La mort à la Croix de Jésus a effacé la totalité de nos fautes. C’est pourquoi, au travers du sacrifice de Jésus, Dieu notre Père nous voit sans défaut, irréprochables, saints, justifiés, mis à part, consacrés, sanctifiés, justifiés, purs, sans péchés.

il vous a maintenant réconciliés par la mort de son Fils en son corps charnel, pour vous faire paraître devant lui saints, sans tâche et sans reproche (Colossiens 1:22)

Nous avons été rendus justes par le sacrifice de Jésus. Dieu a promis de nous sauver et Dieu tient ses promesses. Les promesses que Dieu fait sont solides et irrévocables. C’est à dire, les promesses que Dieu fait ne peuvent pas changer.

La fin du chapitre 6 de la lettre aux hébreux indique ceci (voir cette fin) :

Hébreux 6 Traduction Segond
(Un peu plus compréhensible, j’espère, des personnes pas trop habituées au vocabulaire de la Bible)
Lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il jura par lui-même, et dit: Certainement je te bénirai et je multiplierai ta postérité. Et c’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, obtint l’effet de la promesse. (…)Dieu voulant montrer avec plus d’évidence aux héritiers de la promesse l’immutabilité de sa résolution Dieu voulant mieux montrer au peuple hébreu (aux circoncis) que lorsque Dieu décide quelque chose, c’est impossible que cela change : Dieu tient toujours ses promesses
intervint par un serment En plus Dieu a fait un serment (les jeunes diraient: Dieu a ‘juré-craché’)
afin que, par deux choses immuables par ces deux choses: 1) la promesse, 2) le serment. Ces deux choses ne peuvent pas être changées, Dieu tient ses promesses et ses serments
dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l’espérance qui nous était proposée. Nous avons pu voir que lorsque Dieu a promis à Abraham de le bénir et de lui donner beaucoup d’enfants, Dieu a fait ce qu’il a dit. Dieu a tenu sa promesse. Croyons que maintenant Dieu nous promet la Vie Eternelle, Dieu tiendra aussi cette promesse là. Croyons, espérons, attendons la Vie Eternelle
Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide Nous avons cette espérance, nous avons l’espoir d’être sauvés, (nous croyons dans le salut offert) comme une ancre de bateau accrochée solidement en nous. L’espérance (le salut) ne peut pas s’en aller. (Ce n’est pas nous qui avons fait une promesse à Dieu mais c’est Dieu qui nous a promis le salut et Dieu tient sa promesse)
elle pénètre au delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur Elle a été dans l’endroit du temple le plus saint, l’endroit où seul le sacrificateur (=le prêtre) avait le droit d’aller, dernière le voile. Jésus a ‘passé par le voile’ et est entré dans le lieu très saint « dans les cieux » pour nous ouvrir le chemin, afin que nous ayons un accès direct au lieu très saint ‘dans les cieux’
ayant été fait souverain sacrificateur Jésus a été fait souverain prêtre, le plus grand prêtre, celui qui a tous les pouvoirs, celui qui a le pouvoir d’être le sacrificateur qui fait le sacrifice qui nous purifie. Plus encore, il s’est sacrifié lui-même. (Généralement, tous les peuples offraient à leur(s) dieu(x) des sacrifices dans l’histoire. Jésus a aboli définitivement cette pratique du sacrifice.
pour toujours Il n’y aura pas d’autres prêtres après Jésus, d’autres personnes, d’autres dieux, d’autres sacrificateurs, d’autres intermédiaires qui aurai(en)t le pouvoir de faire des sacrifices capables de nous sauver
selon l’ordre de Melchisédek. Selon, la suite, la continuité des sacrificateurs comme Melchisédek, et non pas selon la continuité des sacrificateurs comme Aaron (ou comme les fils de Lévi, comme le sacerdoce lévitique)
Hébreux 7:11 et suivants: Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce Lévitique, -car c’est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, -qu’était-il encore besoin qu’il parût un autre sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek, et non selon l’ordre d’Aaron Les Fils de Lévi (la tribu de Lévi) étaient les sacrificateurs, les prêtres de l’ancienne alliance, de la loi de Moise, de l’Ancien Testament, tout comme les Fils d’Araron. Eux faisaient les sacrifices d’animaux pour laver le peuple de ses péchés.


