eux est si foncièrement perverti que, corrompant la règle de vérité, il ne rougit pas de se prêcher lui-même. Mais lorsqu’à notre tour nous en appelons à la Tradition qui vient des apôtres et qui, grâce aux successions des presbytres, se garde dans les Eglises, ils s’opposent à cette Tradition : plus sages que les presbytres et même que les apôtres, ils ont, assurent-ils, trouvé la vérité pure …

Publicités