Jésus ne situait pas les loups parmi les païens (les non-circoncis): « Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes.(…)Tels sont les douze que Jésus envoya, après leur avoir donné les instructions suivantes: N’allez pas vers les païens,(…)allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Allez, prêchez, et dites: Le royaume des cieux est proche. » (Jésus dans Matthieu 10)

Dans l’ancien testament, Ézéchiel, par exemple, avant la venue de Jésus sur la terre, situait les loups au milieu de Jérusalem:

« La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots: Fils de l’homme, dis à Jérusalem: Tu es une terre qui n’est pas purifiée, qui n’est pas arrosée de pluie au jour de la colère. Ses prophètes conspirent dans son sein; comme des lions rugissants qui déchirent leur proie, ils dévorent les âmes, ils s’emparent des richesses et des choses précieuses, ils multiplient les veuves au milieu d’elle. Ses sacrificateurs violent ma loi et profanent mes sanctuaires, ils ne distinguent pas ce qui est saint de ce qui est profane, ils ne font pas connaître la différence entre ce qui est impur et ce qui est pur, ils détournent les yeux de mes sabbats, et je suis profané au milieu d’eux. Ses chefs sont dans son sein comme des loups qui déchirent leur proie; ils répandent le sang, perdent les âmes, pour assouvir leur cupidité. Et ses prophètes ont pour eux des enduits de plâtre, de vaines visions, des oracles menteurs; ils disent: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel! Et l’Eternel ne leur a point parlé ». (Ézéchiel 22)

Jésus nous explique que le loup ne parle pas le langage des loups. Il parle le langage des brebis. Il vient en vêtements de brebis: « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. » (Jésus dans Matthieu 7)

Par exemple, si les brebis citent souvent La Bible, le loup aussi citera souvent La Bible. Satan, lorsqu’il a tenté Jésus, ne s’est pas privé de citer les écritures: « Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple, et lui dit: Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. » (Matthieu 4) (Repris du Psaume 91:11-12)

Le loup est capable de tout imiter: le vocabulaire des brebis, la souffrance des brebis, la joie des brebis, l’apparence des brebis et même les miracles des brebis!  Il « se fond  dans la masse » reprenant toutes les particularités des brebis. Il est tout à fait capable de prier Jésus, de l’appeler Fils du très Haut, etc, etc.

« (…) possédé d’un esprit impur (…) Ayant vu Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant [Jésus] et s’écria d’une voix forte : Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’en conjure au nom de Dieu, ne me tourmente pas (…) Et il priait [Jésus] de ne pas les envoyer hors du pays (…) Et les démons le prièrent, disant (…) » (Marc 5)

Le loup peut se faire passer pour « un grand prophète ». Le loup peut aussi se faire passer pour un sympathique chrétien bien sous tout rapport. Généralement, il est repéré par le mal qu’il dit des réels chrétiens et par le bien qu’il dit de lui-même et de ses semblables. Le loup a besoin de justifier sa présence parmi les réels chrétiens par différents status officiels ou non. Il soulignera par exemple, le nombre d’année qu’il fait ceci, ses fonctions précédentes, les cours qu’il a suivi, ses diplômes ou son bénévolat ou encore sa générosité ou même témoignera de sa « conversion ».

Il peut par exemple faire ressortir des qualités de stabilité et de confiance. Il peut parfois agir de façon à ce que son aide financière se voie concrètement, ou faire en sorte que les chrétiens aient financièrement besoin de lui.  Il répondra à l’attente de son interlocuteur chrétien.

Le réel chrétien se sentira généralement soit accusé soit « élevé » par différentes flatteries, compliments, etc (souvent les deux ensemble). Le loup ne manquera généralement pas  de relever les faiblesses des réels chrétiens, et de les diviser entre eux. En accaparant le temps et l’attention des chrétiens, il manque soudain de temps aux chrétiens pour côtoyer de réels chrétiens. Le loup connait ce qui peut blesser ou flatter les brebis et les faire s’enorgueillir ou se culpabiliser. Il est capable de leur mettre devant les yeux, une chose à accomplir ou une autre. Souvent des choses impossibles à réaliser. La situation semble facile avec de simples petits problèmes mais ils sont impossibles à résoudre. Ils le sont en apparence mais lorsqu’un est résolu, il en arrive un autre.  Cela accapare le temps, les forces et les pensées des chrétiens. Cela les occupe en tout cas, les distrait des choses importantes et possiblement, cela les épuise imperceptiblement petit à petit mais surement. Cela va dans le sens du mobing qui pourrait se faire sur une place de travail. Moins cela est visible puis c’est efficace. La plupart du temps, le travail demandé est impossible à réaliser, réellement impossible. C’est à dire, les conditions sont crées artificiellement. Et tous les coups sont permis!

