Par Bob Utley

Pouvons-nous connaître la vérité ? Où la trouve–t–on ? Pouvons-nous la vérifier en toute logique? Existe-t-il une autorité suprême ? Y a-t-il des principes absolus qui peuvent guider nos vies, notre monde ? La vie a-t-elle un sens ? Pourquoi sommes-nous ici-bas ? Où allons-nous ? Ces questions – des questions que toute personne raisonnable se pose – ont hanté la pensée humaine depuis la nuit des temps (Eccl.1 :13-18 ; 3 :9-11). Je peux encore me souvenir de ma propre quête pour une vérité intégrante et fondamentale pour ma vie. Je suis devenu un croyant en Christ dans mon jeune âge, principalement en raison du témoignage de certains membres de ma famille. Parvenu à l’âge adulte, des questions relatives à ma personne et à ma vision du monde se sont imposées davantage à moi. De simples clichés culturels et religieux n’ont pas apporté un sens à la lecture de récits d’expériences des autres et de ceux que j’ai rencontrés. Ce fut un temps de confusion, de recherche, de désir ardent et souvent accompagné d’un sentiment d’impuissance dans ce monde insensible et cruel dans lequel je vivais. Nombreux sont ceux qui affirment avoir des réponses à ces ultimes questions, mais après maintes recherches et mûres réflexions j’ai découvert que leurs réponses étaient basées sur (1) leurs philosophies personnelles, (2) d’anciens mythes, (3) des expériences personnelles, ou (4) des projections psychologiques. J’avais besoin d’un minimum de vérification, d’évidence, d’une rationalité sur lesquelles fonder ma vision du monde, mon centre d’intégration, ma raison de vivre. J’ai découvert ces réponses dans mon étude de la Bible. J’ai commencé à rechercher les évidences de sa véracité : je les ai trouvées dans

  1. le fait que la Bible est historiquement digne de foi comme l’ont attestées les fouilles archéologiques,
  2. la précision des prophéties de l’Ancien Testament,
  3. l’unité du message biblique sur les six cents années de sa production et
  4. le témoignage personnel des gens dont la vie a été  changée grâce à leur contact avec la Bible.

La chrétienté, en tant que système unifié de foi et de croyance, a la capacité de traiter des questions complexes de la vie humaine. Cela a non seulement fourni un cadre rationnel, mais en même temps l’aspect expérimental de la foi biblique m’a donné une joie et la stabilité émotionnelle. J’ai pensé avoir trouvé le centre d’intégration pour ma vie – Christ, comme je l’ai compris au travers des Saintes Écritures. Ceci fut une expérience grisante, une libération émotionnelle. Cependant je me souviens encore du choc et de la douleur que j’ai ressentie quand j’ai commencé à prendre conscience des différentes interprétations de ce Livre (Bible) qui étaient prônées, quelque fois au sein des mêmes dénominations et courants de pensée. Affirmer l’inspiration et la véracité de la Bible n’était plus une fin en soi, mais seulement le commencement. Comment puis- je vérifier ou rejeter les interprétations variées et controversées de ces nombreux passages difficiles dans la Bible par ceux affirmaient son autorité et sa véracité ? Cette tâche devint le but de mon existence et de mon pèlerinage de la foi. Je savais que ma foi en Christ m’a (1) apporté une grande paix et joie. Ma pensée soupirait après des absolus au milieu de la relativité de ma culture (postmodernisme) ; (2) le dogmatisme des systèmes religieux conflictuels (Religions du Monde) ; et (3) l’arrogance dénominationnelle. Dans ma recherche d’approches valides de l’interprétation de la littérature ancienne, je fus surpris de découvrir mes propres préjugés historiques, culturels, dénominationnels et expérimentaux. J’ai souvent lu la Bible dans le but unique de renforcer mes propres opinions. Je l’ai utilisée comme une source de dogmes pour attaquer les autres pendant que je réaffirmais ma propre insécurité et insuffisance. Que de douleur cette prise de conscience causa en moi! Bien que je ne puisse jamais être totalement objectif, je peux néanmoins devenir un meilleur lecteur de la Bible. Je peux limiter mes préjugés en les identifiant et en reconnaissant leur présence. Je n’en suis pas encore libéré; mais j’ai cependant confronté mes propres faiblesses. L’interprète est souvent le pire ennemi d’une bonne lecture de la Bible.

