Le commencement de l’Évangile de Jean peut-il démontrer que Jésus est Dieu?

Jean 1:1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, (theon l’accusatif de theos) et la Parole était ­Dieu (theos)

Si la Parole est Jésus et que la Parole est Dieu, alors Jésus est Dieu. En français, c’est ce que nous lisons dans la plupart des traductions françaises. (Voir différentes traductions) Dieu, dans cette phrase, traduit le grec theos. Ce terme est utilisé aussi bien pour désigner « notre » Dieu que les dieux grecs et romains. Dieu en français est encore la traduction du grec Kurios, lorsque le Nouveau Testament reprend un passage comportant le mot Dieu (L’Éternel, Dieu Tout Puissant) de l’Ancien Testament. Kurios veut dire maitre, et à plusieurs reprises dans La Bible, il désigne un roi ou un maitre ‘humain’. Une autre façon de parler de Dieu est de l’appeler Père, en grec patér. Il n’existe pas dans la langue grecque un terme qui désignerait uniquement ‘notre’ Dieu, L’Eternel, Le Père. Lorsque les apôtres parlent d’idoles, de rois, de maitres, ils utilisent les mêmes termes que pour parler de Dieu. Le passage de Jean1:1 ne dirait pas textuellement que Jésus est Dieu l’Eternel mais uniquement que Jésus est ‘dieu’, dans le sens, Jésus est ‘divin’, Jésus est ‘un dieu’?

(Le petit paragraphe suivant a été ajouté par la suite)

L’utilisation de theos dans le Nouveau Testament

Theos revient sans cesse vis-à-vie de Dieu et n’est pas utilisé parfois pour parler d’un être humain comme kurios. Si kurios peut vouloir dire maitre et L’Eternel Dieu tout puissant, theos lui ne dit qu’une seule chose: Dieu. C’est à dire, dans le Nouveau Testament, l’ensemble de l’utilisation de theos se rapportent à Jésus et à Dieu, l’Eternel, notre Père. Theos n’est pas utilisé pour parler d’autre chose, comme kurios. Theos n’est pas utilisé pour parler d’autre chose, des hommes, des rois, ou encore des divinités autres.

D’autre part, le verset 14 de l’Évangile de Jean, chapitre 1, explique que: la Parole a été faite chair et a habité parmi nous

Si souvent devant les débats de doctrine, il suffit de lire le chapitre en entier pour se rendre très vite compte que le débat n’a pas lieu d’être. Que le débat est en lui-même un faux débat et que la question posée, ne se pose en fait pas lorsqu’on lit le passage (texte) en entier.

Les questions qui suivent se posent-elles réellement?

Jésus était-il « divin » mais pas Dieu?

Dans l’Évangile de Jean et dans l’Apocalypse, l’expression ‘je suis’ en français traduit le grec ego, je, moi. En langue grecque, « je » suffit à rendre l’expression : je suis. Lorsque Jean-Baptiste par exemple, parle de lui-même dans le passage suivant, le verbe être (suis) n’est pas écrit dans la langue grecque.

Jean 1:23 Moi, je suis (ego) la voix qui crie dans le désert

eimi = suis (du verbe être)

ego = je (moi)

Par contre, lorsque Jésus parle de lui-même en disant :
je suis (ego eimi) le pain de vie (Jean6)
qu’Abraham ait existé, moi je suis (ego eimi) (Jean8)
je suis (ego eimi) le bon berger (Jean10)
je suis (ego eimi) le chemin, la vérité, la vie (Jean14)
Je suis le Fils de Dieu (Jean 10:36)

Le verbe être (suis) est textuellement écrit dans la langue grecque : eimi

ego je suis lorsqu’une personne autre que Jésus dit : je suis
ego eimi je suis lorsque Jésus dit : je suis

Je suis celui qui suis – je suis celui qui est – je suis celui qui était, qui est, qui sera

Dans l’Ancien Testament  en grec, dans La Septante, lorsque Dieu parlait de lui-même en répondant à Abraham qui avait posé à Dieu cette question  : qui es-tu ? Dieu lui avait répondu : je suis celui qui suis, (ou je suis celui qui est ou je suis celui qui était, qui est, qui sera) expression en français qui traduit ego eimi.

La Septante Exode 3:14 Celui qui s’appelle JE SUIS m’a envoyé vers vous.http://ba.21.free.fr/septuaginta/exode/exode_3.html

Jésus est-il aussi, comme Dieu « Je suis celui qui suis » ?

