Une caractéristique des Pharisiens – l’esprit de contrôle

Par Theonoptie

L’esprit de domination et de contrôle est une conséquence normale de l’orgueil spirituel et du légalisme religieux. Les pharisiens, n’étant pas conduits par l’Esprit, devaient maintenir leur système religieux par la force de la volonté humaine. A l’époque du Seigneur Jésus, les pharisiens, les scribes et les sadducéens gardaient le contrôle sur toutes les affaires du Temple et des synagogues. L’esprit de domination et de contrôle s’explique par la crainte de voir les choses «mal tourner».

Si l’on ne fait pas confiance au Saint-Esprit, il faut bien que l’on s’appuie sur un système humain permettant de contrôler et de diriger toute l’activité religieuse. Mais cet esprit de domination et de contrôle ne peut qu’entraîner, par réaction charnelle, des divisions et du sectarisme. Pour qu’un système religieux charnel puisse subsister, il est nécessaire qu’il exige une soumission totale et une obéissance aveugle à tous les niveaux de la pyramide, du simple « laïc » au Souverain Sacrificateur. Sans cela, c’est le système qui s’écroule.

Or, le Seigneur Jésus faisait preuve, aux yeux des autorités religieuses, de la plus « scandaleuse » indépendance. Il refusait d’entrer dans le moule établi et respecté et attirait donc sur Lui la haine et la vindicte des chefs religieux. « Jésus se rendit dans le temple, et, pendant qu’il enseignait, les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple vinrent lui dire : Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t’a donné cette autorité ? Jésus leur répondit : Je vous adresserai aussi une question ; et, si vous m’y répondez, je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses. Le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel, ou des hommes ? Mais ils raisonnèrent ainsi entre eux ; Si nous répondons : Du ciel, il nous dira : Pourquoi donc n’avez-vous pas cru en lui ? Et si nous répondons : Des hommes, nous avons à craindre la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. Alors ils répondirent à Jésus : Nous ne savons. Et Il leur dit à son tour : Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais ces choses » (Mt 21 : 23 à 27). Voilà clairement dévoilée l’hypocrisie de ceux qui maintenaient le peuple sous leur joug.

  • Les pharisiens ne pouvaient résister à la sagesse divine du Seigneur.

Mais, au lieu de se repentir, ils L’ont fait mettre à mort ! Jésus a dit d’eux : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer » (Mt 23 : 13). Voilà le comble de l’esprit de domination et de contrôle : fermer l’entrée du Royaume des cieux à ceux qui veulent y entrer, ne pas y entrer soi-même et empêcher les autres d’y entrer ! Cet esprit de domination et de contrôle est l’esprit même de Satan ! Si vous exercez sur les autres la moindre domination et le moindre contrôle, vous êtes animé par l’esprit du Malin ! Que ce soit dans l’Eglise ou dans votre vie privée. Vous êtes un pharisien parce que vous employez leurs méthodes. Le Seigneur a toujours travaillé en touchant les cœurs, en donnant une conviction intérieure et en montrant l’exemple. C’est pour cela qu’Il a dit, à propos des pharisiens, en paraphrasant légèrement : « Faites ce qu’ils disent mais ne faites pas ce qu’ils font ! » Dans l’Eglise du Seigneur, il n’est pas nécessaire d’être pasteur ou ancien pour exercer un esprit de domination et de contrôle. N’importe qui est capable de le faire ! Il suffit de « faire pression » d’une manière ou d’une autre sur les autres, de manipuler, d’exercer une contrainte, de « forcer » les choses dans le sens désiré.

  • Cela nous arrive-t-il ?

Dans l’affirmative, nous devons comprendre que nous sommes animés par l’esprit des pharisiens. Une autre conséquence de l’esprit de domination et de contrôle est le sectarisme. On reste fermement attaché à un groupe fermé ou à une dénomination, souvent par crainte de « se souiller » par un contact extérieur, alors que le Seigneur a la vision de Son Corps qui dépasse largement tous les groupes et toutes les dénominations ; le Seigneur voit les cœurs et ne juge pas selon les apparences. Avons-nous la vision du Corps de Christ ou restons-nous enfermés dans notre petit groupe sectaire, car il est le meilleur à nos yeux ? Un groupe fermé, qui refuse de s’ouvrir aux autres groupes chrétiens ou à des chrétiens d’autres dénominations, est souvent affligé de légalisme religieux. Il ne se rend pas compte qu’il a laissé se développer en son sein ce détestable levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie. Il est souvent persuadé qu’il « n’est pas comme les autres groupes » car il a « quelque chose de plus ».

Par Theonoptie

Publicités