La déesse Ishtar était représentée par plusieurs peuples, parfois sous d’autres noms.. Elle était sculptée soit nue, soit enveloppée d’un voile lui couvrant le corps en entier. Son voile a donc pour premier but de couvrir sa nudité.

  • Extrait d’un article de Gérard LEROY

La première preuve textuelle du port du voile vient de la Mésopotamie, où le culte de la déesse Ishtar était associé avec la prostitution sacrée (…) Le premier document légal qui mentionne les prostituées sacrées (…)  date de 1730 av. J.-C. Le code mentionne les fonctionnaires du culte. Certains fonctionnaires se livraient à la prostitution sacrée, pratique liée aux temples, particulièrement ceux d’ Ishtar (…) À Sumer, (…) (La prostituée sacrée) à la tête des servantes du culte, est appelée l’épouse ou la sœur du dieu.(…) Elle avait sa maison (…) et elle était protégée contre les atteintes aux mœurs de même manière que les femmes mariées, en se couvrant d’un voile.

(NDLR : si je comprends bien, les femmes mariées étaient protégées par leur mari, par le faite d’être mariées. On ne touchait pas aux femmes mariées. Par contre, pour être protégées, les prostituées sacrées se couvraient d’un voile de la tête au pied, lorsqu’elles étaient chez elles et ne travaillaient pas dans le temple, le voile en faisait des ‘femmes normales’.)

En même temps, elle était sévèrement punie si elle se rendait dans une taverne, autrement dit (…) (un bordel). L’activité sexuelle dans le culte représente un aspect assez important lié à la fertilité. Par la prostitution sacrée, la puissance de la fertilité de la déesse est transférée au roi (…) Au XIe siècle av J.-C., (1’100 av JC) c’est le conquérant Téglath-Phalasar 1er, roi assyrien, qui demande que la prostituée du temple soit voilée, à l’imitation de la déesse Ishtar. Cette pratique a été étendue dans le Proche Orient.

Lire la suite de l’article : Le voile a une histoire… qui commence avec la prostitution sacrée en Assyrie sur le site www.questionsenpartage.com

Publicités