Il est plus difficile de repérer un loup côtoyé depuis des années, loup qui peut être très proche et auquel nous faisons confiance depuis des années. Nous pouvons plus difficilement imaginer qu’une personne connue soit un loup, qu’une personne éloignée de nous. (Géographiquement, ou encore d’une autre dénomination, d’une autre culture, etc)

Le loup peut aussi se faire passer pour une brebis blessée, faible, malade, apeurée. Qui se méfierait d’une toute petite brebis en souffrance qui demande la prière? Qui se méfierait d’une personne qui parle comme un chrétien, qui chante comme un chrétien, qui lit La Bible, prie comme un chrétien etc, etc? Mais qui prend soudain tout notre temps et nos forces qui nous envoie d’autres (fausses?) brebis blessées, etc.

Dans un autre registre, diviser les couples chrétiens qui sont « importants » dans l’église, ou leur nuire par leur enfant et pourquoi pas, prendre les devant et se marier avec le ou la chrétienne qui est « une sage force » dans l’église, quitte à divorcer rapidement. Il ou elle sera ainsi « coincé(e) »  en tout cas fragilisé(e) pendant un certain temps.

Les fruits

Paul et Sosthène écrivaient aux Corinthiens que même en donnant tout nos biens, en ayant la foi à transporter des montagnes, sans l’Amour (agapé) de Dieu, cela était vide et creux. « Tout donner » n’est donc pas un critère pour reconnaitre un loup:

« Si je parle dans les langues des hommes et des anges, mais que je n’aie pas l’amour, je suis comme un airain qui résonne ou comme une cymbale retentissante. Et si j’ai la prophétie, et que je connaisse tous les mystères et toute connaissance, et que j’aie toute la foi de manière à transporter des montagnes, mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis rien. Et quand je distribuerais en aliments tous mes biens, et que je livrerais mon corps afin que je fusse brûlé, mais que je n’aie pas l’amour, cela ne me profite de rien. » (1 Corinthiens 13)

Jésus expliquera que prodiges et miracles ne sont pas non plus un critère auquel regarder pour reconnaitre un loup: Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront des prodiges et des miracles pour séduire les élus, s’il était possible. Soyez sur vos gardes (…) Ce que je vous dis, je le dis à tous: Veillez. (Marc 13)

« Mais, avant tout cela, on mettra la main sur vous, et l’on vous persécutera; on vous livrera aux synagogues, on vous jettera en prison, on vous mènera devant des rois et devant des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous arrivera pour que vous serviez de témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit de ne pas préméditer votre défense; car je vous donnerai une bouche et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront résister ou contredire. Vous serez livrés même par vos parents, par vos frères, par vos proches et par vos amis, et ils feront mourir plusieurs d’entre vous. Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom. Mais il ne se perdra pas un cheveu de votre tête; par votre persévérance vous sauverez vos âmes. (…) Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos coeurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie » (Luc 21)

« Ils vous excluront des synagogues; et même l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu. Et ils agiront ainsi, parce qu’ils n’ont connu ni le Père ni moi. Je vous ai dit ces choses, afin que, lorsque l’heure sera venue, vous vous souveniez que je vous les ai dites. (…) car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu. (…) Voici, l’heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi. Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. « (Jean 16)

Paul juste avant de se rendre à Jérusalem, prévoyant son arrestation (et sa probable mise à mort) donnera une ‘dernière consigne’ aux évêques:

« prenez garde à vous et à tout le troupeau, il s’introduira parmi vous, des loups cruels » (Actes20)

Et maintenant voici, lié par l’Esprit, je vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m’y arrivera; seulement, de ville en ville, l’Esprit-Saint m’avertit que des liens et des tribulations m’attendent. Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, d’annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. Et maintenant voici, je sais que vous ne verrez plus mon visage, vous tous au milieu desquels j’ai passé en prêchant le royaume de Dieu. C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Eglise du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux

Veillez donc, en vous souvenant que, pendant trois ans, je n’ai cessé nuit et jour d’avertir avec larmes chacun de vous. Et maintenant, je vous confie à Dieu et à la parole de sa grâce, qui a la puissance d’édifier et de donner l’héritage parmi tous ceux qui sont sanctifiés. Je n’ai désiré ni l’argent, ni l’or, ni les vêtements de personne. Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux de mes compagnons. En tout, je vous ai montré qu’il faut travailler ainsi, pour venir en aide aux faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur Jésus, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.

Cela dit, il se mit à genoux, pour prier avec eux tous. Tous, avec de grandes lamentations, se jetaient au cou de Paul et l’embrassaient ; ils étaient surtout affligés parce qu’il avait dit qu’ils n’allaient plus revoir son visage. Puis ils l’accompagnèrent jusqu’au navire. (Actes 20) (Paul pensait être arrêté et même tué. C’est pourquoi, chacun pensait ne plus revoir Paul. Mais il a échappé à cette persécution)

Béréenne attitude

PS : tous ces passages de la Bible sont à lire dans leur contexte entier

Publicités