Jean dans son évangile (et dans l’apocalypse) repend le même groupe de mots utilisés par Dieu pour répondre à Abraham lorsque Jésus parle de lui-même : « Je suis » : ego eimi. Lorsque Jésus dit encore : je suis la résurrection,  je suis la lumière du monde, je suis le chemin, la vérité et la vie,  je suis la porte, ou encore lorsqu’il dit à Pierre : c’est moi,  n’aie pas peur, le grec est ego eimi. Lors de son arrestation, Jésus dira à ceux qui viennent l’arrêter : c’est moi (ego eimi) , les gardes en tomberont à terre (=se prosterneront devant Jésus). (Jean18:5-6). Dans l’Apocalypse Jean écrira : je suis (ego eimi) l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin.

« Je suis » est utilisé sept fois en tant que verbe sans objet, c’est à dire sans être suivi par un complément comme lumière, source d’eau vive, chemin, etc. Cette expression a été utilisée par Dieu pour répondre à Abraham : je suis celui qui suis.

Exemples:

C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés.(Jean8:24)

Jésus donc leur dit: Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné.(Jean8:28)

Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis.(Jean8:58)

Moi, je le connais; car je viens (eimi) de lui, et c’est lui qui m’a envoyé (Jean7:29) (Dans cet exemple, le français a traduit eimi (être) par venir)

Exception:

Dans l’évangile de Jean, il y a une exception, celle de l’aveugle-né qui utilise aussi en grec ego eimi. Comme la foule ne le reconnaissait pas, l’aveugle-né avait insisté en répétant : c’est bien moi, oui c’est moi qui ait été guéri par Jésus (ego eimi)

Kurios

Jean 13:13 Vous m’appelez Maître (didaskalos, c’est à dire enseignant) et Seigneur (kurios) et vous dites bien, car je le suis

Kurios est repris dans le NT pour parler de l’Eternel Dieu Tout-Puissant, lorsque le NT cite l’AT, l’évangile de Jean l’utilise aussi pour parler par exemple de Philippe (voir l’utilisation de kurios dans l’évangile de Jean)

(Ce petit paragraphe a été ajouté par la suite) Kurios, est lui-aussi utilisé pour parler de maître et pas uniquement de Dieu-Tout-Puissant, l’Eternel, de l’Ancien Testament. Theos, utilisé dans la traduction du premier verset de l’Évangile de Jean: et la Parole était Dieu, n’est jamais utilisé pour un homme dans le Nouveau Testament, au contraire de Kurios. C’est à dire, dans le Nouveau Testament, l’ensemble de l’utilisation de theos se rapportent à Jésus et à Dieu, l’Eternel, notre Père. Theos n’est pas utilisé pour parler d’autre chose, des hommes, des rois, ou encore des divinités autres. Les questions soulevées par cet article, se posent-elles réellement? La réponse n’est-elle pas beaucoup plus simple et évidente: La Parole était Dieu, point?

Notes

Dans l’évangile de Jean, Jésus en tant que pain, vérité, lumière, bon berger, etc, et lorsque l’Apocalypse de Jean parle de Jésus en tant qu’alpha et oméga, ‘je suis’ est en grec: ἐγώ εἰμι ὁ
Exemple: Jean 10:11 Je suis le bon berger : http://biblehub.com/text/john/10-11.htm  ἐγώ εἰμι ὁ
Dans l’Ancien Testament, lorsque Dieu donne son nom. le grec est exactement le même: La Septante Exode 3:14 Celui qui s’appelle JE SUIS m’a envoyé vers vous.http://ba.21.free.fr/septuaginta/exode/exode_3.html ἐγώ εἰμι ὁ

Béréenne attitude

  • Explications à partir du texte hébreux: Avant qu’Abraham fût…
  • Les 377 passages qui contiennent « je suis » selon la Bible de l’Epée dans le site de GoDieu com
  • Un plan sur les appellations de Jésus dans la Bible ici
  • (1) Un commentaire en anglais sur Jean 18:5 et d’autres passages de l’évangile de Jean comportant « je suis ». Jean 18:5 « Judas donc, ayant pris la cohorte, et des huissiers qu’envoyèrent les principaux sacrificateurs et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes. Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s’avança, et leur dit: Qui cherchez-vous?  Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit: C’est moi (en grec, ego eimi o, « Je suis » ) Et Judas, qui le livrait, était avec eux.  Lorsque Jésus leur eut dit: C’est moi, (en grec, ego eimi o, « Je suis ») ils reculèrent et tombèrent par terre. (Tomber à terre, qui peut se traduire par se prosterner (aux pieds de Jésus)) Il leur demanda de nouveau: Qui cherchez-vous? Et ils dirent: Jésus de Nazareth. Jésus répondit: Je vous ai dit que c’est moi » (en grec, ego eimi o, « Je suis »)
Publicités