Jésus, comme Melchisédeck n’est pas d’une tribu (d’un ordre, d’une lignée) terrestre. Ordre: en grec taxis, la lignée

Au chapitre 10 de la lettre écrite pour les Hébreux (les circoncis) il est dit aux juifs devenus chrétiens: vous avez maintenant Jésus comme sacrificateur (= vous avez maintenant Jésus comme prêtre) (prêtre voulant dire la même chose que sacrificateur) Jésus s’est sacrifié sur la croix pour nos péchés. Un seul sacrifice suffit pour effacer tous les péchés. Il n’y a plus besoin de sacrifier des animaux. Dans l’Ancienne Alliance, avant que Jésus ne vienne sur la terre, le peuple d’Israël, le peuple hébreu, le peuple des circoncis, offrait chaque année des sacrifices à Dieu. Il tuait des animaux qu’il offrait à Dieu pour être purifié de ses péchés. Mais le peuple hébreux continuait de se sentir coupable, c’est pourquoi, il offrait à nouveaux des sacrifices l’année suivante.

Le sacrifice de Jésus nous rend saints une fois pour toute et pour toujours. Nous ne nous sentons plus jamais coupables. La lettre est écrite au peuple hébreu pour leur dire qu’ils n’ont plus besoin de faire des sacrifices d’animaux car Jésus a effacé l’ensemble des péchés, en un seul sacrifice. Le sacrifice de Jésus rend les circoncis (les hébreux devenus chrétiens) parfais. (et les non-circoncis (les païens devenus chrétiens) aussi).

Un seul a mérité son salut: Jésus. Personne d’autre. Le meilleur chrétien de la terre, qui fait tout juste et bien, ne peut pas se sauver tout seul.

Un seul nom sauve, un seul a le pouvoir de nous sauver: Dieu. Nous n’avons pas le pouvoir de nous sauver nous-mêmes. Et personne en dehors de Dieu n’a le pouvoir de sauver. Personne ne peut donner la vie à une autre personne. Rien ne peut donner la vie, si ce n’est Dieu. Le Nom représente dans La Bible le pouvoir. Et il n’a été donné sur la terre aucun autre nom, aucun autre pouvoir pour nous sauver.