  • I. Les Présuppositions

Permettez-moi d’énumérer les présuppositions que j’apporte à mon étude de la Bible afin que vous, le lecteur, puissiez les examiner ensemble avec moi :

  1. Je crois que chaque passage (à l’exception des prophéties) a un seul et unique sens basé sur l’intention du premier auteur/écrivain inspiré. Bien que nous ne puissions pas être absolument certains de connaitre l’intention du premier auteur ; beaucoup d’indices pointent dans cette direction :
  2. Je crois que la Bible a un message et un but unifié. Elle ne se contredit pas, bien qu’elle contienne des passages difficiles et paradoxaux. Le meilleur interprète de la Bible est donc la Bible elle-même.
  3. Je crois que la Bible a été écrite pour l’homme ordinaire – pour tout le monde ! Dieu s’est adapté à notre situation pour nous parler clairement dans notre contexte historique et culturel. Dieu ne cache pas la vérité – Il veut que nous la comprenions ! C’est pourquoi, la Bible doit être interprétée à la lumière de son contexte et non du nôtre. La Bible ne doit pas signifier pour nous ce qu’elle n’a pas signifié à ses premiers lecteurs ou auditeurs. Elle peut être comprise par tout le monde ; elle utilise les formes et les techniques normales de communication.
  4. Je crois que la Bible est l’unique livre inspiré à travers lequel le seul vrai Dieu s’est révélé. C’est pourquoi, elle doit être interprétée à la lumière de l’intention du premier auteur divin (l’Esprit) au travers de l’écrivain humain dans un contexte historique spécifique.
    1. Le genre (type littéraire) choisi pour exprimer le message.
    2. Le contexte historique et/ou l’occasion spécifique qui a conduit à la rédaction du livre
    3. Le contexte littéraire du livre entier aussi bien que chaque unité littéraire.
    4. L’agencement textuel (structure) des unités littéraires dans leur relation avec le Message dans son intégralité.
    5. Les différentes caractéristiques grammaticales spécifiques utilisées pour communiquer le message.
    6. Les mots choisis pour présenter le message.
    7. Les passages parallèles.
  • II. Les Méthodes Inappropriées

L’étude de ces différents aspects devient l’objet de notre étude d’un passage biblique. Avant d’expliquer ma méthodologie d’une bonne lecture de la Bible, permettez-moi de vous présenter brièvement quelques-unes des méthodes inappropriées utilisées aujourd’hui et qui ont occasionné toute une diversité d’ interprétation et qui, par conséquent, doivent être évitées :

  1. Ignorer le contexte littéraire des livres de la Bible et utiliser chaque phrase, chaque proposition et chaque mot pris individuellement comme des affirmations véridiques sans aucun lien avec l’intention de l’auteur ou le contexte général. Cela est souvent appelé ‘prétexte’.
  2. Ignorer le contexte historique des livres en substituant un contexte historique supposé qui a très peu ou n’a aucun appui à partir du texte lui-même.
  3. Ignorer le contexte historique des livres et les lire chaque matin comme un journal du coin écrit, d’abord, à chaque chrétien, de l’époque contemporain …

Lire la suite …

Ci-dessous, les vidéos de ses séminaires.

Voir aussi un premier article: Comment étudier la Bible

Commentaire Biblique Gratuit
Le site web d’étude biblique gratuite est fondé sur le fait que La Bible est l’unique livre inspiré. Elle est l’unique source en matière de foi (le salut) et de pratique (la vie chrétienne). La clé permettant d’interpréter la Bible consiste à rechercher l’intention de l’auteur original au moyen : (1) du choix du genre, (2) du contexte littéraire, (3) des choix grammaticaux, (4) du choix des mots, (5) du contexte historique de l’auteur et de son écrit et (6) des passages parallèles (le meilleur interprète d’un livre inspiré est le livre inspiré. La Bible est la bibliothèque de la vérité).
L’auteur a reçu une formation académique (voir le résumé de sa carrière et sa confession de foi au www.freebiblecommentary.org)en herméneutique (interpretation biblique) et essaye de :
  1. Vous encourager à lire la Bible par vous-même (vous, la Bible et le Saint-Esprit avez la priorité)
  2. Vous aider à évaluer votre compréhension et vous offre d’autres options d’interprétation
  3. Une fois que l’intention originale (i.e. l’unique sens) a été identifiée, elle doit être appliquée à votre contexte culturel et à votre vie ! Il y a plusieurs applications possibles mais une seule intention de l’auteur
  4. Les principes de l’herméneutique ne peuvent pas vous dire avec certitude quel est le sens d’un texte, mais ils peuvent vous aider à déterminer ce que le texte ne signifie pas!
  5. L’herméneutique est une liste de contrôle des choses que l’on doit remarquer lors d’une étude personnelle de l’Ecriture.
Chaque aspect de l’interprétation est significatif, mais souvent les interprètes modernes de la Bible posent seulement la question, « que veut dire ce texte pour moi” ? tandis que la meilleure question est : « que voulait dire l’auteur original (la seule personne inspirée)à ses contemporains » ? et « comment cette vérité s’applique – t – elle à mon époque » ?
J’espère que mon séminaire sur l’interprétation de la Bible est une bénédiction pour vous et que mes commentaires verset par verset vous ont rapproché de Dieu.
Dr. Bob Utley
Professeur d’Herméneutique (Admis à la retraite)

Voir aussi son séminaire complet en vidéo (ouvrez les commentaires en français pour pouvoir les lire)

Voir aussi un premier article: Comment étudier la Bible

Publicités