Représentation d’un banquet sur une tombe étrusque 300 à 500 av. J.-C à Chiusi, près de Pérouse en Italie. Par Haiduc — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3330453

Le repas du soir, la cena, était premièrement pris dans la seule pièce des maisons romaines, l’atrium. Le chef de famille mangeait tout seul en position couchée, sa femme et ses enfants étant assis à une table un peu plus loin. Des esclaves servaient la famille et mangeaient eux aussi dans l’atrium.

La cena est le moment sacré de la journée pour toute la famille. Sous les tables, se trouvent les morts auxquels on distribue à manger. Le plafond de la pièce, lui, représente le ciel, le monde des dieux, dieux qui sont appelés avant le repas.

A midi, le romain mange ‘sur le pouce’ dans le cadre de son travail, ou dans un petit bar, le thermopolium.  A son levé, il avait déjà mangé du pain frotté à l’ail accompagné de fromage (caillé), d’œufs, de miel, de lait et de fruits, selon ses moyens financiers.

Les romains riches ou pauvres travailleront toujours moins. Leurs maisons s’agrandissent, les plus riches ont maintenant une salle à mangée, parfois deux : le triclinium.

Reconstitution d’un triclinium retrouvé à Pompeitriclicium

 

Ci-dessous: peinture d’un triclinium retrouvé à Pompei, puis sa reconstitution en peinture dans l’image suivante:triclinium 4

triclinium 3

 

En hiver, les romains se mettent à table vers 15h00 et y restent jusqu’à 17h. En été, la cena dure environ 6h00, elle commence vers 16h00 après les thermes (les bains), et dure jusqu’à 22h00. Dès 100 ans avant J-C, les femmes mariées participent à la cena.

Représentation d’une réelle « cena » en peinture, retrouvée à Pompeï

Pompei-fresque-triclinium.jpg

cena 1

triclinium

Dans la salle à manger, les lectus permettent de s’allonger.  Le maitre de maison prend la meilleure place, sa femme à ses cotés. Les superstitions interdisent d’être moins de 3 et plus de 9 sur les ‘canapés’. Il faut avoir enlevé ses chaussures et défait sa ceinture (n’avoir aucun nœud) avant de passer à table.  Le repas se déroule sur le coude gauche, chacun utilisant sa  main droite et pure pour manger.

Béréenne attitude

Sources:

Publicités