En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses la loi de l’Ancienne Alliance, la loi de Moise, la loi de l’Ancien testament, est une ébauche, un échantillon de la réalité, et non pas la réalité en entier
ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu’on offre perpétuellement chaque année les sacrifices d’animaux de l’Ancienne Alliance qui servaient pour être pardonné par Dieu, doivent être répétés encore et encore
amener les assistants à la perfection mais les sacrifices d’animaux ne peuvent pas rendre définitivement pardonné par Dieu
Autrement, n’aurait-on pas cessé de les offrir, parce que ceux qui rendent ce culte, étant une fois purifiés, n’auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés? Mais le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés. Si les sacrifices d’animaux fonctionnaient vraiment, les personnes ne se sentiraient plus coupables. Et elles n’offriraient plus chaque année de nouveaux sacrifices. La purification par le culte du sacrifice d’un animal ne sert à rien
C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté. Tu n’as pas voulu et tu n’as pas accepté, et tu n’as pas reconnu d’autres sacrifices, d’autres dons, offrandes, holocaustes, c’est à dire des animaux entièrement brûlés, généralement, seulement la graisse des animaux était brûlée, le reste étant mangé. (Le rouleau du livre, c’est à dire, l’Ancien Testament, certainement la première partie, les cinq premiers livres parle déjà de Christ)
Après avoir dit d’abord: Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché (ce qu’on offre selon la loi), il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde Jésus détruit, annule, les sacrifices d’animaux et il crée une nouvelle chose: la nouvelle alliance par son sacrifice à lui
C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes le sacrifice de Jésus à la croix, le don de son corps nous rend saints, sanctifiés, lavés de nos péchés, non-coupables, sauvés pour toujours
Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. en mourant à la Croix par un seul sacrifice, par un seul don, Jésus a rendu parfait pour toujours ceux qui sont devenus saints à cause du sacrifice de Jésus
C’est ce que le Saint Esprit nous atteste C’est ce que le Saint-Esprit nous dit, nous affirme, nous donne l’assurance
aussi; car, après avoir dit: Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute: Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités Dieu ne se souvient plus de nos péchés, Dieu ne se souviendra plus de nos fautes. La loi qui était écrite, est maintenant dans le coeur des chrétiens. Les chrétiens ont conscience des lois, des attentes de Dieu dans leur coeur
Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché. Si Dieu nous pardonne, nous n’avons plus besoin d’offrir des animaux en sacrifice pour être pardonnés par Dieu. Les hébreux n’ont plus besoin d’offrir des animaux en sacrifice, comme dans l’Ancienne Alliance.
Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. Dieu a fait maintenant une nouvelle alliance. Jésus est le sacrifice qui rend les hébreux saints pour toujours. Et chacun peut entrer dans le lieu le plus saint du temple ‘spirituel dans les cieux’ pour y rencontrer Dieu ‘en direct’. Auparavant, uniquement, le sacrificateur (=le prêtre) avait un accès à Dieu, derrière le voile du temple, où lui seul avait la possibilité d’aller. Soyons certains d’être sauvés, soyons certains de pouvoir espérer être sauvés, car Dieu a fait LUI, la promesse de nous sauver. Notre coeur a été définitivement purifié de la culpabilité mais paradoxalement, dans cette nouvelle route, notre coeur a conscience des lois de Christ. Lorsque Dieu promet une chose, il est fidèle, Dieu ne change pas de promesse, Dieu tient sa promesse de nous sauver
Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles Si vous avez découvert Jésus, si vous avez cru que Jésus était le sacrificateur (=le prêtre) pour toujours, si vous avez cru que le sacrifice de Jésus à la Croix vous avait rachetés du mal (=malheur, = malédictions) et effacé devant Dieu de TOUTES vos fautes (de tous vos péchés,  de tout ce que vous avez fait par méchanceté = iniquité) , vous ne pouvez pas de nouveau sacrifier des animaux pour être pardonnés, lavés. Si vous ne croyez plus que le sacrifice de Jésus suffit. Si vous sacrifiez en plus des animaux, comme vous le faisiez avant d’être chrétiens, c’est comme si vous disiez : le sacrifice de Jésus à la Croix ne sert à rien.

Dans la Nouvelle Alliance, si après avoir compris et cru au sacrifice de Jésus, les hébreux arrêtent de croire que le sacrifice de Jésus les sauve, (les « pardonne », les absous) les hébreux se retirent de la promesse de Dieu, ils ne peuvent pas à nouveau sacrifier des animaux et retourner à ce qu’ils connaissaient et croyaient auparavant.

Se retirer de la promesse de salut, c’est ne plus penser que Jésus s’est sacrifié pour nous. C’est ne plus croire que Dieu nous a fait une promesse et que Dieu tient toujours ses promesses.

Violer la loi de Moïse est déjà terrible. (violer l’ancienne alliance, violer la Thora de Moïse)

Mais celui qui ne reconnait plus que le sang de Jésus a remplacé le sang des animaux, et qui pense que le sang de Jésus n’est pas sacré (= est profane), c’est encore pire

Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce? quelqu’un qui pense que le sang de Jésus n’agit pas, que le sacrifice de Jésus ne sert à rien, c’est pire que de violer la première alliance passée avec Moïse. Celui qui ne croit plus dans le sacrifice de Jésus après y avoir cru. Celui qui pense que Dieu ne lui a pas fait grâce. La grâce, c’est lorsque nous devons être punis, Dieu supprime la punition sans aucune raison. Et nous devons tous être punis. Personne ne mérite son salut. Chacun de nous a péché, s’est détourné de Dieu, etc. Dieu nous fait grâce à tous. Mais si nous nous retirons de sa grâce, si nous sortons de l’alliance que Dieu a fait avec nous, si nous ne croyons plus à la promesse de Dieu de nous sauver, si nous trouvons que Dieu ne tient pas ses promesses, alors Dieu sera très, très fâché. Il sera encore plus fâché si nous refusons sa grâce après avoir compris que le sacrifice de Jésus remplaçait définitivement les sacrifices d’animaux.
Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple. C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. Souvenez-vous de ces premiers jours, où, après avoir été éclairés, vous avez soutenu un grand combat au milieu des souffrances, d’une part, exposés comme en spectacle aux opprobres et aux tribulations, et de l’autre, vous associant à ceux dont la position était la même. En effet, vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l’enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours. Celui qui se détourne, celui qui se retire, celui qui ne croit plus dans le sang de l’alliance, ne peut pas retourner aux sacrifices de l’ancienne alliance. Ou encore faire ‘en plus’ du sacrifice de Jésus, des sacrifices d’animaux. C’est comme s’il marchait sur Jésus, s’il foulait aux pieds le sang de la Nouvelle Alliance.
N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis A nouveau, c’est Dieu qui a promis de nous sauver
Encore un peu, un peu de temps: celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas. Et mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme Nous ne sommes pas de ceux qui sortent de la nouvelle alliance, nous ne sommes pas de ceux qui cassent l’alliance que Dieu a fait avec nous.

Nous sommes de ceux qui continuent de croire que si Dieu a promis le salut, Dieu tiendra sa promesse. Nous avons confiance en Dieu (= nous avons la foi). Nous restons fidèles à la nouvelle alliance de Dieu (= nous avons la foi)

(Voir Hébreux 10 en entier)

Personne, personne ne peut aimer Dieu de tout son coeur et de toutes ses pensées et aimer comme Christ nous a aimé, chaque instant de chaque jour, toutes les années de sa vie.

Si pour se sauver soi-même, nous devons aimer les autres, ce n’est pas de l’amour, c’est de l’égoïsme. Nous pensons à notre salut, pour notre bien à nous.

Je t’aime pour être sauvé MOI
Je t’aime pour être mieux sauvé MOI
Je t’aime pour être sanctifié MOI
Je ne te vole pas car je t’aime pour que Dieu me sauve MOI
Je ne te trompe pas car j’obéis à Dieu pour être sauvé MOI
Etc, etc

Nous ne pouvons pas aimer les autres sans être certains que Dieu tiendra la promesse qu’il a fait: nous sauver, nous donner la Vie. Aimer comme Christ nous a aimés c’est:

Je souhaite ton salut à TOI
Je t’aime pour ton salut à TOI
Je te sers pour ton salut à TOI
Je travaille pour ton salut à TOI (J’œuvre pour ton salut à TOI)
Je te donne de mon temps par amour pour TOI
etc …

Nos yeux ne sont pas tournés vers notre salut (vers notre propre sanctification, ou vers nos actions bonnes ou mauvaises) mais vers les PERSONNES. Vers chacun. Vers les autres. Nous aimons les autres pour leur bien à eux. Pas pour pouvoir se dire: moi, j’ai bien agit, regarde Dieu comme j’ai bien agit, donne-moi ta vie, car j’ai bien agit.

Aucun de nous ne peut aimer Dieu 24h sur 24 tout au long d’une vie, sans aucune pensée autre.  Personne donc ne mérite son salut. PERSONNE.

Dans un autre registre, le meilleur des chrétiens du monde n’a pas en lui-même la possibilité (le pouvoir, la capacité) de se donner la vie Eternelle, le salut.

L’homme ne sait pas se donner la vie ou la donner à d’autres.

Un seul a le pouvoir de sauver, un seul a un Nom suffisamment grand, un pouvoir suffisamment grand pour nous sauver: Dieu. Dieu sait donner la vie. Pas l’homme.

Béréenne attitude

Articles connexes

  1. Yom Kippour: Les sacrifices d’animaux dans l’Ancien Testament, dans l’ancienne alliance:
  2. L’ordre de Melchisedek La tribu de Melchisedek (ni l’ordre d’Araon ni l’ordre de Lévi ni le sacerdoce lévitique):
  3. La Grâce au delà de la Grâce
  4. Saint, consacré, irrépréhensible, sans reproche, sans faute, sans péché: Sans tache
  5. La réconciliation par la Croix