Dans le Coran, le voile couvre la poitrine des femmes

Le principe de loi de la modestie: Coran, Nour (Lumière), chapitre 24:

  • Envers les hommes au V30:  Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté
  • Envers les femmes au V31:  dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris

(Ndlr: auparavant, la poitrine ne désignait pas les seins mais l’ensemble du thorax des hommes et des femmes. (Une partie?) des jeunes filles grecques (et romaines?) bandaient leurs seins pour les empêcher au maximum de se développer, puis les recouvraient de lanières en cuire ou de ruban, ainsi que leurs hanches, afin de dissimuler leur formes féminines, car la mode était de paraitre androgyne, c’est à dire mi-homme, mi-femme. D’autres fresques et statues de ces époques, découvrent soit les deux seins, soit l’un ou l’autre. Les seins ne sont pas perçus comme « sensuels » dans passablement de cultures et d’époques mais uniquement  comme quelque chose d’utile pour allaiter les petits-enfants. Comment étaient-ils perçus à l’époque précise des premiers chrétiens et dans les différentes cultures auxquelles écrivait Paul???)

Les premières chrétiennes

Le flammeum ou flammeolum servait aux femmes romaines le jour de leur mariage. Ce voile était jaune foncé et brillant, de la couleur des fleurs de cet article, c’est à dire de la couleur des flammes. Ce voile couvrait le corps entier. Selon Tertullian (160-225), c’est le voile dont les femmes chrétiennes se couvraient.

Plusieurs avaient pensé que flammeum avait une correspondance avec les Flaminiques, c’est à dire, les prêtresses-prostituées des temples païens. Ces dernières étaient souvent entièrement nues puis se recouvraient d’un voile des pieds à la tête, lorsqu’elles avaient terminé leurs prestations. Selon le Moine Bernard de Montfaucon, le double m semble réfuter cette étymologie.

Le mot nupta traduit par épousée, signifie littéralement, femme couverte d’un voile. Il a pour racine nubere: voiler, se marier.

casamento-romano

Sources :

  1. Pline l’Ancien, Histoire naturelle Livre XXI, p22
  2. Livre numérique : Bernard de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, p44
Oconee zalea-rhododendron lammeum
Oconee zalea-rhododendron de couleur flammeum
Alloxylon flameum
Alloxylon de couleur flameum
Publicités